Molière, Les Femmes savantes, acte III, scène 2

Bonjour,
J'ai un devoir d'analyse de cette scène à rendre.
Je dois analyser l'attitude de chacune trois femmes savantes à l'égard de Trissotin.
Bon, leur attitude c'est facile : Absence argumentative des trois femmes qui ne font que s'exlamer exageremment et répèter les propos de Trissotin, en totale admiration, etc...
Le problème c'est que je dois y voir des différences entre les trois femmes... Et ça je ne trouve pas, à part peut-être pour Philaminte mais je suis même pas sure que ce soit bon...
Si vous avez un coup de main à me filer, n'hésitez pas !!
Merci !

SCÈNE II
HENRIETTE, PHILAMINTE, ARMANDE, BÉLISE, TRISSOTIN, L'ÉPINE.

PHILAMINTE
725          Holà, pourquoi donc fuyez-vous?

HENRIETTE
C'est de peur de troubler un entretien si doux.

PHILAMINTE
Approchez, et venez de toutes vos oreilles
Prendre part au plaisir d'entendre des merveilles.

HENRIETTE
Je sais peu les beautés de tout ce qu'on écrit,
730      Et ce n'est pas mon fait que les choses d'esprit.

PHILAMINTE
Il n'importe; aussi bien ai-je à vous dire ensuite
Un secret dont il faut que vous soyez instruite.

TRISSOTIN
Les sciences n'ont rien qui vous puisse enflammer,
Et vous ne vous piquez que de savoir charmer.

HENRIETTE
735      Aussi peu l'un que l'autre, et je n'ai nulle envie...

BÉLISE
Ah songeons à l'enfant nouveau né, je vous prie.

PHILAMINTE
Allons, petit garçon, vite, de quoi s'asseoir.
Le laquais tombe avec la chaise.
Voyez l'impertinent! Est-ce que l'on doit choir,
Après avoir appris l'équilibre des choses?

BÉLISE
740      De ta chute, ignorant, ne vois-tu pas les causes,
Et qu'elle vient d'avoir du point fixe écarté,
Ce que nous appelons centre de gravité?

L'ÉPINE
Je m'en suis aperçu, Madame, étant par terre.

PHILAMINTE
Le lourdaud!

TRISSOTIN
Bien lui prend de n'être pas de verre.

ARMANDE
Ah de l'esprit partout!

BÉLISE
745          Cela ne tarit pas.

PHILAMINTE
Servez-nous promptement votre aimable repas.

TRISSOTIN
Pour cette grande faim qu'à mes yeux on expose,
Un plat seul de huit vers me semble peu de chose,
Et je pense qu'ici je ne ferai pas mal,
750      De joindre à l'épigramme, ou bien au madrigal,
Le ragoût d'un sonnet, qui chez une princesse
A passé pour avoir quelque délicatesse.
Il est de sel attique assaisonné partout,
Et vous le trouverez, je crois, d'assez bon goût.

ARMANDE
Ah Je n'en doute point.

PHILAMINTE
755          Donnons vite audience.

BÉLISE À chaque fois qu'il veut lire, elle l'interrompt.
Je sens d'aise mon cœur tressaillir par avance.
J'aime la poésie avec entêtement*.
Et surtout quand les vers sont tournés galamment.

PHILAMINTE
Si nous parlons toujours, il ne pourra rien dire.

TRISSOTIN
SO...

BÉLISE*
760      Silence, ma nièce.

TRISSOTIN

SONNET,
À LA PRINCESSE URANIE
sur sa fièvre.
Votre prudence est endormie,
De traiter magnifiquement,
Et de loger superbement
Votre plus cruelle ennemie.

BÉLISE
Ah le joli début!

ARMANDE
765          Qu'il a le tour galant!

PHILAMINTE
Lui seul des vers aisés possède le talent!

ARMANDE
À prudence endormie il faut rendre les armes.

BÉLISE
Loger son ennemie est pour moi plein de charmes.

PHILAMINTE
J'aime superbement et magnifiquement;
770      Ces deux adverbes joints font admirablement.

BÉLISE
Prêtons l'oreille au reste.

TRISSOTIN
Votre prudence est endormie,
De traiter magnifiquement,
Et de loger superbement
Votre plus cruelle ennemie.

ARMANDE
Prudence endormie!

BÉLISE
Loger son ennemie!

PHILAMINTE
Superbement, et magnifiquement!

TRISSOTIN
Faites-la sortir, quoi qu'on die*,
De votre riche appartement,
Où cette ingrate insolemment
775      Attaque votre belle vie.

BÉLISE
Ah tout doux, laissez-moi, de grâce, respirer.

ARMANDE
Donnez-nous, s'il vous plaît, le loisir d'admirer.

PHILAMINTE
On se sent à ces vers, jusques au fond de l'âme,
Couler je ne sais quoi qui fait que l'on se pâme.

ARMANDE
Faites-la sortir, quoi qu'on die,
De votre riche appartement.
780      Que riche appartement est là joliment dit!
Et que la métaphore est mise avec esprit!

PHILAMINTE
Faites-la sortir, quoi qu'on die.
Ah! que ce quoi qu'on die est d'un goût admirable!
C'est, à mon sentiment, un endroit impayable.

ARMANDE
De quoi qu'on die aussi mon cœur est amoureux.

BÉLISE
785      Je suis de votre avis, quoi qu'on die est heureux.

ARMANDE
Je voudrais l'avoir fait.

BÉLISE
Il vaut toute une pièce.

PHILAMINTE
Mais en comprend-on bien comme moi la finesse?

ARMANDE et BÉLISE
Oh, oh.

PHILAMINTE
Faites-la sortir, quoi qu'on die.
Que de la fièvre on prenne ici les intérêts,
N'ayez aucun égard, moquez-vous des caquets.
Faites-la sortir, quoi qu'on die.
Quoi qu'on die, quoi qu'on die.
790      Ce quoi qu'on die en dit beaucoup plus qu'il ne semble.
Je ne sais pas, pour moi, si chacun me ressemble;
Mais j'entends là-dessous un million de mots.

BÉLISE
Il est vrai qu'il dit plus de choses qu'il n'est gros.

PHILAMINTE
Mais quand vous avez fait ce charmant quoi qu'on die,
795      Avez-vous compris, vous, toute son énergie?
Songiez-vous bien vous-même à tout ce qu'il nous dit,
Et pensiez-vous alors y mettre tant d'esprit?

TRISSOTIN
Hay, hay.

ARMANDE
J'ai fort aussi l'ingrate dans la tête,
Cette ingrate de fièvre, injuste, malhonnête,
800      Qui traite mal les gens, qui la logent chez eux.

PHILAMINTE
Enfin les quatrains sont admirables tous deux.
Venons-en promptement aux tiercets, je vous prie.

ARMANDE
Ah, s'il vous plaît, encore une fois quoi qu'on die.

TRISSOTIN
Faites-la sortir, quoi qu'on die,

PHILAMINTE, ARMANDE et BÉLISE
Quoi qu'on die!

TRISSOTIN
De votre riche appartement,

PHILAMINTE, ARMANDE et BÉLISE
Riche appartement!

TRISSOTIN
Où cette ingrate insolemment

PHILAMINTE, ARMANDE et BÉLISE
Cette ingrate de fièvre?

TRISSOTIN
Attaque votre belle vie.

PHILAMINTE
Votre belle vie!

ARMANDE et BÉLISE
Ah!

TRISSOTIN
Quoi, sans respecter votre rang,
805      Elle se prend à votre sang,

PHILAMINTE, ARMANDE et BÉLISE
Ah!

TRISSOTIN
Et nuit et jour vous fait outrage?
Si vous la conduisez aux bains,
Sans la marchander davantage*,
Noyez-la de vos propres mains.

PHILAMINTE
On n'en peut plus?

BÉLISE
On pâme.

ARMANDE
810              On se meurt de plaisir.

PHILAMINTE
De mille doux frissons vous vous sentez saisir.

ARMANDE
Si vous la conduisez aux bains,

BÉLISE
Sans la marchander davantage,

PHILAMINTE
Noyez-la de vos propres mains.
De vos propres mains, là, noyez-la dans les bains.

ARMANDE
Chaque pas dans vos vers rencontre un trait charmant.

BÉLISE
Partout on s'y promène avec ravissement.

PHILAMINTE
815      On n'y saurait marcher que sur de belles choses.

ARMANDE
Ce sont petits chemins tout parsemés de roses.

TRISSOTIN
Le sonnet donc vous semble...

PHILAMINTE
Admirable, nouveau,
Et personne jamais n'a rien fait de si beau.

BÉLISE
Quoi, sans émotion pendant cette lecture?
820      Vous faites là, ma nièce, une étrange figure!

HENRIETTE
Chacun fait ici-bas la figure qu'il peut,
Ma tante; et bel esprit, il ne l'est pas qui veut.

TRISSOTIN
Peut-être que mes vers importunent Madame.

HENRIETTE
Point, je n'écoute pas.

PHILAMINTE
Ah? voyons l'épigramme.

TRISSOTIN
SUR UN CARROSSE
DE COULEUR AMARANTE,
DONNÉ À UNE DAME DE SES AMIES.

PHILAMINTE
825      Ces titres ont toujours quelque chose de rare.

ARMANDE
À cent beaux traits d'esprit leur nouveauté prépare.

TRISSOTIN
L'amour si chèrement m'a vendu son lien,

BÉLISE, ARMANDE et PHILAMINTE
Ah!

TRISSOTIN
Qu'il m'en coûte déjà la moitié de mon bien.
Et quand tu vois ce beau carrosse
830      Où tant d'or se relève en bosse*,
Qu'il étonne tout le pays,
Et fait pompeusement triompher ma Laïs*,

PHILAMINTE
Ah ma Laïs! voilà de l'érudition.

BÉLISE
L'enveloppe* est jolie, et vaut un million.

TRISSOTIN
Et quand tu vois ce beau carrosse,
Où tant d'or se relève en bosse,
Qu'il étonne tout le pays,
Et fait pompeusement triompher ma Laïs,
835      Ne dis plus qu'il est amarante*:
Dis plutôt qu'il est de ma rente.

ARMANDE
Oh, oh, oh! celui-là* ne s'attend point du tout.

PHILAMINTE
On n'a que lui qui puisse écrire de ce goût.

BÉLISE
Ne dis plus qu'il est amarante:
Dis plutôt qu'il est de ma rente.
Voilà qui se décline: ma rente, de ma rente, à ma rente.

PHILAMINTE
Je ne sais du moment que je vous ai connu,
840      Si sur votre sujet j'ai l'esprit prévenu*,
Mais j'admire partout vos vers et votre prose.

TRISSOTIN
Si vous vouliez de vous nous montrer quelque chose,
À notre tour aussi nous pourrions admirer.

PHILAMINTE
Je n'ai rien fait en vers, mais j'ai lieu d'espérer
845      Que je pourrai bientôt vous montrer en amie,
Huit chapitres du plan de notre Académie.
Platon s'est au projet simplement arrêté,
Quand de sa République il a fait le traité;
Mais à l'effet entier je veux pousser l'idée
850      Que j'ai sur le papier en prose accommodée,
Car enfin je me sens un étrange dépit
Du tort que l'on nous fait du côté de l'esprit,
Et je veux nous venger toutes tant que nous sommes
De cette indigne classe où nous rangent les hommes;
855      De borner nos talents à des futilités,
Et nous fermer la porte aux sublimes clartés.

ARMANDE
C'est faire à notre sexe une trop grande offense,
De n'étendre l'effort de notre intelligence,
Qu'à juger d'une jupe, et de l'air d'un manteau,
860      Ou des beautés d'un point, ou d'un brocart nouveau.

BÉLISE
Il faut se relever de ce honteux partage,
Et mettre hautement notre esprit hors de page*.

TRISSOTIN
Pour les dames on sait mon respect en tous lieux,
Et si je rends hommage aux brillants de leurs yeux,
865      De leur esprit aussi j'honore les lumières.

PHILAMINTE
Le sexe aussi vous rend justice en ces matières;
Mais nous voulons montrer à de certains esprits,
Dont l'orgueilleux savoir nous traite avec mépris,
Que de science aussi les femmes sont meublées,
870      Qu'on peut faire comme eux de doctes assemblées,
Conduites en cela par des ordres meilleurs,
Qu'on y veut réunir ce qu'on sépare ailleurs;
Mêler le beau langage, et les hautes sciences;
Découvrir la nature en mille expériences;
875      Et sur les questions qu'on pourra proposer
Faire entrer chaque secte, et n'en point épouser.

TRISSOTIN
Je m'attache pour l'ordre au péripatétisme*.

PHILAMINTE
Pour les abstractions j'aime le platonisme.

ARMANDE
Épicure me plaît, et ses dogmes sont forts.

BÉLISE
880      Je m'accommode assez pour moi des petits corps;
Mais le vide à souffrir me semble difficile,
Et je goûte bien mieux la matière subtile*.

TRISSOTIN
Descartes pour l'aimant donne fort dans mon sens*.

ARMANDE
J'aime ses tourbillons*.

PHILAMINTE
Moi ses mondes tombants*.

ARMANDE
885      Il me tarde de voir notre assemblée ouverte,
Et de nous signaler par quelque découverte.

TRISSOTIN
On en attend beaucoup de vos vives clartés,
Et pour vous la nature a peu d'obscurités.

PHILAMINTE
Pour moi, sans me flatter, j'en ai déjà fait une,
890      Et j'ai vu clairement des hommes dans la lune.

BÉLISE
Je n'ai point encor vu d'hommes, comme je croi,
Mais j'ai vu des clochers tout comme je vous voi.

ARMANDE
Nous approfondirons, ainsi que la physique,
Grammaire, histoire, vers, morale, et politique.

PHILAMINTE
895      La morale a des traits dont mon cœur est épris,
Et c'était autrefois l'amour des grands esprits;
Mais aux stoïciens je donne l'avantage,
Et je ne trouve rien de si beau que leur sage.

ARMANDE
Pour la langue, on verra dans peu nos règlements,
900      Et nous y prétendons faire des remuements.
Par une antipathie ou juste, ou naturelle*,
Nous avons pris chacune une haine mortelle
Pour un nombre de mots, soit ou verbes, ou noms,
Que mutuellement nous nous abandonnons;
905      Contre eux nous préparons de mortelles sentences,
Et nous devons ouvrir nos doctes conférences
Par les proscriptions de tous ces mots divers,
Dont nous voulons purger et la prose et les vers.

PHILAMINTE
Mais le plus beau projet de notre académie,
910      Une entreprise noble et dont je suis ravie;
Un dessein plein de gloire, et qui sera vanté
Chez tous les beaux esprits de la postérité,
C'est le retranchement de ces syllabes sales,
Qui dans les plus beaux mots produisent des scandales;
915      Ces jouets éternels des sots de tous les temps;
Ces fades lieux communs de nos méchants plaisants;
Ces sources d'un amas d'équivoques infâmes,
Dont on vient faire insulte à la pudeur des femmes.

TRISSOTIN
Voilà certainement d'admirables projets!

BÉLISE
920      Vous verrez nos statuts quand ils seront tous faits.

TRISSOTIN
Ils ne sauraient manquer d'être tous beaux et sages.

ARMANDE
Nous serons par nos lois les juges des ouvrages.
Par nos lois, prose et vers, tout nous sera soumis.
Nul n'aura de l'esprit, hors nous et nos amis.
925      Nous chercherons partout à trouver à redire,
Et ne verrons que nous qui sache bien écrire.

Molière, Les Femmes savantes, acte III, scène 2

bonjour je suis en seconde
et j'ai exercice de commentaire de texte a faire :
le sonnet a la princesse uranie sur sa fièvre de molière .

votre prudence est endormie ,
de traiter magnifiquement,
et de loger superbement
votre plus cruelle ennemie.

faites-la sortir , quoi qu'on die,
de votre riche appartement ,
ou cette ingrate insolemment
attaque votre belle vie.

quoi! sans respecter votre rang,
elle se prends a votre sang,
et nuit et jour vous fait outrage ?

si vous la conduisez aux bains,
sans la marchander davantage,
noyez-la de vos propres mains.


voila le sonnet !


je pense faire un paragraphe sur les figures de styles , la personnification de la fièvre .
mais sinon je ne voit pas trop quoi faire , j'aurais besoin d'un avis .
merci d'avance

3

Molière, Les Femmes savantes, acte III, scène 2

Bonjour,

On ne sépare jamais le fond de la forme, la seconde s'analyse comme support du premier.

Définis d'abord un parcours de lecture :
une oeuvre tarabiscotée ou une satire de la préciosité ou du mauvais goût en poésie...

Quelques pistes pour te guider :
- un éloge indirect,
- une argumentation alambiquée
- l'exagération précieuse

4

Molière, Les Femmes savantes, acte III, scène 2

Bonjour,

Je vous en supplie, aidez-moi !!!

J'ai un devoir à rendre demain qui porte sur l'Acte III, scène 1 et 2 du livre Les Femmes Savantes
intitulé :

Dans la scène 1 et 2 de l'Acte III des Femmes Savantes, montrez en quoi cette assemblée est ridicule en énonçant clairement au moins trois arguments.

Je suis nul en français et cette note m'aiderai à remonter ma moyenne.

Aidez-moi ....

PS : Tout ce que j'ai compris pour l'instant c'est que seule Henriette est hermétique au discours de Trissotin tandis que les autres sont en admiration ....

Merci

5

Molière, Les Femmes savantes, acte III, scène 2

Bonsoir,

Je comprends bien ton angoisse de ne pas réussir ce devoir, il est cependant plus important que le travail vienne de toi (avec notre aide, à la rigueur) plutôt que l'on te donne quelque chose de tout fait: cela ne servirait à rien car le jour où tu auras un devoir sur table, le forum ne sera pas là pour t'aider.

Lorsque tu as une consigne, assure-toi de l'avoir bien comprise : que signifie "ridicule"? à quel registre cela fait-il appel?

6

Molière, Les Femmes savantes, acte III, scène 2

Merci !

Je pense que " ridicule " fait appel au registre du comique de mot, de geste et de situation.

Et avant ta réponse, j'ai eu le temps de chercher et de demander à ma sœur.

En comptant ta réponse, j'ai déjà trouvé quelques idées ...

Je réussirai peut-être le devoir tout compte fait ...
MERCI beaucoup de ton aide

7

Molière, Les Femmes savantes, acte III, scène 2

Tout à fait, tu as déjà des éléments en main pour répondre à ta question.
le "ridicule" instaure un décallage entre ce que le personnage pense être et ce qu'il est (c'est bien du comique de situation par un effet de distanciation)

bon travail!