1 (Modifié par Frydman Charles 05/05/2018 à 08:47)

Ruy Blas, du roman au film "la folie des grandeurs"

J’ai surtout retenu de Ruy Blas le "ver de terre amoureux d’une étoile"  .  Et comme un jeu de mot , Don Sallustre est très "vert" avec son habit vert.

"Don Salluste est vêtu de velours noir, costume de cour du temps de Charles II. La toison d’or au cou. Pardessus l’habillement noir, un riche manteau de velours vert clair, brodé d’or et doublé de satin noir."

"Il ouvre les tiroirs du coffre. Dans l’un d’entre eux il trouve un manteau de velours vert clair, brodé d’or, le manteau donné par don Salluste à Ruy Blas. Il examine le manteau et le compare au sien. Ce manteau me paraît plus décent que le mien.
Il jette le manteau vert sur ses épaules et met le sien à la place dans le coffre, après l’avoir soigneusement plié ; il y ajoute son chapeau qu’il enfonce sous le manteau d’un coup de poing ; puis il referme le tiroir. Il se promène fièrement, drapé dans le beau manteau brodé d’or."

Ruy Blas a endossé le manteau vert de Don Salluste ? C’est donc le ver de terre amoureux d’une étoile  ?!?

Il l’est beaucoup plus dans le film "la folie des grandeurs" avec son chapeau à pompons vert , il porte une pélerine verte lors de l'enlèvement de César,
, une pélerine verte lors d’une procession. Des gants verts , et on lui reproche un bébé sûrement de lui  puisque le bébé porte également des gants verts !  Bref , Don Salluste est bien plus ver (ou vert ?) que Blaze  dans le film !

(Toute allusion pour une publicité très verte qui passe actuellement à la télé ne serait que pure coincidence)

Ruy Blas, du roman au film "la folie des grandeurs"

Tu aurais dû nous dire tout ça en vers ! 

3 (Modifié par Frydman Charles 06/05/2018 à 11:54)

Ruy Blas, du roman au film "la folie des grandeurs"

Dans la pièce en vers on trouve 7 occurrences du mot verre et une de "verres" , dans le sens verre à boire . 46 "vers" dont 45 dans le sens "en direction de"  et un  dans une approximation temporelle : "vers l'an soixante-six". Un seul ver,  le fameux " ver de terre amoureux d’une étoile " .

On trouve d'autres "ver" ou "ver de terre" par ailleurs chez Victor Hugo, notamment un surprenant "ver de terre en carrosse" dans "les Misérables", avec une citation de la bible : "L'évêque baissa la tête et répondit : — Vermis sum (je suis un ver) .
— Un ver de terre en carrosse ! grommela le conventionnel
" .

Un évêque qui mène un grand train de vie contrairement à certains préceptes de la Bible !

Dans "la légende des siècles" , "le poète au ver de terre" :

https://fr.m.wikisource.org/wiki/Le_Po% … r_de_terre

L’envie est dans le fruit, le ver est dans la gloire.
Soit. Vivons et pensons, nous qui sommes l’Esprit.
Toi, rampe. Sois l’atome effrayant qui flétrit
Et qui ronge et qui fait que tout ment sur la terre...

Ces textes sont postérieurs à Ruy Blas .

Dans "Notre Dame de Paris" , roman antérieur à Ruy Blas , un "ver rongeur" :

Le livre imprimé, ce ver rongeur de l’édifice,la suce et la dévore.

Et ci-après un commentaire sur cet énigmatique "ver rongeur" , "comment l’imprimerie à tué l’architecture" :

http://philippedossal.fr/comment-limpri … nS2IU.dpbs

Et un "ver de terre" , suivi d'une sorte de jeu de mots avec des "verroteries vertes", des verres verts donc ! Des verres brillants, luisants comme des vers luisants...

À travers cette ondoyante chevelure, plus luisante qu’un
plumage de corbeau, on voyait se tordre et se nouer une grosse
corde grise et rugueuse qui écorchait ses fragiles clavicules et se
roulait autour du cou charmant de la pauvre fille comme un ver
de terre
sur une fleur. Sous cette corde brillait une petite amulette
ornée de verroteries vertes qu’on lui avait laissée sans
doute parce qu’on ne refuse plus rien à ceux qui vont mourir.

Pas d'autres "ver" que ces deux là dans Notre Dame de Paris.

Ruy Blas, du roman au film "la folie des grandeurs"

Je me demande ce que Jacques "Pré Vert" penserait de cet inventaire ? 

5

Ruy Blas, du roman au film "la folie des grandeurs"

"De science et d'orgueil, de moi, triste faveur !
Au lieu d'un ouvrier, on a fait un rêveur "
C'est Ruy-Blas qui dit ça à son ami le malfrat (je ne sais plus son nom). Je trouve l'humour et l'ironie et la vérité sociale de ces vers magnifiques ! Car allons ! qu'y a-t-il de pire dans une société qu'un homme qui pense, rêve, lis de la poésie bref ! perds son temps, au lieu de gagner de l'argent ?

Ruy Blas, du roman au film "la folie des grandeurs"

Lit...perd son temps.

7

Ruy Blas, du roman au film "la folie des grandeurs"

Merci de me rappelé le bonne usage qui ne devraient jamais zêtre souillé par d'imondes faute !