1

La Bruyère, Les Caractères, De la société et de la conversation, 73 et 74

Bonjour, je suis en 2ème année de licence Lettres Modernes et je dois rendre un commentaire composé sur les maximes 73 (qui commence par "Lucain a dit une jolie chose...") et 74 (" Hermagoras ne sait pas qui est roi..."). Ces deux maximes appartiennent au même commentaire.

Le thème de ce commentaire porte sur la querelle des anciens et des modernes. Si quelqu'un à déjà fait ce commentaire, son aide serait précieuse.

La Bruyère fait parti des anciens. Le personnage qu'il dénonce Hermagoras fait parti je pense des modernes? Je n'arrive pas à dégager trois axes.

Merci d'avance.

73 (I)

"Lucain a dit une jolie chose... Il y a un beau mot de Claudien... Il y a cet endroit de Sénèque": et là-dessus une longue suite de latin, que l'on cite souvent devant des gens qui ne l'entendent pas, et qui feignent de l'entendre. Le secret serait d'avoir un grand sens et bien de l'esprit; car ou l'on se passerait des anciens, ou après les avoir lus avec soin, l'on saurait encore choisir les meilleurs, et les citer à propos.

74 (V)

Hermagoras ne sait pas qui est roi de Hongrie; il s'étonne de n'entendre faire aucune mention du roi de Bohême; ne lui parlez pas des guerres de Flandre et de Hollande, dispensez-le du moins de vous répondre: il confond les temps, il ignore quand elles ont commencé, quand elles ont fini; combats, sièges, tout lui est nouveau; mais il est instruit de la guerre des géants, il en raconte le progrès et les moindres détails, rien ne lui est échappé; il débrouille de même l'horrible chaos des deux empires, le Babylonien et l'Assyrien; il connaît à fond les Egyptiens et leurs dynasties. Il n'a jamais vu Versailles, il ne le verra point: il a presque vu la tour de Babel, il en compte les degrés, il sait combien d'architectes ont présidé à cet ouvrage, il sait le nom des architectes. Dirai-je qu'il croit Henri IV fils de Henri III? Il néglige du moins de rien connaître aux maisons de France, d'Autriche et de Bavière: "Quelles minuties!" dit-il, pendant qu'il récite de mémoire toute une liste des rois des Mèdes ou de Babylone, et que les noms d'Apronal, d'Hérigebal, de Noesnemordach, de Mardokempad, lui sont aussi familiers qu'à nous ceux de Valois et de Bourbon. Il demande si l'Empereur a jamais été marié; mais personne ne lui apprendra que Ninus a eu deux femmes. On lui dit que le Roi jouit d'une santé parfaite; et il se souvient que Thetmosis, un roi d'Egypte, était valétudinaire, et qu'il tenait cette complexion de son aïeul Alipharmutosis. Que ne sait-il point? Quelle chose lui est cachée de la vénérable antiquité? Il vous dira que Sémiramis, ou, selon quelques-uns, Sérimaris, parlait comme son fils Ninyas, qu'on ne les distinguait pas à la parole: si c'était parce que la mère avait une voix mâle comme son fils, ou le fils une voix efféminée comme sa mère, qu'il n'ose pas le décider. Il vous révélera que Nembrot était gaucher, et Sésostris ambidextre; que c'est une erreur de s'imaginer qu'un Artaxerxe ait été appelé Longuemain parce que les bras lui tombaient jusqu'aux genoux, et non à cause qu'il avait une main plus longue que l'autre; et il ajoute qu'il y a des auteurs graves qui affirment que c'était la droite, qu'il croit néanmoins être bien fondé à soutenir que c'est la gauche.

2

La Bruyère, Les Caractères, De la société et de la conversation, 73 et 74

Bonsoir,

Avant de me demander si les textes font allusion à la Querelle des Anciens et des Modernes, je chercherais d'abord de quel ridicule entend se moquer La Bruyère.
Le premier est proche de celui que Molière dénonçait dans les Femmes savantes : le pédantisme. Aujourd'hui, on dit crûment : la culture, c'est comme le beurre, moins on en a, plus on l'étale.
Le second établit un portrait d'un être incongru et inadapté perdu dans la science du passé au point d'ignorer les réalités du présent.

3

La Bruyère, Les Caractères, De la société et de la conversation, 73 et 74

Dois je faire pour les trois parties : en première partie la maxime 73 et couper la maxime 74 en deux autres parties? Je ne vois pas du tout comment dégager trois parties. Est ce que ça doit être linéaire?

Merci pour votre aide.

4

La Bruyère, Les Caractères, De la société et de la conversation, 73 et 74

Bonsoir,

Je prendrais les deux portraits comme un tout.

Je définirais une problématique commune : par ex. quelle devrait être, en société, l'attitude de l'honnête homme à l'égard des auteurs anciens ?

1 - le refus du pédantisme et de l'érudition
2 - l'honnête homme doit vivre en accord avec son époque
2 - la nécessité de l'esprit critique et de la mesure

5

La Bruyère, Les Caractères, De la société et de la conversation, 73 et 74

Dois je faire une opposition forte entre les anciens et les modernes car La Bruyère fait beaucoup de comparaisons à ce sujet.

Merci

6

La Bruyère, Les Caractères, De la société et de la conversation, 73 et 74

Remarque que La Bruyère ne parle pas des Anciens, sauf dans la première partie, mais du passé, ce qui n'est pas tout à fait la même chose.

S'il est partisan des Anciens, La Bruyère ne le manifeste pas en les citant, mais lorsqu'il garde les grandes options classiques d'ordre, de mesure, de beauté, de noblesse.