21

Ouverture dans la conclusion du commentaire composé

Bonjour Leopoldperry,

C'était pour vous dire que l'écrit ne sait pas trop mal passé appart pour la recherche du plan mais après c'est passé tout seul pour la rédaction il ne manque plus que l'oral que je redoute énormément !!!
Je ne sais pas comment exprimer mon plan au correcteur ? Je stress ..

22

Ouverture dans la conclusion du commentaire composé

Bonjour, je dois faire un commentaire composé sur Camen de Prosper Mérimée mais dans la conclusion lorsque j'élargie, je dois élargir par rapport à toiute la nouvelle ou juste la partie à étudier en commentaire composé?

Merci d'avance.

23

Ouverture dans la conclusion du commentaire composé

De ma classe de seconde à l'agrégation en passant par l'ENS, je n'ai jamais ni ouvert ni compris l'utilité d'une ouverture et je conseille à mes élèves de s'en passer systématiquement. D'abord, c'est le passage sur lequel reste un correcteur, et quand c'est raté (99% des cas), ce dernier garde une mauvaise impression. Ensuite, très souvent, le candidat écrit "mais", puis écrit n'importe quoi. Bref, on a du mal à voir l'utilité d'une telle pratique, qui n'est décrite dans aucun texte officiel et ne saurait en aucun cas être exigée. Soyez méfiant.

24

Ouverture dans la conclusion du commentaire composé

Merci beaucoup pour votre aide

25

Ouverture dans la conclusion du commentaire composé

Il est de la nature des choses qu'un texte soit composé, mais également adressé. Même s'il est publié et diffusé sans adresse précise, il a une certaine résonance, et le Carmen de Mérimée a inspiré Bizet qui en a fait un opéra. On peut même dire que si ce sujet est posé en classe, la notoriété de l'opéra de Bizet y est pour quelque chose. Il convient donc de mentionner cette ouverture.

26

Ouverture dans la conclusion du commentaire composé

Putakli a écrit :

Il est de la nature des choses qu'un texte soit composé, mais également adressé. Même s'il est publié et diffusé sans adresse précise, il a une certaine résonance, et le Carmen de Mérimée a inspiré Bizet qui en a fait un opéra. On peut même dire que si ce sujet est posé en classe, la notoriété de l'opéra de Bizet y est pour quelque chose. Il convient donc de mentionner cette ouverture.

Je ne sais pas, en l'absence de citation, si ces lignes concernent la réponse que j'ai apportée plus haut, mais dans le doute, je dirais que je ne les comprends pas et qu'elles ne modifient en rien ma position sur la question. Sans remettre évidemment en question la résonance d'une oeuvre.

27

Ouverture dans la conclusion du commentaire composé

Frédéric béant a écrit :

De ma classe de seconde à l'agrégation en passant par l'ENS, je n'ai jamais ni ouvert ni compris l'utilité d'une ouverture et je conseille à mes élèves de s'en passer systématiquement. D'abord, c'est le passage sur lequel reste un correcteur, et quand c'est raté (99% des cas), ce dernier garde une mauvaise impression. Ensuite, très souvent, le candidat écrit "mais", puis écrit n'importe quoi. Bref, on a du mal à voir l'utilité d'une telle pratique, qui n'est décrite dans aucun texte officiel et ne saurait en aucun cas être exigée. Soyez méfiant.

Je ne serais pas aussi catégorique, mais le fait est qu'une mauvaise "ouverture" est pire qu'une absence d'ouverture.

Bien ouvrir, c'est, ou ce devrait être:

- En dissert, montrer qu'on a conscience des tenants et aboutissants du problème, de la façon dont ce que l'on a dit se rattache à un ensemble plus vaste (de thèmes, de sujets, d'oeuvres, de valeurs), et admettre qu'on n'a pas épuisé la question, tout en suggérant éventuellement une piste pour un potentiel prolongement du débat.

- En commentaire, c'est dire en quoi la page est typique (ou atypique!) du reste de l'oeuvre / de l'auteur / du genre, en quoi elle éclaire (ou non) l'ensemble, etc.

L'ouverture est (idéalement) le pendant de "l'amorce" initiale (autre élément du devoir souvent sacrifié): la copie part du général, spécifie vers la question ou l'extrait qui sert de sujet, et refait à la fin la liaison avec le général.

C'est un mouvement très naturel, quand on comprend bien ce dont il s'agit.
Le malheur est qu'il faut parfois beaucoup d'art pour recréer le sentiment du naturel... Surtout quand on a le cerveau formaté par le robotisme de la pédagogie moderne du français!

28

Ouverture dans la conclusion du commentaire composé

Mon cher Collègue, convenez (et ça n'a rien de méprisant pour nos élèves) que "dire en quoi la page est typique (ou atypique) du reste de l'oeuvre, de l'auteur, du genre" est difficilement exigible d'un candidat au Baccalauréat.

Ouverture dans la conclusion du commentaire composé

salut
moi je pense que c'est totalement obligatoire mais cela se fait a partir des  centres d’intérêts que t'as retenus dans ton devoir.....

Ouverture dans la conclusion du commentaire composé

Frédéric béant a écrit :

De ma classe de seconde à l'agrégation en passant par l'ENS, je n'ai jamais ni ouvert ni compris l'utilité d'une ouverture et je conseille à mes élèves de s'en passer systématiquement. D'abord, c'est le passage sur lequel reste un correcteur, et quand c'est raté (99% des cas), ce dernier garde une mauvaise impression. Ensuite, très souvent, le candidat écrit "mais", puis écrit n'importe quoi. Bref, on a du mal à voir l'utilité d'une telle pratique, qui n'est décrite dans aucun texte officiel et ne saurait en aucun cas être exigée. Soyez méfiant.

Ah, enfin ! Enfin quelqu'un dit ce que je pense depuis longtemps !

Les latinistes remarqueront la cocasserie d'imposer une ouverture dans une conclusion, du verbe claudere, fermer. On ferme ou on ouvre ? Cela me fait penser à ces anciennes portes à deux battants horizontaux, celui du bas fermé pour que les animaux de la ferme n'entrent pas, celui du haut ouvert pour l'air, la lumière... et la conversation avec les visiteurs.
Quand cette fameuse ouverture se présente d'elle-même, accueillons la. Mais inutile de courir après et de la rattaper par les cheveux. Il est des ouvertures, dans certaines copies, qui font monter à mes lèvres cet aparté d'un personnage de Feydeau : « Mais pourquoi il me dit ça ? »