Mode après regretter que / il était possible

Bonjour à vous tous!

J'ai lu une phrase dans le roman Le Petit Prince.

...Mais moi, malheureuement, je ne sais pas voir les moutons à travers les caisses. Je suis peut-être un peu comme les grandes personnes. J'ai dû vieillir.

Si je représenterces phrases comme un résumé en utilisant le subjonctif, le mode est correct?

Ce que j'ai fait:

Je regrettais que je ne puisse pas voir les moutons à travers les caisses. Il était possible que j'ai dû vieillir.

Dans la subordonné après "je regrettais que", le subjonctif est obligatoire? et après "il était possible ..." est-ce qu'on peut utiliser l'indicatif? C'est un peu compliqué pour moi!

Merci à l'avance!

Mode après regretter que / il était possible

Il est possible est un verbe impersonnel exprimant un doute. Ainsi il est suivi du subjonctif.

En revanche, j'avais appris que l'imparfait "il était possible" serait suivi soit de l'imparfait du subjonctif "il dût" ou le plus que parfait du subjonctif "il eût dû".

Mode après regretter que / il était possible

Après "regretter", il faut effectivement le subjonctif.
En langage soutenu, si le verbe de la principale est au passé
- si l'action de la subordonnée est simultané, il faut l'imparfait : je regrettais que je ne pusse voir...
- si l'action de la subordonnée lui est antérieure, il faut le plus-que-parfait  : je regrettais que ne n'eusse pu voir...
Mais dans le langage courant ces temps sont remplacés respectivement par le présent et le passé : je regrettais que je ne puisse voir... (votre proposition) je regrettais que je n'aie pas pu voir...

Mais surtout si le sujet des deux propositions est le même on utilise l'infinitif : je regrettais de ne pas pouvoir voir... / je regrettais de n'avoir pas pu voir...

Donc tout dépend du niveau de langue souhaité.


Après "il est possible" c'est aussi le subjonctif, qui marque l'incertitude, et donc avec les mêmes remarques.

Mode après regretter que / il était possible

Merci beaucoup!

Après votre explication, j'ai corrigé la phrase:

Je regrettais que je n'aie pas pu voir les mouton ... Il était possible que je dusse vieillir.

C'est bon?

Mode après regretter que / il était possible

Ça me semble bon (avec un -s à la fin des moutons).

Mode après regretter que / il était possible

Moi je préférerais "je regrettais de n'avoir pu voir les moutons....".. La complétive sonne étrangement je trouve.. Mais pourquoi pas..Ceci dit, si le but est d'utiliser le subjonctif imparfait, la solution la plus appropriée serait "je regrettais que je ne pusse voir les moutons..", mais la forme infinitive me semble plus appropriée, stylistiquement parlant s'entend.

7

Mode après regretter que / il était possible

Moi je préférerais "je regrettais de n'avoir pu voir les moutons...."

En effet, on n'utilise pas de subordonnée conjonctive avec certains verbes quand le sujet en est le même que celui de la principale : ce n'est pas grammaticalement incorrect mais seulement inusité, car effectivement lourdingue.

=> Je regrette qu'il ne soit pas là / Il regrette que je ne sois pas là / Tu regrettes que la soirée ait été ratée.
=> Je regrette de ne pas être là / Il regrette de ne pas être là / Tu ne regrettes pas de n'être pas venu.

Mais => Il regrette qu'il n'y ait pas plus de monde ...

Mode après regretter que / il était possible

Bonjour, Pierrot.

Tu ne regrettes pas de n'être pas venu.

Le double négatif, est-ce devenu du bon style?

9

Mode après regretter que / il était possible

Le double négatif, est-ce devenu du bon style ?

Ce n'est pas à proprement parler un cas de double négation : la première porte sur la principale, la seconde sur la subordonnée. Ce n'est peut-être pas ce qui se fait de plus léger, mais cela s'utilise pour introduire une nuance, généralement une litote : tu ne regrettes pas de n'être pas venu = tu es bien content de ...

Même le double négatif est utilisé ainsi : tu ne peux pas ne pas le comprendre, tu n'es pas sans savoir ... => tu le comprends forcément, tu es certainement au courant ...

Mode après regretter que / il était possible

Bonjour !

* Je regrettais que je n'aie pas pu voir les moutons.
Je suis d'accord : "n'eusse pas pu" serait trop littéraire.

* Il était possible que je dusse vieillir.
Je suis désolé : être possible et devoir expriment ici tous les deux une éventualité, une supposition, une vraisemblance, me semble-t-il.
Ce pléonasme n'existait pas dans la phrase de départ :"J'ai dû vieillir".
En outre "dusse" n'exprime pas l'accompli ni l'antériorité.

J'écrirais donc :
→ Il était possible que j'aie vieilli. (Subjonctif passé, aspect accompli.)
En nous souvenant encore que la règle stricte conduirait à :
→ Il était possible que j'eusse vieilli.

D'accord aussi sur le fait que le premier énoncé serait plus naturel, à cause de l'identité des sujets :
→ Je regrettais de n'avoir pas pu voir les moutons.

La double négation, surtout dans des propositions différentes, n'est pas agrammaticale (comme on dit maintenant). Et, stylistiquement, elle est ici bien lisible.
Mais je concède qu'il y a des énoncés qui demandent une gymnastique des neurones, surtout lorsqu'ils sont kilométriques (comme chez Proust et Butor) : au bout de la phrase, je ne sais même plus comment elle a commencé ! J'ai donné un jour ici une analyse d'une telle phrase de Butor, mais je ne me souviens plus s'il y avait un cumul de négations. (A mon âge, la mémoire...)