101

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de may la rose

Pouveez m'aider pour faire un commentaire en francais dont je ne vois pas du tout par ou commencer svp.

Comment Ronsard fait l'éloge de la beauté et de l'amour, la sensualité dans ce poème consacré à Marie ?

Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose
En sa belle jeunesse, en sa première fleur
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose :

La grâce dans sa feuille, et l’amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d’odeur :
Mais battue ou de pluie, ou d’excessive ardeur,
Languissante elle meurt feuille à feuille déclose :

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
La Parque t’a tuée, et cendre tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif, et mort, ton corps ne soit que roses.

          Pierre de Ronsard, Sur la mort de Marie

Merci d'avance.

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

102

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de may la rose

Bonjour,

Voila j'ai un oral qui doit durée 10mn sur un poème de Ronsard:

Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose
En sa belle jeunesse, en sa première fleur
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose :

La grâce dans sa feuille, et l’amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d’odeur :
Mais battue ou de pluie, ou d’excessive ardeur,
Languissante elle meurt feuille à feuille déclose 

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
La Parque t’a tuée, et cendre tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif, et mort, ton corps ne soit que roses.

Donc je dois montrer que c'est un éloge funèbre, je comptais parler du vers "Languissante elle meurt feuille à feuille déclose "et "Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
La Parque t’a tuée, et cendre tu reposes." et de la dernière strophe  en parlant des offrandes "Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,"  sauf que je ne me rappelle plus de quelle religion çela fait partie. 
Je ne pense pas que mon texte va durer 10 mn donc si vous avez des idées  merci

103

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de may la rose

Bonjour,
je dois étudier les subordonnées dans un poème de Ronsard :


Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose
En sa belle jeunesse, en sa première fleur
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose :

La grâce dans sa feuille, et l’amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d’odeur :
Mais battue ou de pluie, ou d’excessive ardeur,
Languissante elle meurt feuille à feuille déclose :

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
La Parque t’a tuée, et cendre tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif, et mort, ton corps ne soit que roses.


Mais les "quand" me posent problème :
peut on dire que "Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose" et "Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté" sont des subordonnée circonstancielles de temps ? Si je ne me suis pas trompée et qu'il s'agit bien de subordonnées, je ne vois pas où se trouvent les propositions principales...

104

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de may la rose

Bonjour,
Pour "Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté" je mettrais également subordonnée circonstancielle de temps et sa principale: "La Parque t’a tuée" cela me semble logique par rapport aux temps employés et au sens des deux propositions. Je vous conseil toutefois d'attendre l'avis d'un second internaute car il se peux que ma réponse soit totalement fausse ou mal expliquée malgrès la coérence qu'il me semble y avoir.
Bonne journée.

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de may la rose

La réponse de Petite plume est apprentie est exacte en ce qui concerne la seconde subordonnée.

En ce qui concerne la première subordonnée, il s'agit bien aussi d'une subordonnée circonstancielle de temps, qui dépend non d'une vraie principale, mais d'une subordonnée circonstancielle de comparaison :

Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose
En sa belle jeunesse, en sa première fleur
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,

Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose :

Comme on voit la rose rendre le ciel jaloux au moment où l'Aube l'arrose...

On pourrait dire aussi qu'il s'agit d'un CC de l'infinitif "rendre".

106

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de may la rose

Si "comme on voit sur la branche..." est une subordonnée de comparaison, avec quoi le poète compare -t-il ? Désolé pour cette question mais je ne vois pas trop le sens ici... :S

107

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de may la rose

Bonjour,
j'ai beaucoup de mal à distinguer la parataxe de l' hypotaxe... Pourriez vous me dire ce que vous pensez de mon analyse de ce texte :


Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose
    En sa belle jeunesse, en sa première fleur
    Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
    Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose :

    La grâce dans sa feuille, et l’amour se repose,
    Embaumant les jardins et les arbres d’odeur :
    Mais battue ou de pluie, ou d’excessive ardeur,
    Languissante elle meurt feuille à feuille déclose
:

    Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
    Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
    La Parque t’a tuée, et cendre tu reposes.

    Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
    Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
    Afin que vif, et mort, ton corps ne soit que roses.




j'ai souligné les cas de parataxe et mis en gras les cas d'hypotaxe .

Merci pour votre aide !

108

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de may la rose

Bonjour !

J'ai essayé de faire un commentaire composé sur un poème de Ronsard

Ronsard
Second livre des Amours

Comme on voit sur la branche au mois de mai la rose,
En sa belle jeunesse, en sa première fleur,
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l'Aube de ses pleurs au point du jour l'arrose ;

La grâce dans sa feuille, et l'amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d'odeur ;
Mais battue ou de pluie, ou d'excessive ardeur,
Languissante elle meurt, feuille à feuille déclose.

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
Quand la Terre et le Ciel honoraient ta beauté,
La Parque1 t'a tuée, et cendre tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait2, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif et mort ton corps ne soit que roses.
1. Parque : déesse du destin, qui dévide et coupe le fil de la vie.
2. Lait : offrande antique.

Voici mes axes :
I) un sonnet traditionel
a. une versification traditionelle
b. la femme rose : thème de la nature et de l'amour

II) évolution des sentiments du poète
a. l'amour
b. la tristesse

Merci

109

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de may la rose

amigo. voilà ta problématique: la sublimation de la jeune fille .
la rencontre impossible. ce sont les centres d'interet

110

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de may la rose

Bonjour,
je travaille sur la mort de Marie de Ronsard,j'ai essayé d'analyser plusieurs vers
Je ne sais pas si mon raisonnement tient :

Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose
En sa belle jeunesse, en sa première fleur
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose :

La grâce dans sa feuille, et l’amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d’odeur :
Mais battue ou de pluie, ou d’excessive ardeur,
Languissante elle meurt feuille à feuille déclose :

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
La Parque t’a tuée, et cendre tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif, et mort, ton corps ne soit que roses.


Cette mort est brutale ;d'une soudaineté déconcertante.On trouve des sonorités dures et agressives qui marquent que bien la mort soudaine de la femme.La "Parque"est une divinité grecque aveugle qui coupe le fil de la vie,la mort s'annonce ainsi de manière aléatoire et injuste.On remarque un hémistiche de 6 syllabes qui marque la rupture violente,la séparation terrible.Le destin "fatum" en latin, est donc imprévisible et dévastateur.

Ensuite la mort de la fleur est naturelle,la pluie étant elle aussi un élément appartenant au cycle de la vie.
Cette mort est adoucie,en effet "Languissante ,elle meurt feuille à feuille" déclose montre qu'elle s'éteint progressivement.On l'observe dans le mouvement du vers,qui est lent,cela permet de montrer l'état de la rose.

J'ai aussi essayé d'analyser la souffrance du poète dans ce poème:

On voit la souffrance du poète à travers l’ énonciation qui passe du pronom « on » qui ne montre pas la présence du poète,passe au pronom « tu » qui révèle l’affliction ,la proximité du poème face à la femme aimée
Cette souffrance  est évoquée « mes larmes ;mes pleurs »V12.Ici,le poète offre sa souffrance à Marie,cela permet de dépasser la mort.
Le poète montre son état de souffrance en utilisant des verbes au temps présent.





Voila
J'aimerai bien aller plus loin dans ces analyses mais j'ai du mal

Merci d'avance

Bonjour,
Y-a-t'il quelqu'un qui puisse m'aider ?
Merci beaucoup