1

Hugo, la Légende des siècles, Après la bataille

Bonjour à tous,
je souhaiterais savoir si certains d'entre vous, auraient des informations sur le poème de victor Hugo : Après la bataille ( Contexte etc.. ) Merci d'avance.

Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d'un seul housard qu'il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d'une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l'ombre entendre un faible bruit.
C'était un Espagnol de l'armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu'à moitié.
Et qui disait : « À boire ! à boire par pitié ! »
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit : « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. »
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l'homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu'il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant : « Caramba ! »
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
« Donne-lui tout de même à boire », dit mon père.

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

2

Hugo, la Légende des siècles, Après la bataille

Bonjour,

La scène se passe pendant la guerre d'Espagne où les troupes napoléoniennes sont parties à la conquête de la péninsule ibérique. Ce portrait est destiné à mettre en valeur le courage et l'humanité du père. C'est devenu un texte célèbre par sa dramatisation et son art du récit. Pourtant l'admiration du fils ne saurait masquer les exactions françaises en terre espagnole comme les a dépeintes Francisco Goya dans son fameux tableau Tres de mayo.

3

Hugo, la Légende des siècles, Après la bataille

merci beaucoup !!

4

Hugo, la Légende des siècles, Après la bataille

1)Le récit  d'une anecdote de guerre
2) L'éloge de son pere

Certifié Methode BF!
Ma prof a confirmé que les axes étaient bon!

Hugo, la Légende des siècles, Après la bataille

Bonjour à tous,
En ce moment j'étudie le romantisme, et j'ai vu que Victor Hugo était plutôt classé dans les romantiques. Tous ses textes le sont-ils ?
Pour la rentrée, nous devons apprendre un poème romantique, celui qu'on veut sauf "demain dès l'aube" de Victor Hugo parce que nous l'avons étudié en classe. J'aimerais donc apprendre, toujours de Victor Hugo (c'est pas imposé mais je l'aime bien) "Après la bataille". Ce poème est-il bien romantique ?
Merci d'avance !

6

Hugo, la Légende des siècles, Après la bataille

Bonjour ou bonsoir,

Afin de bien préparer ma première, je compte, pendant ces vacances, m'atteler à la méthode du commentaire composé, en pratiquant cet exercice. En sélectionnant un poème au hasard sur internet, j'ai pris celui-ci. J'ai donc essayé de commenter le ce poème. En voici les grandes lignes:


Intro: -Présentation Guerre d'indépendance espagnole.
-Hugo a souvent écrit sur son temps.
PB: Quel portrait Victor Hugo dresse-t-il des soldats français durant la guerre d'indépendance espagnole?
Plan (détaillé plus bas): -Un récit de guerre
-L'hypocrisie de l'Espagnol
-Un éloge du soldat français à travers le père

I/Un récit de guerre

- Idée directrice de l'axe.

1) Un récit

- Cadre spatio-temporel (nuit sur un champ de mort)
- Passé simple et imparfait
- Schéma narratif (situation initiale: marche à cheval du père et du housard/élément perturbateur: l'Espagnol qui arrive demandant à boire/Péripéties: père ému, passe au housard sa gourde de rhum, housard qui s'apprête à lui passer, espagnol qui tire sur le père/Elément de résolution: cheval qui fait un écart et le père reste en vie/Situation finale: "Donne-lui tout de même à boire")

2) Une description minutieuse des soldats

- Enumération v.9 ("râlant, brisé" etc.) -> on veut tout décrire, ne pas priver le lecteur
- Description de plusieurs soldats -> on a la minutie de décrire tout le monde, même les personnages, sans importance ("morts" v.5), ne pas priver le lecteur

3) Un décor de guerre

- chp lexical de la violence ("morts", "sanglant", "brisé", "livide", "blessé", "pistolet")
- chp lexical de la guerre ("housard", "armée", "cheval")

Transition.

II/L'hypocrisie de l'Espagnol

- Idée directrice de l'axe.

1) Un personnage pathétique...

- énumération hyperbolique v.9 (à joindre avec "sanglant" v.8 pour faire un chp lexical) -> sa souffrance est intense tellement qu'il est mort avant l'heure.
- registre pathétique à travers sa supplication au vers 10 ("A boire! à boire par pitié!") -> il est contraint de supplier pour survivre, adversaire des Français, il renie sa fierté, ce qui apitoie le lecteur.

2) ... mais mauvais et manipulateur.

- connecteur logique: "Tout à coup" -> il retourne brusquement sa veste, passe d'un personne profondément pathétique à un personnage mauvais
- le cri: "Caramba!" -> un cri est violent, cela est une preuve de sa violence, sa nature réelle
-> mot inconnu dans la langue française, l'inconnu fait peur: cet Espagnol fait peur.

Transition.

III/ Un éloge du soldat français à travers le personnage du père.

1) Un père protecteur.

- Voyant son adversaire à l'agonie, il lui passe à boire. -> générosité indubitable, il veut protéger son adversaire, même après que celui-ci aura essayer de le tuer.
- "ce héros" v.1 -> un héros censé protéger, le père apparaît ici comme un être protecteur.
- "Mon père" début v.1 et fin v.20 -> il encadre tout le poème comme des bras paternels: il crée une impression de béatitude, il protège.

2) Un père rempli d'émotions.

- "sourire doux" v.1 -> c'est un homme délicat, capable de ressentir des émotions.
- "qu'il aimait entre tous" v.2 -> c'est un homme qui peut aimer les autres, il est généreux en sentiment.
- "Mon père, ému" v.11 -> il compatit au sort de son ennemi: malgré la guerre, il peut faire preuve d'humanité.

3) Sa suprématie sur l'Espagnol fait du père un personnage magnifique.

- suprématie physique: antithèse "sourire doux"/"sanglant" -> sur le plan physique, le père est rendu plus beau par un sourire qui suppose sa gentillesse par rapport à l'Espagnol qui saigne, ce qui laisse supposer la violence dont il a fait preuve.
- suprématie morale: le père donne à boire à son ennemi bien que celui-ci ait essayé de le tuer / l'Espagnol essaie de tuer son bienfaiteur.
- supériorité en hauteur: le père en cheval et l'Espagnol "qui se traînait" -> le père est spatialement plus élevé que l'Espagnol: il l'est aussi dans le reste (moral comme physique).

CCL:- Victor Hugo nous dresse un récit de guerre et fait l'éloge des soldats français en insistant sur les vertus du père les représentant et l'hypocrisie et l'ingratitude de l'Espagnol représentant les adversaires.
- Cela nous montre bien l'admiration qu'avait Hugo pour Napoléon Ier: en qq sortes, en idéalisant les soldats, il idéalise leur chef, Napoléon.
- Hugo n'a pas écrit que des poèmes favorables à la guerre: il s'est déjà insurgé contre la guerre, à travers Bêtise de la guerre par exemple, où il dénonce la folie humaine qui pousse à faire la guerre.

-----
En essayant d'être lucide, je ne trouve pas mon plan si impertinent que ça. La partie sur un récit de guerre et sur le père, ça me semble sûr. Néanmoins, j'ai voulu ajouter une partie sur l'Espagnol (ce qui explique qu'elle ne fait que deux sous-parties) où j'ai voulu insister sur l'hypocrisie de l'Espagnol qui se fait passer pour une victime souffrant alors qu'il n'est qu'un monstre sanguinaire et je trouvais intéressant de l'expliquer afin d'effectuer plus facilement la comparaison entre lui et le père (cette comparaison tendant à surélever le père).J'avais voulu faire une sous-partie où j'expliquais que le père représentait les soldats français mais je ne trouvais pas grand chose pour justifier cette idée, puis à force de réfléchir, ça m'a paru évident, je ne l'aurais précisé que dans la présentation de l'idée directrice du dernier axe.
Les sous-parties, je suis déjà moins convaincu. Celles de la partie du père, je les trouves tout de même intéressantes (sans vouloir me jeter des fleurs, j'y suis allergique  ). Pour celle de l'Espagnol, certes, il est pathétique, je pense que c'est à souligner mais je ne pense pas que son rôle soit d'apitoyer le lecteur. Enfin si, mais c'est pour mieux l'en dégoûter après et ainsi, surexposer la magnificence du père, à nouveau. Pour le premier axe, je trouve pertinent de faire une sous-partie sur le fait que ce soit un récit, préciser qu'on est dans un décor de guerre, peut-être un peu moins mais ça a l'air de passer, mais c'est la deuxième sous-partie, où j'ai parlé d'une description minutieuse des soldats: si on a une description, peut-on parler de récit (et ainsi, cette partie hors-sujet)? Je l'ai mise dans l'optique de préciser le côté "guerre" de ce récit, mais je n'en suis pas très convaincu.Ainsi, j'espère que vous auriez des conseils à me donner pour améliorer mes plans de commentaires, car il faudra bien en faire un en 30 minutes lors de l'oral de l'an prochain. Merci d'avance.

PS: petite déception quand même, j'étais presque à un plan parfait (3 grandes parties, chacune composée de 3 sous-parties), le deuxième axe faisant exception.