Baudelaire, Les Fleurs du mal - Synthétiser le spleen

Celle qui est en violet, Léah.

12

Baudelaire, Les Fleurs du mal - Synthétiser le spleen

Merci, mais chez moi tout est bleu 

Baudelaire, Les Fleurs du mal - Synthétiser le spleen

Attends je te la remets :

"Je contemple d'en haut le globe en sa rondeur "

J'espère que tu vas te sentir inspirée !!

14

Baudelaire, Les Fleurs du mal - Synthétiser le spleen

Bonjour Lyo,

Je ne sais si l'explication que je vais te proposer tient la route, si elle n'est pas un anachronisme.

Je vois Baudelaire contemplant une de ces boules qui laissent tomber de la neige quand on les retourne... Je te laisse apprécier la justesse de la comparaison et son intégration à ce poème froidement désespéré.

15

Baudelaire, Les Fleurs du mal - Synthétiser le spleen

C'est une bonne idée Jean-Luc mais en effet Baudelaire a-t-il pu tenir une telel boule en main ?
Sinon, je le vois sur le Toit du monde... il se compare à un corps pétrifié par le froid et il attend cette mort anesthésiante :
Avalanche, veux-tu m'emporter dans ta chute ?

16

Baudelaire, Les Fleurs du mal - Synthétiser le spleen

dans le poeme "au lecteur" par exemple tu peux retrouver des themes qui se rapportent au spleen tels que"
l'ennui, la condition humaine,la notion du mal- le personnage de satan,le mal. le peche, le diable, les demons ,l'emanation de
l'enfer

dans l'evasion tu retrouves d themes tels que: la naturel'eau, le relief, la verdure, les etangs, les vallees, montagne et nuage. c une apogee(on commence vers le bas pour aller vers le plus haut)- les haut et les bas de la vie- l'existence humaine.
- la nature:les forces du bien et du mal
la spiritualite et le materialisme
-l'elevation et la chute

Baudelaire, Les Fleurs du mal - Synthétiser le spleen

Ok merci Sandrine ! De toute façon j'ai fini la première version de la synthèse que je dois faire sur le Spleen, mais j'ai quelques doutes sur certain de mes passages, je pourrais les mettre sur le forum ? 


Sinon pour Jean Luc, c'est une jolie image mais c'est vrai que ça doit être un peu anachronique.  '

Moi j'étais plus parti sur une image qui se rapproche un peu de celle de Léah :
L'esprit de Baudelaire s'est enfin affranchit de son corps, il a arrêté ce combat avec la vie -et donc sur la terre- qui était perdu d'avance : "Morne esprit, autrefois amoureux de la lutte".
Le vieux cheval symbolise son corps fatigué -justement- par cette lutte, et que l'âme ne veut plus chevaucher "L'Espoir, dont l'éperon attisait ton ardeur, Ne veut plus t'enfourcher! Couche-toi sans pudeur, Vieux cheval dont le pied à chaque obstacle butte"
Il parle ainsi à son corps qui ne sert plus à rien et lui dit de laisser tomber "Résigne-toi, mon coeur; dors ton sommeil de brute."  -sommeil=mort.
Ensuite il commence à parler des saisons, du temps "Adieu (...)Le Printemps adorable a perdu son odeur! Et le Temps m'engloutit minute par minute, Comme la neige immense un corps pris de roideur " et il remarque donc que le temps (symbolisé par la neige) avale son corps. De là-haut, observant ce monde dont il ne fait plus parti "Je contemple d'en haut le globe en sa rondeur " son esprit hors du temps demande à cette avalanche d'en finir avec ce corps inutile où son âme ne veut plus s'abriter "Et je n'y cherche plus l'abri d'une cahute.", ainsi il ne perd rien à demander "Avalanche, veux-tu m'emporter dans ta chute? "

Donc voilà peut-être le sens de cette phrase "Je contemple d'en haut le globe en sa rondeur " ? !
Vous en pensez quoi ?

18

Baudelaire, Les Fleurs du mal - Synthétiser le spleen

Bonjour Lyo,

L'explication par la boule à neige n'est peut-être pas un anachronisme. Tout se joue sur quinze ans.

Regarde ce lien ici.

Baudelaire, Les Fleurs du mal - Synthétiser le spleen

Oui mais si baudelaire est mort en 1867 et que la première apparition de la boule à neige à paris date de 1878 ... 
Baudelaire était sans aucun doute un visionnaire !! lol 


Et sinon que penses-tu de ma tentative d'explication ?

Baudelaire, Les Fleurs du mal - Synthétiser le spleen

le sujet est un peu délaissé, alors...

Et le Temps m'engloutit minute par minute 
Comme la neige immense un corps pris de roideur 
Je contemple d'en haut le globe en sa rondeur

moi qui suis maintenant aux dimensiosn de l'univers et bien au-deà du monde, je peux le contempler de haut.
quant à la rondeur, elle est fallacieusement douce et accueillante
enfin, ma contemplation prend un sens très étymologique