Selon vous, les artistes doivent-ils s'engager ?

ah d'accord, mais du coup quelqu'un peux me dire comment on fait un sujet d'argumentation et comment je peux le commencer ?....

12

Selon vous, les artistes doivent-ils s'engager ?

Bonjour,
Dans un premier temps du doit faire une intro dans la quel tu donne le sujet que ton prof ta donner ensuite tu met la problématique et apres du definis les mots cles ici s'engager... tu annonce tes deux axes.
Ensuite redige tes axes dans mes quel tu procédé toujours de la même manière : argument (explication de poursuoi tu dis sa ) et ensuite le l'exemple ( ce que tu nous a envoyer )
Pour finir tu fait une conclusion dans laquel tu dis que oui et non
Voila j'espère t'avoir aider et si ta d'autre question n'hésite pas à les pauser...

13 (Modifié par Jehan 06/04/2019 à 20:51)

Selon vous, les artistes doivent-ils s'engager ?

La prochaine fois que tu veux aider, Gwen, fais tout de même un peu plus attention à ton orthographe. Plus d'une vingtaine de fautes...

Elvina, tu peux consulter nos fiches méthodes :
https://www.etudes-litteraires.com/diss … eraire.php

14

Selon vous, les artistes doivent-ils s'engager ?

http://www.leparisien.fr/culture-loisir … 048007.php

Selon vous, les artistes doivent-ils s'engager ?

Bonsoir,
J'ai déjà demandé de l'aide pour ce sujet d'argumentation mais j'aurais encore besoins d'un petit coup de mains...

Auriez-vous un exemple d'artiste et une oeuvre précise engager à la  résistance à la seconde guerre mondial facile à argumenté s'il vous plais ? sans compté Picasso et Eluard..

Ainsi qu'un artiste et une oeuvre non engager a cette cause ? sans compté Ponge et Victor Hugo..

Bien sur je chercher de mon coté !!

Merci d'avance pour vos réponses..

16

Selon vous, les artistes doivent-ils s'engager ?

Les Lilas et les Roses


O mois des floraisons mois des métamorphoses
Mai qui fut sans nuage et Juin poignardé
Je n'oublierai jamais les lilas ni les roses
Ni ceux que le printemps dans les plis a gardés

Je n'oublierai jamais l'illusion tragique
Le cortège les cris la foule et le soleil
Les chars chargés d'amour les dons de la Belgique
L'air qui tremble et la route à ce bourdon d'abeilles
Le triomphe imprudent qui prime la querelle
Le sang que préfigure en carmin le baiser
Et ceux qui vont mourir debout dans les tourelles
Entourés de lilas par un peuple grisé

Je n'oublierai jamais les jardins de la France
Semblables aux missels des siècles disparus
Ni le trouble des soirs l'énigme du silence
Les roses tout le long du chemin parcouru
Le démenti des fleurs au vent de la panique
Aux soldats qui passaient sur l'aile de la peur
Aux vélos délirants aux canons ironiques
Au pitoyable accoutrement des faux campeurs

Mais je ne sais pourquoi ce tourbillon d'images
Me ramène toujours au même point d'arrêt
A Sainte-Marthe Un général De noirs ramages
Une villa normande au bord de la forêt
Tout se tait L'ennemi dans l'ombre se repose
On nous a dit ce soir que Paris s'est rendu
Je n'oublierai jamais les lilas ni les roses
Et ni les deux amours que nous avons perdus

Bouquets du premier jour lilas lilas des Flandres
Douceur de l'ombre dont la mort farde les joues
Et vous bouquets de la retraite roses tendres
Couleur de l'incendie au loin roses d'Anjou

Louis Aragon

Sol de Compiègne


Robert DESNOS

Recueil : "Ce cœur qui haïssait la guerre"



CHŒUR (très pressé et comme se chevauchant)
Craie et silex et herbe et craie et silex
Et silex et poussière et craie et silex
Herbe, herbe et silex et craie, silex et craie
(ralenti)
Silex, silex et craie
Et craie et silex
Et craie…

UNE VOIX
Quelque part entre l’Hay-les-Roses
Et Bourg-la-Reine et Antony
Entre les roses de l’Hay
Entre Clamart et Antony

CHŒUR (très rythmé)
Craie et silex — craie et silex
Et craie
Et silex et craie et silex et craie
Et silex

UNE VOIX
Entre les roses de l’Hay
Et les arbres de Clamart
Avez-vous vu la sirène
La sirène d’Antony
Qui chantait à Bourg-la-Reine
Et qui chante encore à Fresnes.

CHŒUR
Sol de Compiègne !
Terre grasse et cependant stérile
Terre de silex et de craie
Dans ta chair
Nous marquons l’empreinte de nos semelles
Pour qu’un jour la pluie de printemps
S’y repose comme l’œil d’un oiseau
Et reflète le ciel, le ciel de Compiègne
Avec tes images et tes astres
Lourd de souvenirs et de rêves
Plus dur que le silex
Plus docile que la craie sous le couteau

UNE VOIX
À Paris près de Bourg-la-Reine
J’ai laisse seules mes amours
Ah ! que les bercent les sirènes
Je dors tranquille, oh ! mes amours
Et je cueille, à l’Hay, les roses
Que je vous porterai un jour
Alourdies de parfums et de rêves
Et, comme vos paupières, écloses
Au clair soleil d’une vie moins brève
Pleine d’éclairs comme un silex,
Lumineuse comme la craie

CHŒUR (alterné)
Et craie et silex et silex et craie
Sol de Compiègne !
Sol fait pour la marche
Et la longue station des arbres,
Sol de Compiègne !
Pareil à tous les sols du monde,
Sol de Compiègne !
Un jour nous secouerons notre poussière
Sur ta poussière
Et nous partirons en chantant.

UNE VOIX
Nous partirons en chantant
En chantant vers nos amours
La vie est brève et bref le temps.

AUTRE VOIX
Rien n’est plus beau que nos amours

AUTRE VOIX
Nous laisserons notre poussière
Dans la poussière de Compiègne
(scandé)
Et nous emporterons nos amours
Nos amours qu’il nous en souvienne

CHŒUR
Qu’il nous en souvienne.

« Les Fusillés de Châteaubriant »
 
Ils sont appuyés contre le ciel
Ils sont une trentaine appuyés contre le ciel
Avec toute la vie derrière eux
Ils sont pleins d’étonnement pour leur épaule
Qui est un monument d’amour
Ils n’ont pas de recommandations à se faire
Parce qu’ils ne se quitteront jamais plus
L’un d’eux pense à un petit village
Où il allait à l’école
Un autre est assis à sa table
Et ses amis tiennent ses mains
Ils ne sont déjà plus du pays dont ils rêvent
Ils sont bien au-dessus de ces hommes
Qui les regardent mourir
Il y a entre eux la différence du martyre
Parce que le vent est passé là ils chantent
Et leur seul regret est que ceux
Qui vont les tuer n’entendent pas
Le bruit énorme des paroles
Ils sont exacts au rendez-vous
Ils sont même en avance sur les autres
Pourtant ils disent qu’ils ne sont pas des apôtres
Et que tout est simple
Et que la mort surtout est une chose simple
Puisque toute liberté se survit.

René-Guy Cadou, « Les Fusillés de Châteaubriant », in René-Guy Cadou, Pleine Poitrine, Périgueux, P. Fanlac, 1946.

Les Seigneurs de Maussane

L'un après l'autre, ils ont voulu nous prédire un avenir

heureux.
Avec une éclipse à leur image et toute l'angoisse conforme

à nous.
Nous avons dédaigné cette égalité,
Répondu non à leurs mots assidus.
Nous avons suivi l'empierrement que notre cœur s'était

tracé,
Jusqu'aux plaines de l'air et l'unique silence.
Nous avons fait saigner notre amour exigeant,
Lutter notre bonheur avec chaque caillou.

Ils disent à présent qu'au-delà de leur vue,

La grêle les effraie plus que la neige des morts!

René Char

Selon vous, les artistes doivent-ils s'engager ?

Merci beaucoup pour ta réponse !