1

Concordance : passé simple / subjonctif ou passé simple / indicatif ?

Bonjour,

Dans un paragraphe au temps passé, j'ai écrit ces phrases : 

1) J'avais appris mon cours. Cette fois, je désirai qu'il en reste  quelque chose.

2) Les papiers retombèrent sur le sol. Cette lettre, elle était déjà oubliée, bien avant que je ne la déchire.

Question : le temps présent convient-il pour les verbes en bleu, ou bien un autre temps serait-il mieux indiqué ?

Merci pour votre aide 

Elisa

2

Concordance : passé simple / subjonctif ou passé simple / indicatif ?

Bonjour Anna,

dans les phrases que tu proposes, le problème n'est pas l'usage ou non du subjonctif, mais la concordance des temps.

En effet, le verbe désirer que se construit avec le subjonctif, de même que la conjonction avant que. La question porte donc sur le temps à utiliser dans l'un ou l'autre cas.

1) J'avais appris mon cours. Cette fois, je désirai qu'il en reste  quelque chose.

En fait, cela dépend du temps que tu emploies pour le verbe de la principale, la concordance permettant d'apprécier la portée temporelle que l'on souhaite donner au verbe rester, et plusieurs solutions grammaticales sont correctes.

Je m'explique :
* si tu souhaites insister sur la pérennité de ton idée, tu écriras : je désirai [indicatif passé simple] qu'il en reste [subjonctif présent] qqch.
* si au contraire tu veux clairement situer cette action dans le passé, et surtout mettre en avant son caractère aujourd'hui dépassé, tu écriras : je désirais [indicatif imparfait] qu'il en restât [subjonctif imparfait] qqch.

Il ne serait pas fautif d'accorder le subjonctif imparfait avec le passé simple, ni le subjonctif présent avec l'imparfait, mais la signification en serait, àma, brouillée et la clarification absente. D'autres combinaisons temporelles sont possibles, évidemment, qui dépendront du contexte.

2) Les papiers retombèrent sur le sol. Cette lettre, elle était déjà oubliée, bien avant que je ne la déchire

Ici, pas de tergiversation, il y a bien situation de l'acte dans le passé => elle était déjà oubliée, bien avant que je ne la déchirasse.

3

Concordance : passé simple / subjonctif ou passé simple / indicatif ?

Bonjour Elisa,

En langage soutenu, l'imparfait du subjonctif s'impose dans la subordonnée.
J'avais appris mon cours. Cette fois, je désirai qu'il en restât quelque chose.
Les papiers retombèrent sur le sol. Cette lettre, elle était déjà oubliée, bien avant que je ne la déchirasse.

4

Concordance : passé simple / subjonctif ou passé simple / indicatif ?

Merci beaucoup pour vos réponses, Jean-Luc et Pierrot.

J'opte donc pour reste dans le premier exemple, car je souhaite conserver le passé-simple, utile dans le contexte du paragraphe.

Dans le second exemple, le subjonctif me chiffonne car, conjugué à la première personne, ce verbe fait très dissonant.

bien avant que je ne la déchirasse...

Je me demande comment je pourrais tourner cette phrase afin de conserver l'idée tout en maintenant une certaine élégance...

Cette lettre, elle était déjà oubliée, bien avant qu'elle ne fût déchirée.

Est-ce possible ? Avez-vous une autre idée ?

5

Concordance : passé simple / subjonctif ou passé simple / indicatif ?

Bonjour Elisa,

Dans la première phrase, dans tous les cas, la concordance des temps impose le subjonctif imparfait si l'on désire un registre de langue soutenu. Le subjonctif présent tend à remplacer l'imparfait dans l'usage actuel, mais peut paraître relâché pour des puristes.

Dans la 2e phrase, une formule comme "avant d'être déchirée" pourrait alléger la phrase.

6

Concordance : passé simple / subjonctif ou passé simple / indicatif ?

Je conserve donc le passé simple et j'ajoute " qu'il en restât".

"Avant d'être déchirée", pourrait tout à fait convenir, il me semble.

La concordance des temps est vraiment compliquée, dans certains cas.

Merci en tout cas pour votre aide et à bientôt

7

Concordance : passé simple / subjonctif ou passé simple / indicatif ?

Bonjour,
Sur le même thème de la concordance, je relance la discussion car un doute me taraude :
ai-je le droit d'écrire :
  quand il entra, je sentis que ma mère éprouva de la peur
ou
  je sus qu'il ne parvint jamais au sommet

(j'avais appris que si actions simultanées, passé simple => imparfait dans la subordonnée)
à force de lire et relire, tout se brouille...

merci par avance