181

Espace poétique

Si, ça nous appartient, mais cela ne veut pas dire qu'on le contrôle, en effet.

Merci de vos bons vœux.

Bons rêves à vous.

182

Espace poétique

J'ai passé deux années éprouvantes à me battre contre la dépression. Ce qui a été le plus éprouvant dans l'histoire, ce n'était pas l'anhédonie, mais le manque de créativité et de productivité. J'étais un poète (de surcroît prolifique), et je me suis retrouvé complètement vidé de toute énergie et de toute motivation. Je ne suis pas parvenu à aller au bout de mon mémoire. L'échec m'insupporte, et celui-là n'a guère fait exception à la règle. Je me suis senti faible et nul. Ce poème est une construction, et je dirais même que c'est une reconstruction... de moi-même, de ma vie, de mon passé, mais surtout de mon présent et de mon avenir. L'édifice qui s'est effondré si brusquement s'élèvera de nouveau tôt ou tard.

L’édifice s’effondre et la foule applaudit.
Un silence s’élève au milieu du vacarme ;
Des décombres surgit le poète maudit,
Qui tient en sa main droite un semblant d’une larme.

L’édifice s’effondre et la foule grandit.
Abattu, le poète agrippe sa seule arme ;
En dépit de son mal, il se lève et brandit,
Devant le monde gris, sa plume aux couleurs parme.

Il se met à construire un nouvel univers
Et retrouve une verve alors pensée perdue.
Le Printemps prend alors la place des hivers,

Et la senteur des fleurs est partout répandue ;
Car même si la vie le noie dans ses méandres,
L’édifice renaît tôt ou tard de ses cendres.

183

Espace poétique

Merci de votre participation !

184 (Modifié par Duane 11/01/2019 à 16:51)

Espace poétique

Et bravo pour votre poème !

Oubliez la robe de bure des malédictions, si vous le pouvez, pour soulever des étoffes plus légères, même en ces périodes de froid glacial...

Ô vous filles superbes
Passant votre chemin
Combien vous ignorez
Que le seul sens du verbe
De naguère à demain
Est de vous adorer