Baudelaire, L'Albatros

Parmi les poésies choisies j'ai pris L'Albatros de Charles Baudelaire. Je pensais l'illustrer avec le personnage de Dumbo de Disney. Est-ce que ce parallèle vous parait pertinent?
Merci de vos réponses

Pas pertinent du tout pour moi a priori. Mais si tu as de bons arguments...

22

Baudelaire, L'Albatros

Titania91 a écrit :

Bonjour,
Comment vas-tu justifier ce choix? Qu'est-ce qui te paraît pertinent dans ce parallèle ?

Merci de votre réponse!
Il me semble dans ce poème que Baudelaire se sent différent/à l'écart des hommes. Ces derniers de part sa différence se moquent de lui, il se sent exclu mais en réalité ce qui le rend si différent des autres hommes est selon lui une force. Il pense être supérieur au commun des mortels ainsi ses derniers ne peuvent pas le comprendre. C'est un peu comme Dumbo qui fait rire de part ses grandes oreilles, il est rejetté. Au final grâce à elles il va se révéler être un être exceptionnel, que tout le monde vient admirer. Il est bien au dessus de tous les autres éléphants. J'espère que c'est compréhensible ^^.

23

Baudelaire, L'Albatros

C'est compréhensible, mais pas sûre que ce soit pertinent. N'as-tu rien trouvé d'autre ?

As-tu pensé au poème : Le crapaud de Tristan Corbière ?

24

Baudelaire, L'Albatros

Bonjour
oui j'y ai pensé mais je dois faire un parallèle avec une peinture, une photo, une sculpture ou un personnage. Malheureusement je ne peux pas choisir de le comparer à un autre poème

25

Baudelaire, L'Albatros

La colombe de Magritte ?

Charles Baudelaire et ses albatros en doodle ?

26

Baudelaire, L'Albatros

Merci de votre réponse

https://www.google.com/search?q=la+colo … NvtSkNV8M:

C'est ce tableau là? Je ne comprend pas vraiment le lien à faire avec l'albatros à part que ce sont tt les deux des oiseaux. Pouvez vous m'expliquer?

27

Baudelaire, L'Albatros

L'oiseau, magnifique dans les airs, élégant dans les nuages, élément qui se fond dans l'azur pourrait figurer le poète qui aspire à la beauté, cherche l'idéal et se meut dans les airs avec aisance. On n'ose l'imaginer sur le pont d'un navire.

Et on entend en écho cet autre poème de Baudelaire :

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l’onde,
Tu sillonnes gaiement l’immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
Va te purifier dans l’air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

28

Baudelaire, L'Albatros

D’accord merci beaucoup de votre explication ça m’a bien aidé