Christine de Pisan, Rondeau

Bonjour,

J'ai une question sur le poème de Christine de Pisan: Rondeau.

Voici pour rappel la première strophe:

Je ne sais comment je dure,
Car mon dolent cœur fond d’ire
Et plaindre n’ose, ni dire
Ma douloureuse aventure.

Que veut dire le 3ème vers de cette strophe: Et plaindre n’ose, ni dire ? C'est l'utilisation de la conjonction de coordination ni que je ne comprends pas ici. D'habitude on a deux constituants négatifs...

Doit-on comprendre: Mon coeur n'ose ni plaindre ni dire ma douloureuse aventure?

Merci par avance de vos retours.

2

Christine de Pisan, Rondeau

Tu as compris.

Christine de Pisan, Rondeau

Merci beaucoup pour ta réponse Floreale.

Cependant comment justifier ou expliquer cela de manière grammaticale ?

4 (Modifié par Jehan 27/09/2019 à 16:24)

Christine de Pisan, Rondeau

Bonjour.
Peut-être  (je) n'ose... L'ellipse du pronom sujet était fréquente.
Ici, plaindre signifie se lamenter, pleurer, gémir.

L'inversion du l'infinitif complément était fréquente aussi.
plaindre n'ose = n'ose plaindre.

Il y a bien deux négations.
plaindre n'ose, ni dire...

5

Christine de Pisan, Rondeau

Le sujet est le coeur, non ?

Christine de Pisan, Rondeau

Oui, c'est possible aussi.

7

Christine de Pisan, Rondeau

@Jehan, message 4

Absolument.
https://www.cnrtl.fr/definition/dmf/plaindre
Définition II, A (voire B)
Le verbe est ici intransitif et ne gouverne pas "ma douloureuse aventure".

8 (Modifié par balteo 27/09/2019 à 16:39)

Christine de Pisan, Rondeau

Merci beaucoup à tous pour vos réponses. C'est intéressant de voir qu'il peut y avoir plusieurs possibilités: par exemple pour le sujet. Le poème reste en quelque sorte ouvert à différentes nuances d'interprétation.

9

Christine de Pisan, Rondeau

A la relecture, je pense aussi que le sujet est JE.

10 (Modifié par Laoshi 27/09/2019 à 17:08)

Christine de Pisan, Rondeau

Je ne sais comment je dure,
Car mon dolent cœur fond d’ire
Et plaindre n’ose, ni dire
Ma douloureuse aventure.

Je comprends mon dolent cœur comme le sujet du verbe ose, et plaindre au sens vieilli d'exhaler des gémissements.
....
Je viens de voir que l'on peut penser que le sujet est je.
Bien sûr, l'élision du sujet est fréquente, mais dans l'ensemble du poème le je et les marques de la première personne sont très présents.
Je ne sçay comment je dure...mon dolent cuer font d’yre,[1]Ma doulereuse aventure...ma dolente vie obscure...Et me fault par couverture...quant mon cuer souspire...Mais Dieux scet ce que j’endure...Je ne sçay comment je dure.
Alors...je n'ai pas de preuves, ni de certitude, seulement une impression.