1

Hypokhâgne ou double licence ?

Bonjour à toutes et à tous,

Comme beaucoup d'entre vous, je suis passée par la procédure parcoursup afin d'obtenir mes possibles affections post-bac. Par chance j'ai été prise dans plusieurs écoles ou universités.
Mais j'hésite entre Paris, l'hypokhâgne à Molière ou la double-licence Droit-Philo, à Nice.
En effet, j'ai peur de ne pas m'en sortir en prépa car je ne suis pas certaine d'avoir réellement le niveau, et de ne pas être prise en double licence, par la suite. Le cadre de vie de Paris m'attire peu, mais après la prépa j'ai mes chances pour la Sorbonne, et je retrouverai ma famille maternelle.

Tandis qu'en double-licence à Nice, le cadre de vie y est meilleur, notamment niveau logement, j'ai toujours souhaitée faire du droit et de la philo, donc cette formation est vraiment une chance pour moi.
Mon choix se porterait plus sur la double licence car la prépa ne m'intéresse mais pas autant que la double-licence. Toutefois, faire une classe préparatoire avant la double-licence, me donnera la méthode nécessaire pour exceller par la suite, en L1 de philo, mais cela me ferait "perdre" 1ans pour le droit.

Bref... je suis perdue, que dois-je faire ?

2

Hypokhâgne ou double licence ?

Ton choix semble se porter plus naturellement vers la double licence... mais refuser une prépa, du as peur de passer à côté de quelque chose.
Sauf que cette idée qu'on n'acquiert pas de méthode à l'université est particulièrement fausse : à l'université aussi, il faut bien s'organiser, et même (à mon avis), il faut être autonome très rapidement. Il faut avoir la motivation pour travailler seul ou se faire rapidement un groupe de travail.
Donc fais ce qui t'intéresse le plus, c'est-à-dire, si j'ai bien compris ton message, la double licence.
Le cadre de vie est un critère très important qui plus est...
Te vois-tu, l'année prochaine, bosser aussi l'histoire, la géographie, les lettres modernes, une LVA, une LVB, plus une langue ancienne, en plus de la matière que tu affectionnes, la philo ?

Bref, j'ai l'impression que ton choix est fait, mais que tu as besoin d'un avis extérieur pour t'aider à lâcher prise de ta place en prépa...

3

Hypokhâgne ou double licence ?

Bonsoir,

Je suis d'accord avec TheRedRoom.
Je voudrais faire quelques remarques.

1
La prépa est une excellente machine à faire travailler les élèves. Une fois qu'on est dedans, on bosse. Mais c'est comme un restaurant un soir de fête : on mange des plats très bons et très variés mais le menu est imposé. Si (les goûts des uns ne sont pas ceux des autres) on n'aime pas tel plat, on est quand même obligé de le manger. Si au contraire on aime particulièrement tel plat, on ne peut pas en avoir une deuxième ration, on est obligé de passer au suivant. Et on doit manger tous les plats. Après la prépa, si on continue dans une grande école, en gros on continue à manger ce qui a été choisi par d'autres. Le menu est riche mais c'est un menu.
Alors qu'à la fac, au fil des années de L1, L2, L3, M1 et M2, on a pas mal de liberté pour manger surtout de ceci et pas de cela. On mange à la carte.
Si, en première année de prépa on est surpris par le rythme élevé du travail qui permet d'apprendre beaucoup de choses, en L1, la vie est plutôt cool, le programme est plus réduit, les exercices plus faciles et on risque fort d'apprendre moins de choses. Mais ça ne dure pas si on veut un bout diplôme. J'y reviendrai.
Pour parler de moi, j'ai fait maths sup car j'avais envie de faire des maths. Au bout de deux ans, j'ai passé à la fac l'examen qui, à l'époque, existait (je suis plus âgé que toi) et s'appelait le DEUG de maths (ou de maths et physique, je ne sais plus trop). C'était de la rigolade par rapport au programme de maths sup et spé. Pourtant j'avais dû, en plus, que ça m'ait plu ou non, faire du français, de l'anglais et du dessin industriel. Suite à quoi je suis entré dans une école où j'ai attendu tranquillement que le diplôme final me tombe tout cuit du ciel (je ne crois pas, d'ailleurs, que ce soit un bon système mais c'est un autre sujet).
Comme je l'ai dit, la prépa est une bonne machine à bosser.

À la fac, on peut se la couler douce dès la première année, seulement ça ne mène pas loin. Ça ne mène pas au master, par exemple. Le master est un très bon diplôme… mais il n'y a pas de miracle : si tu en veux un, ne t'attends pas à le voir tomber tout cuit du ciel, pour l'avoir il faudra bien que tu bosses à un moment ou un autre.
Il te faudra travailler même si l'ambiance ne s'y prête pas toujours. Il te faudra bien choisir tes cours pour profiter de tes études.
Ce ne sera pas toujours facile. Tu devras faire preuve de volonté, d'autonomie, d'imagination, de clairvoyance sur qui tu es et sur ce que tu veux devenir. En prépa on n'est pas obligé d'avoir ces qualités.
Tu dis que tu crains de ne pas avoir le niveau en prépa, eh bien ne pars pas trop avec l'idée que ce serait dur en prépa et facile à la fac, ce serait trompeur. Trompeur si, à la fac, tu veux atteindre un bon niveau. Au passage je te fais remarquer, comme TheRedRoom, que tu planes si tu t'imagines qu'on peut avoir à la fac un diplôme sans avoir appris à bien bosser. Tu planes aussi si tu t'imagines que tous les élèves de prépa bossent bien.
En prépa je m'en suis sorti potablement mais j'aurais peut-être eu bien du mal à bien étudier à la fac.

Ne choisis pas la fac parce que ce serait plus facile d'y étudier qu'en prépa. D'autant que tu envisages d'y entrer dans le cadre d'une double licence. Je suppose que c'est plus dur qu'avec une seule licence à obtenir.

2
Si tu vas en prépa tu seras obligé d'y étudier diverses matières qui ne semblent pas t'intéresser (le menu est à manger en entier). C'est bon pour la culture générale. Mais si tu dois étudier des matières qui ne t'intéressent pas du tout, tu souffriras. Veux-tu faire de l'histoire ? Moi, j'aime, mais tout le monde n'aime pas. Et telle ou telle langue… et il ne me semble pas qu'on y fasse tellement de droit. Veux-tu une culture générale ou, sûre de savoir ce qui t'intéresse, veux-tu rapidement t'instruire dans telle et telle matière. Après tout, beaucoup de futurs juristes n'étudient que le droit et ne sont pas des incultes pour autant.
Mais enfin, je n'oublie pas que j'ai apprécié la culture générale qu'on est poussé à acquérir en prépa.

Par ailleurs, vivre à Nice quand on aime cette ville et vivre à Paris, ce n'est pas pareil. On vend beaucoup de jolies cartes postales à Paris. Mais quand on y vit, on n'y est pas dans une carte postale ! Nombreux sont les parisiens qui passent du temps chaque jour dans le métro, le bus ou le RER et nombreux sont ceux qui n'ont pas vu le Panthéon depuis vingt ans. En revanche, on peut très bien consacrer un week-end sur deux à visiter ledit Panthéon, les Catacombes, le Trocadéro, le musée d'Orsay… et collectionner les cartes postales avant de revenir au pays des vertes années.
Je précise à ce sujet que contrairement à ce que certains pensent, on n'est pas obligé de bosser tout le temps quand on est en prépa. Je dis ça car j'ai cru comprendre que tu hésitais entre droit-philo à Nice et prépa à Paris.


Bref, voilà mes quelques remarques.
Choisir est difficile quand les deux possibilités sont intéressantes. Note bien que d'autres bacheliers ont un choix difficile à faire. Difficile car les deux possibilités qui s'offrent à eux ne sont pas intéressantes. Je préfère ton cas.

J'ai tout de même l'impression, comme TheRedRoom, me semble-t-il, que tu ferais mieux d'aller en droit-philo à Nice.

Ce serait bien d'avoir l'avis de Sylvain. Tu es nouvelle ici alors tu ne le connais pas. C'est l'un de nos érudits et pour rien au monde il ne serait allé en prépa.

4

Hypokhâgne ou double licence ?

Sylvain ou Yvain ?

5

Hypokhâgne ou double licence ?

Yvain, of course.

6

Hypokhâgne ou double licence ?

Yvain, le Chevalier au lion
Chrétien de Troyes

7

Hypokhâgne ou double licence ?

Je ne savais pas qu'Yvain était si connu !

8

Hypokhâgne ou double licence ?

Les pseudos ne doivent rien au hasard.

9

Hypokhâgne ou double licence ?

Justement si j'envisage la prépa avant la fac c'est pour avoir un rythme de travail soutenu, car j'ai peur qu'en allant directement en double-licence je ne me donne pas à fond, et échoue.
Mis à part la géographie, toute les matières m'intéressent en prépa, surtout les langues anciennes que je regrette de ne pas avoir étudiée auparavant...
Mais en allant faire 1an de prépa j'ai peur de voir les portes de la double-licence se fermer car on est pas prioritaire...

10 (Modifié par TheRedRoom 10/06/2019 à 18:30)

Hypokhâgne ou double licence ?

Mais en allant faire 1an de prépa j'ai peur de voir les portes de la double-licence se fermer car on est pas prioritaire...

Je trouve en outre que la perspective de faire 1 an de prépa est un peu gênante. En effet, la prépa est un cycle de 2 ans. Toute l'année d'hypokhâgne, on travaille pour certains objectifs : Réussir les concours blancs, avoir un bon bulletin pour obtenir ses ECTS, avoir son passage en khâgne... Difficile de se motiver si ton objectif est un peu décalé par rapport à tes camarades de classe. Par ailleurs, certains des exercices que l'on fait n'ont pas de sens si on ne se destine pas à passer le concours au bout de la khâgne.
Par conséquent, il arrive assez souvent que ceux qui sont là en ayant un autre objectif à bac +1 (IEP ou autres...) ont du mal à se motiver. "être intéressé" par les disciplines ne suffit pas à travailler correctement.

Et tu as raison, après 1 an de prépa, s'il est certes envisageable d'intégrer sans trop de souci une double licence lettres-philo (par exemple), il est beaucoup moins sûr que tu puisses intégrer facilement une double licence avec du droit...