11

Molière, Tartuffe, acte IV, scène 5

Bonjour ou bonsoir ,j'ai un commentaire, en entier mais non noté, à faire sur un extrait de Tartuffe, Acte IV, scène 5.

TARTUFFE
Mais si d'un œil bénin vous voyez mes hommages,
Pourquoi m'en refuser d'assurés témoignages ?
ELMIRE
Mais comment consentir à ce que vous voulez,
Sans offenser le Ciel, dont toujours vous parlez?
TARTUFFE
Si ce n'est que le Ciel qu'à mes vœux on oppose,
Lever un tel obstacle est à moi peu de chose,
Et cela ne doit pas retenir votre cœur.
ELMIRE
Mais des arrêts du Ciel on nous fait tant de peur!
TARTUFFE
Je puis vous dissiper ces craintes ridicules,
Madame, et je sais l'art de lever les scrupules.
Le Ciel défend, de vrai, certains contentements,
(C'est un scélérat qui parle.)
Mais on trouve avec lui des accommodements.
Selon divers besoins, il est une science
D'étendre les liens de notre conscience,
Et de rectifier le mal de l'action
Avec la pureté de notre intention.
De ces secrets, Madame, on saura vous instruire;
Vous n'avez seulement qu'à vous laisser conduire.
Contentez mon désir, et n'ayez point d'effroi.
Je vous réponds de tout, et prends le mal sur moi.
Vous toussez fort, Madame.
ELMIRE
Oui, je suis au supplice.
TARTUFFE
Vous plaît-il un morceau de ce jus de réglisse?
ELMIRE
C'est un rhume obstiné, sans doute; et je vois bien
Que tous les jus du monde ici ne feront rien.
TARTUFFE
Cela certe est fâcheux.
ELMIRE
Oui, plus qu'on ne peut dire.
TARTUFFE
Enfin votre scrupule est facile à détruire:
Vous êtes assurée ici d'un plein secret,
Et le mal n'est jamais que dans l'éclat qu'on fait;
Le scandale du monde est ce qui fait l'offense,
Et ce n'est pas pécher que pécher en silence.
ELMIRE, après avoir encore toussé.
Enfin je vois qu'il faut se résoudre à céder,
Qu'il faut que je consente à vous tout accorder,
Et qu'à moins de cela je ne dois point prétendre
Qu'on puisse être content, et qu'on veuille se rendre.
Sans doute il est fâcheux d'en venir jusque-là,
Et c'est bien malgré moi que je franchis cela;
Mais puisque l'on s'obstine à m'y vouloir réduire,
Puisqu'on ne veut point croire à tout ce qu'on peut dire,
Et qu'on veut des témoins qui soient plus convaincants,
Il faut bien s'y résoudre, et contenter les gens.
Si ce consentement porte en soi quelque offense,
Tant pis pour qui me force à cette violence;
La faute assurément n'en doit pas être à moi.
TARTUFFE
Oui, Madame, on s'en charge; et la chose de soi.
ELMIRE
Ouvrez un peu la porte, et voyez, je vous prie,
Si mon mari n'est point dans cette galerie.
TARTUFFE
Qu'est-il besoin pour lui du soin que vous prenez?
C'est un homme, entre nous, à mener par le nez;
De tous nos entretiens il est pour faire gloire,
Et je l'ai mis au point de voir tout sans rien croire

Le sujet est le suivant : Vous ferez le commentaire intégral du texte suivant, extrait du Tartuffe de Molière (Acte IV, scène 5).
ma problématique : Comment Molière montre-il, par le biais du registre comique, l’hypocrisie de Tartuffe ?
je pensais mettre ça comme plan :
1. la critique des dévots.
  b. la fausse dévotion.
  a. la volonté de Tartuffe envers Elmire.
2. le comique de situation.
  a. Orgon.
  b. Elmire.
Est-ce que ça vous parraît assez bien ou pas du tout ?
Merci de me répondre

12

Molière, Tartuffe, acte IV, scène 5

Il y a un autre sous axe intéressant dans cet extrait de Tartuffe ou l'Imposteur, que l'on classerait dans l'axe : Critique ou dénonciation des moeurs: C'est l'oppression des femmes.

Et sinon, puisque vous le demandez, j'inverserai vos axes en montrant d'abord le plus évidant : l'aspect comique, voire grotesque de cette scène. Pour dériver ensuite sur la critique implicite de Molière sur...