1

Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?

Bonjour a tous,

Je suis en train de me préparer au bac de philosophie. C'est pourquoi je m'entraine en choisissant au hasard une problématique et en construisant un plan.

Voici la problématique: Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?


J'ai pensé à ce plan que voici:

1) Le passee, un fardeau pour l'avenir

2) Oublier un acte volontaire ?

3) Le passee, essentiel pour l'avenir


Qu'en pensez-vous ? Auriez-vous quelques suggestions concernant les sous-parties ?


Merci d'avance pour votre aide,

Cordialement,

Arthurrr.

2

Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?

Bonjour,

Ton 3 est bon, il faut se nourrir du passé pour construire son avenir.

Quelques éléments pour te guider :
Pourquoi oublier le passé ? il est vrai que penser au passé peut être vu comme un ressassement du passé, ou même une façon de s'enterrer dans celui-ci. Mais le passé a forgé la personne que nous sommes aujourd'hui. il faut donc réinvestir cette richesse pour atteindre l'avenir auquel on aspire.

Ma fois, peut-être que j'extrapole un peu...

3 (Modifié par fidji45 13/05/2019 à 00:09)

Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?

Arthuur

Je suis très loin d'être une philosophe aguerrie (mais alors vraiment loin...loin..)

Par contre pour chercher /trouver des arguments il est souvent utile (et facile ) de "renverser" le sujet

"est-il possible d'envisager un avenir sans passé "(donc sans perspective(s))

Et également le jour où tu auras ton sujet de bien soupeser les mots ;par exemple ici "oublier "/ "passé"/ "donner"/ "avenir":
Pensez à des situations concrètes (et surtout ne pas se perdre en plaquant des citations) : Que penserait un poilu si ses sacrifices tombaient dans l'oubli :mort pour rien ? Mort deux fois ?
Et un Indien d' Amazonie : laisser sa forêt disparaître (celle qui l'a nourrit /a construit son monde) et aller vers ….le vide

Et-en argument- contraire : un accidenté de la route : peut-il avancer en étant en état de panique perpétuelle (passé qui revient et bloque toute vie)

Simone Veil pensait que bien sûr la mémoire de la Shoa devait se faire : elle s'est révoltée vivement lorqu'il a été question que les écoliers français se "familiarisent" avec une victime des camps de la mort.

Et elle a illico obtenu gain de cause :le passé est là mais il faut avancer.