1 (Modifié par Yvain 15/10/2016 à 21:14)

Les mauvais emplois fréquents

Question aux enseignantsVous devez être assez nombreux sur le forum et j'ai une question qui concerne deux fautes verbales, malheureusement, courantes de nos jours.
1/ La liaison où il n'en faut pas.
2/ La liaison omise.

Exemple 1/ : "handicapés".
De plus en plus souvent, il est fait une liaison avec 'les' ou 'des', alors qu'il s'agit d'un H aspiré (mot d'origine anglo-saxonne).

Exemple 2/ : "Euro(s)".
Là, c'est le contraire, et, à commencer par votre Ministre de tutelle, nombreux sont ceux qui "laissent un blanc" entre le chiffre ou le nombre et 'Euro(s)'.
Ces "un / euro" ; deux / euros ; "vingt / euros" ; "quatre-vingts / euros" ; "cent / euros", etc. m'arrachent les oreilles.
Quand je le peux, je pose la question suivante à ceux qui pratiquent ces fautes :
"Quel âge a un centenaire ?" Généralement, on me répond "cent T'ans", avec liaison.
La seconde question qui suit leur réponse, est la suivante :
"Pourquoi ne dites-vous pas 'cent / ans' ?"

Ce qui me dérange, c'est que très souvent, les sommités se retranchent sur la fréquence de l'emploi, pour admettre, ce qui n'a pas lieu de l'être.

Ma question à vous, enseignants :
Quand un de vos élèves fait ces liaisons mal à propos ou, au contraire, les élide, le reprenez-vous et en profitez-vous pour faire un mini-cours sur les règles des liaisons ?

Les mauvais emplois fréquents

Bonsoir.

Tu aurais pu poster ceci dans cette discussion, où tu avais déjà fait les mêmes remarques.
https://www.etudes-litteraires.com/foru … ts-p7.html
Si tu veux, je peux y déplacer ton message.

3 (Modifié par ricardo 13/09/2016 à 00:10)

Les mauvais emplois fréquents

Merci, mais je préfère ce fil, à part, car je ne cherche pas à savoir quelles sont les règles concernant les liaisons, je les connais.
Mon appel concerne tous ceux qui ont le rôle de Maître, enseignants, bien sûr, mais aussi parents, pour connaitre leur réaction vis-à-vis de ces fautes, trop souvent faites de nos jours.
Mon titre était rédigé dans ce sens mais je comprends que tu aies préféré le modifier.
Je reste persuadé que les bonnes règles de grammaire sont apprises en primaire. À cet âge, on retient facilement, et à quatre-vingts ans, je remercie encore mon instit de CM2, qui a su me les faire retenir, pas toutes, bien sûr mais quelques-unes quand même 
J'ai deux petits-enfants scolarisés, excellents dans tous les domaines. Ils font tous les deux ce genre de faute, ce qui me laisse à penser (laisse penser ???)que, tant les parents que les enseignants n'ont pas su leur faire percevoir. Je trouve ça dommage. Je l'ai dit à mon fils, leur père, qui a reconnu là une lacune dans son éducation.

Je réitère donc ici ma question : "Dans le cadre de vos fonctions, corrigez-vous ces fautes verbales ?"

Les mauvais emplois fréquents

Oui, bien sûr, mais il y a beaucoup plus grave que cela : je lutte toujours contre les "si j'aurais...", les "ils voyent", "ils croivent"...
Pour ce qui est du mot handicapé, presque personne ne fait la liaison.

Les mauvais emplois fréquents

ils croivent m'a souvent étonnée également de même que il faut mieux pour il vaut mieux.Pour ce qui est de la liaison entre les zeuros, je n'ai rien remarqué. Et pour les handicapés comme pour les haricots, il me semble aussi qu'on est sur la bonne voie question liaison.

Les mauvais emplois fréquents

Ils croivent comme ils boivent.
Vous souvenez-vous « L'Académie française valide de nouvelles formes de conjugaison  » ?

Les mauvais emplois fréquents

Ils *croivent comme ils boivent.
Effectivement.

8 (Modifié par ricardo 15/10/2016 à 12:27)

Les mauvais emplois fréquents

Je suis rassuré avec ces vos réponses, car ce sont les jeunes qui reprennent souvent les fautes qu'ils entendent de la bouche des adultes.
Il faut croire que j'ai moins de chance que vous car je ne cesse de reprendre les gens, quand la politesse me le permet.
Je n'ai pas eu l'occasion d'en faire la remarque à la Ministre de l'EN qui, lors d'une intervention à la tribune de l'Assemblée nationale,  a sortie un "...quatre cents / euros..." des plus audibles.
Je ne manquerai pas de relever ces fautes, lorsque je les entendrai, prononcées par un journaliste ou une personnalité dans les émissions que je suis à la TV.
Amitiés à tous les enseignants qui sont les garants du savoir.

Encore un exemple d'handicapé    du français.

Dailymotion - 15 septembre, 14h24

Quand ce Brésilien a découvert que sa copine l'avait trompé, il a décidé de lui préparer une vengeance dont elle allait se souvenir pendant un moment.

Il a installé une caméra cachée dans la voiture dans laquelle elle allait monter pour pouvoir filmer la scène et a pris soin de bien fermer les portières histoire qu'elle ne puisse pas s'échapper.

On vous laisse découvrir ce qui se trouve dans la boîte mais on vous prévient, vous risquez d'hurler vous aussi !

9

Les mauvais emplois fréquents

Oui, j'ai aussi constaté cette tendance grandissante à faire du "h" aspiré de "hurler, hurlement" un "h" muet. Même chez une femme de lettres :
https://img15.hostingpics.net/pics/938498Capture.png
https://books.google.fr/books?id=PeolBQ … mp;f=false

10 (Modifié par ricardo 20/01/2017 à 02:43)

Les mauvais emplois fréquents

Merci de cet exemple.
Autre chose, qui ne concerne pas les fautes de liaisons ou leur absence, le mauvais emploi de mots très courants.
Un exemple que j'ai lu ce matin, là :
http://www.francetvinfo.fr/economie/aut … 70429.html
Dont

(...) mais le gouvernement a choisi une autre voie.

Dans cette entreprise d'installation de plateformes téléphoniques, les déplacements sont nombreux et quotidiens. Résultat : une flotte de 27 voitures est prévue pour les techniciens et commerciaux. "L'ensemble de nos véhicules roule au diesel", explique l'un des salariés de l'entreprise. L'avantage du diesel pour les entreprises : une déduction de 80% de la TVA sur ce carburant. Une déduction qui devrait être étendue aux véhicules essence dès le 1er janvier 2017.

Sans insister sur l'accord du verbe, qui, bien que non fautif, aurait été plus évocateur au pluriel.
Ce qui me dérange, là encore, c'est la mauvaise interprétation du mot diesel
, qui n'a jamais été un carburant, mais  un système de motorisation, comme le moteur à explosion, ou le moteur électrique.
Les véhicules à moteur diesel ne "roulent" pas au diesel, mais au gazole, comme les véhicules équipés d'un moteur à explosion roulent à l'essence.