1

Anthologie de poèmes satiriques en vers libres

Bonjour je dois réaliser pour l'oral du bac de français une anthologie poétique. Il me manque un seul poème pour la compléter: un poème satyrique en vers libre. J'avais pensé à

Napoléon le Petit

Sa grandeur éblouit l’histoire,
Quinze ans il fut
Le dieu qui traînait la victoire
Sur un affût;
L’Europe sous sa loi guerrière
Se débattit.
Toi, son singe, marche derrière
Petit, petit.
Napoléon dans la bataille,
Grave et serein
Guidait à travers la mitraille
L’aigle d’airain.
Il entra sur le pont d’Arcole
Il en sortit.
Voici de l’or, viens, pille et vole,
Petit, petit.
Berlin, Vienne étaient ses maîtresses;
Il les forçait,
Leste et prenant les forteresses,
Par le corset.
Il triomphe de cent bastilles
Qu’il investit.
Voici pour toi, voici des filles,
Petit, petit.
Il passait les monts et les plaines;
Tenant en main
La palme, les poudres et les rênes,
Du genre humain;
Il était ivre de sa gloire
Qui retentit.
Voici du sang, accours, viens boire,
Petit, petit.
Quand il tombe, lâchant le monde,
L’immense mer
Ouvrit à sa chute profonde
Le gouffre amer;
Il y plonge, sinistre archange,
Et s’engloutit.
Toi, tu te noieras dans la fange
Petit, petit.
Victor Hugo, Les Châtiments (1855)

Mais il me semble que ce n'est pas des vers libres puisque même si les syllabes ne sont pas respectés il y a des rimes.

ou alors je pensais également à

Charles CROS
1842 - 1888
Le hareng saur
A Guy.

Il était un grand mur blanc - nu, nu, nu,
Contre le mur une échelle - haute, haute, haute,
Et, par terre, un hareng saur - sec, sec, sec.

Il vient, tenant dans ses mains - sales, sales, sales,
Un marteau lourd, un grand clou - pointu, pointu, pointu,
Un peloton de ficelle - gros, gros, gros.

Alors il monte à l'échelle - haute, haute, haute,
Et plante le clou pointu - toc, toc, toc,
Tout en haut du grand mur blanc - nu, nu, nu.

Il laisse aller le marteau - qui tombe, qui tombe, qui tombe,
Attache au clou la ficelle - longue, longue, longue,
Et, au bout, le hareng saur - sec, sec, sec.

Il redescend de l'échelle - haute, haute, haute,
L'emporte avec le marteau - lourd, lourd, lourd,
Et puis, il s'en va ailleurs - loin, loin, loin.

Et, depuis, le hareng saur - sec, sec, sec,
Au bout de cette ficelle - longue, longue, longue,
Très lentement se balance - toujours, toujours, toujours.

J'ai composé cette histoire - simple, simple, simple,
Pour mettre en fureur les gens - graves, graves, graves,
Et amuser les enfants - petits, petits, petits.

Mais celui là je ne suis pas sure qu'il soit satyrique... Je ne comprend pas ce qu'il dénonce (la guillotine?) et n'arrive à trouver aucunes explications sur internet dessus...
Merci à ceux qui m'aideront
bonne journée

2 (Modifié par floreale 22/06/2019 à 12:28)

Anthologie de poèmes satiriques en vers libres

Poème satirique.

Jacques Prévert, « Familiale », in Paroles, 1946
Raymond Queneau, "Si tu t'imagines"

3 (Modifié par 25/06/2019 à 12:57)

Anthologie de poèmes satiriques en vers libres

Merci encore une fois 

Bonjour
Ducoup après avoir réfléchit je vais prendre Raymond Queneau, "Si tu t'imagines". J'ai l'impression qu'il veut dénoncer la fuite du temps tt en ce moquant des poètes de la Pléiade. Il se moque de Ronsard aussi (allusion à quand vous serez bien vielle avec les roses de la vie). Mon interprétation est elle correcte? Si oui je pensais illustrer ce poème par la persistance de la mémoire de Dali pour représenter la fuite irrévocable du temps et la mort qui nous guette.

4

Anthologie de poèmes satiriques en vers libres

http://www.bacfrancais.com/bac_francais … agines.php

5

Anthologie de poèmes satiriques en vers libres

merci pour l'exemple de commentaire
dans la conclusion ils rapprochent ce texte des Ménines de Picasso. Seulement après quelques recherches je ne suis pas sure que Picasso se moque du tableau de Velázquez puisqu'il l'admirait beaucoup. Ne serait-ce pas plutôt un hommage? Dans ce cas je ne vois pas vraiment quels liens faire avec le poème...

6

Anthologie de poèmes satiriques en vers libres

Tu choisis l'illustration, tableau, œuvre que tu juges pertinente et dont tu peux parler.