1 (Modifié par peltzer 31/07/2018 à 13:01)

Fred Kassak

Bonjour! Je sais que beaucoup d'élèves passionnés de nouvelles littéraires ou de cinéma et de collègues (lettres modernes ou classiques) ont lu Fred Kassak et parfois donné plusieurs heures de cours en classes de quatrième et de troisième sur "Iceberg", qui est au programme. Fred Kassak est décédé au printemps dernier.

Cette petite mise au point sera sûrement utile aux forumeurs d'études-littéraires pour se plonger dans sa vie et son oeuvre (qui est à la fois discrète et immense), ne serait-ce que pour préparer leurs cours.


Point de détail amusant, Kassak avait déclaré, à propos de l'"exploitation pédagogique d'Iceberg" (sic, in: Wikipedia, Iceberg): « L’Education nationale m’a couché sur son programme… je ne suis pas sûr que ce soit un grand motif de satisfaction artistique ! »

Par bien des côtés, les histoires de Kassak et celles de Fredric Brown se ressemblent. Par bien des côtés, leur caractère insolite, leurs ambiguïtés, leur humour noir et leur intensité dramatique évoquent une parenté d’autant plus étrange qu’ils ne se connaissaient ni personnellement ni par leurs œuvres. Tous les deux déconcertent l’amateur moyen de romans policiers moyens et de nouvelles fantastiques moyennes. Mais qu’un professeur de français de l’Université de Virginie tombe avec effarement sur une histoire de Kassak, et il s’empresse d’en envoyer la traduction au célèbre mensuel américain Ellery Queen’s Mystery Magazine qui la publie aussitôt. Ce sera « Who’s Afraid of Ed Garpo? » qui refait périodiquement surface dans les anthologies U.S. des meilleures nouvelles du monde. Quant à Iceberg, la célèbre short-story de Kassak, elle figure maintenant à titre d’exemple dans les manuels scolaires – ce qui d’ailleurs ne manquait pas d’inquiéter l’auteur, qui me confia un jour au cours d’une conversation: « L’Education nationale m’a couché sur son programme… je ne suis pas sûr que ce soit un grand motif de satisfaction artistique  »!

Il y aura sûrement, dans cette petite mine, des pépites pour la conception des cours à venir (suggestions d'autres nouvelles, informations sur la façon dont Kassak concevait la création littéraire:

« Et là, je me méfie de l’imagination: elle ne peut fournir que des lieux communs. C’est dans la réalité qu’on trouve cette originalité qui donne de la vie aux idées... »

Par ailleurs, comme les dates des manuels ne sont pas à jour, du moins les collègues pourront rectifier: 1928-2018