1

Le métier de professeur de lettres fait-il vraiment rêver ?

Bonjour à tous,

Me demandant de plus en plus si je veux vraiment faire ce métier,  et en attendant de faire un stage d'observation dans le secondaire, j'aimerais avoir des témoignages de professeurs de lettres en exercice sur leur parcours professionnel, leur premières années d'enseignement, et surtout sur leur plaisir (ou leur déception) suite à l'exercice de ce métier.
Depuis la seconde je me destine à enseigner la littérature, mais ayant lu beaucoup de témoignages négatifs (dépression, burn-out devant l’illettrisme et le manque de soutien administratif des profs), je commence à douter.
Voilà, et sinon, si certains ont des idées d'autres métiers sympas après un Master de Lettres/Philo (je suis en double cursus), je prends !

Le métier de professeur de lettres fait-il vraiment rêver ?

Bonjour à toi,
Tu as sûrement fréquenté des établissements scolaires, il n'y a pas si longtemps que ça, et tu dois bien avoir une petite idée de ce que peut être au moins une partie du métier du professeur de Lettres, celle où il se trouve face à une classe. Des professeurs de Lettres, tu as dû en voir plus d'un, à moins que tu aies été éduqué chez toi éloigné de toute école.
Il y a autant de métiers de professeurs que de postes et de classes dans lesquelles on est affecté.
Certains jeunes ou moins jeunes professeurs vivent un enfer dans des classes ingérables.
D'autres retardent le départ en retraite tant ils se sentent à l'aise dans le cocon de leur établissement.
Il n'y a pas de réponse unique, je crois.
Tout dépend de ta personnalité et des classes que tu auras.
Il faut être philosophe, avoir une santé solide et une bonne capacité d'adaptation.
Des idées d'autres métiers sympas après un Master de Lettres/Philo  , je n'en connais pas. Des métiers sympas, sauf ceux qui correspondent avec une passion (je pense à la musique, au théâtre, au chant,...), cela ne court pas les rues. Tous les gens que je connais préfèrent les vacances.

3 (Modifié par Ytreza 13/01/2016 à 10:33)

Le métier de professeur de lettres fait-il vraiment rêver ?

Des métiers sympas, sauf ceux qui correspondent avec une passion (je pense à la musique, au théâtre, au chant,...), cela ne court pas les rues. Tous les gens que je connais préfèrent les vacances.

Très pertinent. Je pense qu'il faut arrêter de chercher LE métier qui correspond à "faire ce qui nous plaît". Ce métier n'existe pas... Bien sûr, un goût dans un domaine aidera à apprécier le travail futur, mais effectivement sauf passions rares et peu lucratives, il y aura toujours des points que nous n'aimerons pas et qui nous feront préférer... les vacances.

Je pense que c'est pour cela qu'aujourd'hui de plus en plus de personnes exercent plusieurs métiers dans une vie, et c'est une solution à considérer, Mansfield. Tu peux commencer une carrière de professeur et puis ensuite embrayer sur un autre métier dans le domaine des lettres, ou bien l'inverse si le second métier demande des études plus poussées...

4

Le métier de professeur de lettres fait-il vraiment rêver ?

Bonjour,
Je suis toute jeune professeur de lettres.
J'ai la chance d'être dans un établissement avec une direction et une CPE solides qui nous soutiennent. J'aime beaucoup mon métier mais je le trouve épuisant. Je finis souvent mes préparations de cours ou de corrections de copies très tard (tôt en fait , du fait de ma vie de famille.) ça demande de l'organisation, de la logique et des nerfs. Mes élèves ne sont heureusement pas particulièrement agressifs ou insolents mais ils ont une tendance à l'entourloupe. Je dirais qu'il faut avoir de l'autodérision (j'ai un léger accent méridional qui fait beaucoup rire mes élèves franciliens ) mais également une main de fer (dans un gant de velours), parce qu'ils sont trente cinq et que ça part vite dans tous les sens. Beaucoup de pédagogie pour arriver à faire avancer tout le monde, à valoriser mais aussi à secouer quand c'est nécessaire. Bref je dirais que c'est un métier passionnant mais pas de tout repos

5

Le métier de professeur de lettres fait-il vraiment rêver ?

Mansfield a écrit :

[…] mais ayant lu beaucoup de témoignages négatifs (dépression, burn-out devant l’illettrisme et le manque de soutien administratif des profs), je commence à douter.
Voilà, et sinon, si certains ont des idées d'autres métiers sympas […]

Je connais peu de métiers où il n'y a pas de dépression, burn-out ou manque de soutien.

Il me semble qu'il faut regarder ce qu'il y a de positif :
Si tu aimes les lettres, c'est formidable de travailler dans ce secteur.
Si tu aimes transmettre, c'est encore un bon point.
Si tu es à l'aise avec les enfants, là aussi c'est un atout.

Inversement, si tu crains l'indiscipline, la contradiction, le manque de motivation de certains ou si l'inculture de nos chères têtes blondes (ou pas) te fait frémir, ne choisis pas cette voie.

Mais tout ça ne vaut pas le témoignage de première main de Titania. 

Quant aux excellents conseils de gabiana (« Il faut être philosophe, avoir une santé solide et une bonne capacité d'adaptation. ») ils sont valables pour bien d'autres professions. S'il y avait des métiers faciles, ça se saurait.

Le métier de professeur de lettres fait-il vraiment rêver ?

Cela me fait penser à ce passage de Dos Passos: "Ain't no good place to look for a job, young feller... There's jobs all right ... I'll be sixty-five years old in a month and four days and I've worked  sence I was five I reckon, and I ain't found a good job yet".

7

Le métier de professeur de lettres fait-il vraiment rêver ?

J'aime beaucoup la citation. 

... et puis ça m'a permis de découvrir John Dos Passos. 

Le métier de professeur de lettres fait-il vraiment rêver ?

Que je lis pour la première fois en ce moment.