1

Mettez-vous à la place de Rodrigue et dites comment vous auriez réagi

Sujet d'écriture : Mettez-vous à la place de Rodrigue et dites comment vous auriez réagi ?

Consigne : utiliser la mise en forme du théâtre et les didascalies lorsqu'il le faut.
Il n'est pas nécessaire de faire des vers mais faites-en apparaître au moins quelques rimes. La saynète doit faire au moins 25 lignes.

La didascalie de présentation + celles de mise en scène
Aide au travail
Les verbes à l'impératif ; l'accord des verbes à l'infinitif, les homophones grammaticaux : [ a - à// et - est // ou – où ] ; les participes passés : « il a tué …, ils sont liés..., nous avons pris...
La ponctuation forte ou faible
Seigneur, votre Altesse, le roi est Don Fernand,  votre Majesté, Madame, le vouvoiement, honneur déshonneur, lâche, épée, combat, s'exclamer, condoléances, la prison = les geôles = le(s) cachots ; mais qu'ai-je fait ? Qu'est-ce qui te/vous fait venir ici, heureuse nouvelle, côtoyer,
Faire apparaître des rimes parfois...

2

Mettez-vous à la place de Rodrigue et dites comment vous auriez réagi

Mettez-vous à la place de Rodrigue et dites comment vous auriez réagi ?

Réagi à quelle situation ?
Donne des précisions. Ton travail arrive après l'étude de quelle scène ?

3

Mettez-vous à la place de Rodrigue et dites comment vous auriez réagi

acte 2 scene 2

4 (Modifié par floreale 20/04/2019 à 16:21)

Mettez-vous à la place de Rodrigue et dites comment vous auriez réagi

Le Cid, acte II scène 2

Don Rodrigue
À moi, Comte, deux mots.

Le Comte
Parle.

Don Rodrigue
Ôte-moi d’un doute.
Connais-tu bien don Diègue ?

Le Comte
Oui.

Don Rodrigue
Parlons bas, écoute.
Sais-tu que ce vieillard fut la même vertu,
La vaillance et l’honneur de son temps, le sais-tu ?

Le Comte
Peut-être.

Don Rodrigue
Cette ardeur que dans les yeux je porte,
Sais-tu que c’est son sang, le sais-tu ?

Le Comte
Que m’importe !

Don Rodrigue
À quatre pas d’ici je te le fais savoir.

Le Comte
Jeune présomptueux !

Don Rodrigue
Parle sans t’émouvoir.
Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées
La valeur n’attend pas le nombre des années.

Le Comte
Te mesurer à moi ! qui t’a rendu si vain,
Toi qu’on a jamais vu les armes à la main ?

La place devant le Palais Royal.
Rodrigue est seul en scène et se prépare à affronter le Comte.

Mon père ou ma maîtresse et un dilemme cruel.
L'honneur ou bien l'amour peut-être un choix mortel.
Mon père fut vaillant, je suis de sa lignée.
Aujourd'hui si l'honneur demande sa vengeance
Je paierai de mon sang s'il le faut ma créance.
Mon fer sans trembler, d'une ferme poignée
Doit affronter le père et l'élue adorée
Portera sur le sort, un regard éploré.

Se ravisant

Si au moins Don Gomès voulait bien se résoudre
A présenter tantôt à mon père des excuses,
S'il regardait enfin le bonheur des amants,
S'il choisissait l'amour plutôt que d'en découdre.
Le duel veut du sang comme hier arquebuses.
Et si je l'abordais en arguant l'élégance
Que serait de sa part la parole apaisante ?
Deux pères réconciliés, quoi de plus beau cadeau !
Chimène apaisée, sur notre union leur sceau.

Bien sûr, c'est juste une idée, pas question de copier mais tu vois qu'on peut choisir l'affrontement ou la négociation.

5

Mettez-vous à la place de Rodrigue et dites comment vous auriez réagi

merci pour ton aide