Intégrer une khâgne dans un lycée parisien en venant d'une hypokhâgne dans un lycée lillois ?

Bonjour à tous ! 

Après avoir eu l'immense plaisir de décrocher mon bac ES mention TB, j'ai eu également celui d'être admis en première année de CPGE littéraire (hypokhâgne) lettres et sciences sociales (B/L) dans un petit lycée de ma région (Notre-Dame de la Paix à Lille). Il s'agit d'une prépa ayant une bonne réputation et disposant de classes de bon niveau.


Or, espérant réussir cette année, j'aimerais beaucoup intégrer une prépa parisienne pour ma deuxième année de prépa littéraire (la khâgne). J'ai donc comme projet, d'une part, de donner le maximum de moi-même cette année afin d'avoir les meilleurs notes possibles (et parallèlement pour ne pas être déçu bien entendu) et, d'autre part, d'envoyer mon dossier à Henri 4, Janson-de-Sailly et Stanislas.


Après m'être renseigné, ce dossier devrait comprendre mes notes d'hypokhâgne, mon relevé de notes du bac et autres paperasses administratives. Aussi, je n'ai pas trouvé de site relatant une telle démarche et c'est ce qui m'amène notamment à publier ce post ! Par ailleurs, j'hésite à envoyer (pendant les vacances) un mail aux services d'admissions de ces prépas pour avoir plus d'informations notamment concernant ces questions :

- Quelle moyenne générale est attendue ? (Je pense entre 16 et 18 de moyenne ?)
- Si le rang de classe est un détail plus significatif (être dans les premiers sans doute surtout quand on prétend à de telles prépas)
- le ratio moyen de places disponibles en fin de 1ère année (autrement dit, le nombre d'élèves qui laissent leur place)

- ET ENFIN, les DEUX QUESTIONS QUI M'ANGOISSENT le PLUS :
1) Est-ce que venir d'une "petite" prépa est rédhibitoire ?
2) Avoir eu "que" 16.00 au bac (pas un 18,96 ni un 21,32 quoi...) l'est-il également ?

Pour info, j'ai eu 18 à l'écrit de français, 20 à l'oral, 9 en sciences, 17 aux TPE, 15 en philo, 17 en HG, 15 en SES, 19 en SSP, 12 en maths, 15 en anglais, 16 en espagnol (dont un 4/20 à la CO ce qui explique comment j'ai perdu 4 points sur ma note finale et idem pour l'anglais), 9 en EPS, 10 en Chinois LV3 (bon j'ai commencé en Terminale et je n'étais absolument pas prêt le Jour-J) et 18 en latin (option que j'ai commencé en Première) en sachant que j'ai révisé chaque épreuve la vieille (je n'en suis absolument pas fier mais j'ai eu un tas de galères au mois de mai et mon mois de juin s'est résumé à bosser le latin et le chinois tt seul car je faisais tout avec le CNED et que c'était clairement la galère).

J'ai, en effet, très peur de me faire des illusions, de croire que c'est possible ALORS QUE mon dossier peut très bien être directement refusé par les professeurs à cause de mon 16 au bac et/ou de ma provenance...

Voilà, si une âme charitable pouvait m'éclairer, je lui en serai extrêmement reconnaissant !!!

Alex.   

Intégrer une khâgne dans un lycée parisien en venant d'une hypokhâgne dans un lycée lillois ?

Bonsoir,

Oubliez le baccalauréat.

Changer d'établissement en khâgne est tout à fait possible, mais c'est très prématuré d'y penser dès à présent, tout dépendra de votre année à venir, notamment de votre classement et des résultats de votre établissement d'origine. Cela se fait en toute fin d'année scolaire.

Cordialement,

3 (Modifié par TheRedRoom 26/07/2018 à 08:51)

Intégrer une khâgne dans un lycée parisien en venant d'une hypokhâgne dans un lycée lillois ?

Bonjour,

Je suis un peu étonnée par ce type de projets... Pourquoi déjà prévoir de changer de khâgne ? Pourquoi ne pas déjà avoir demandé une hk dans les lycées que vous souhaitez vraiment ? Une prépa est un cycle en deux ans, je recommande vivement de rester dans le même établissement pour les deux années (sauf problèmes particuliers d'adaptation ou absence de la spécialité souhaitée pour Lyon). Pour la khûbe, c'est une autre histoire.
Ce n'est pas la bonne khâgne qui fait la réussite du khâgneux, c'est le bon khâgneux qui fait la réussite de la khâgne... On ne peut pas réussir un concours si on pense que c'est la prépa qui va le réussir à notre place.
Par ailleurs, tout ce que vous gagnerez en allant dans une "grande" prépa (ce "tout" restant à définir...) vous risquez de le perdre avec l'énergie depensée à vous adapter à un nouveau fonctionnement, de nouveaux profs, de nouveaux camarades.
En tant que professeur dans une "petite" prépa, j'ai vu quelques élèves partir faire leur khâgne ailleurs (oui, certains "grands" lycées recrutent en kh la tête de classe des petites hk, des élèves à qui bien souvent ils n'avaient pas donné leur chance en hk... Ce qui nous pose d'ailleurs problème !) mais jamais avec profit. J'ai parfois vu khûber ailleurs, ce qui à parfois été profitable.

4 (Modifié par alexdrz 26/07/2018 à 19:14)

Intégrer une khâgne dans un lycée parisien en venant d'une hypokhâgne dans un lycée lillois ?

@Arthur

Bonjour,

Tout d'abord, un grand merci pour votre réponse qui me rassure énormément (surtout que je suis très déterminé).

OUI, je le concède : c'est un choix prématuré. Il faut savoir néanmoins que j'avais déjà tenté ma chance cette année en envoyant mon dossier à H4 et à Janson-de-Sailly sur Parcoursup (14/15 de moyenne, 3e de classe à l'année, une classe de bon niveau mais insuffisant pour intégrer une B/L). Toutefois, j'ai passé beaucoup de temps à préparer les concours de Sciences Po (j'ai échoue l'IEP de Paris à 0,1), les concours généraux (philo et SES), 2 concours d'écoles de commerce ... et je savais pertinemment que je n'arriverai pas à tout faire en même temps ce qui est très regrettable. Donc m'informer aussi rapidement me permet d'avoir un objectif bien défini pour cette année (avec celui de réussir le concours de l'ENS) ce qui ne peut que renforcer ma motivation.

En tous cas, merci encore pour votre réponse! Je tâcherai d'être à la hauteur de mes ambitions. 

Cordialement.

@CCCC

Bonjour,

Merci d'avoir pris le temps de répondre. Je prévois déjà de changer de lycée parce que je rêvais de faire mes études à Paris (j'écris un roman sur cette ville d'ailleurs), et puis sans être condescendant, je pense avoir le niveau mais aussi la soif d'apprendre sans cesse. J'ai déjà fait ma demande cette année mais mes résultats n'étaient pas suffisants (ni mauvais).

J'en suis très conscient et je ne rentrerai pas en dépression si ma demande est rejetée. C'est vrai que je cherche un cadre élitiste (d'ailleurs pas vraiment propice au développement personnel mais quand on veut l'ENS, on est prêt à tout pour y arriver).

C'est fort probable que le climat change ... mais je pense pouvoir m'y faire et m'adapter à toutes les choses que vous venez de citer. )

Je concède votre dernière remarque et j'en suis le premier attristé (j'aimerais vous crier ma révolte face à notre système éducatif mais voilà il s'avère que j'ai choisi l'une des voies les plus scolaires qui puisse exister... ça serait donc de la mauvaise foi  )

Bien à vous!

Intégrer une khâgne dans un lycée parisien en venant d'une hypokhâgne dans un lycée lillois ?

Ce n'est pas la bonne khâgne qui fait la réussite du khâgneux, c'est le bon khâgneux qui fait la réussite de la khâgne... On ne peut pas réussir un concours si on pense que c'est la prépa qui va le réussir à notre place.

Que j'aime à lire ces mots.