Architecture n-tiers

Bonjour,

En informatique on parle d'architecture n-tier(s?). Il s'agit d'un très mauvais anglicisme (car c'est un faux ami) du mot anglais tier (niveau couche partie).
Ma question est : doit-on écrire architecture n-tier ou architecture n-tiers ?

J'ai appris à l'école que dans ce cas le mot tier est invariant (architecture n-tier) mais j'avoue que je ne sais pas pourquoi, ni si cela est vrai.

Il s'agit d'un anglicisme d'un adjectif anglais on le laisse donc invariant comme en anglais?
A cause du trait d'union ? Car il s'agit d'un nom utilisé comme adjectif ? Ou bien il n'est pas invariant et doit être accordé?

D'avance merci,

2

Architecture n-tiers

Bonjour, Bald

Le fait que n-tier soit un anglicisme n'a aucune importance. À partir du moment où il est utilisé en français, cet anglicisme doit bien sûr être francisé pour ses règles d'accord. C'est un principe bien établi par la petite réforme orthographique de 1990, consultable ici : http://www.renouvo.org/regles.php (règle B-2).

Si c'est un nom ou un adjectif au singulier, on ne mettra donc pas de S final. Au pluriel, il faudra par contre écrire n-tiers : une architecture n-tier, des architectures n-tiers... Primaire, mais solide ! 

Architecture n-tiers

Un grand merci pour cette réponse

Si je comprends bien, on doit donc écrire une architecture 5-tier , des architectures 5-tiers

4

Architecture n-tiers

Voilà bien un anglicisme très nocif pour le français car il ne peut s'intégrer harmonieusement pour plusieurs raisons. Du fait de sa formation avec un préfixe "n-" inconnu du français non technique, et surtout du fait de la regrettable confusion que le pluriel de tier, tiers, étage, peut faire naître avec le mot français tiers, qui ne se prononce pas pareil et ne signifie pas du tout la même chose. L'horreur est à son comble quand on parle d'architecture 3-tiers, où l'on aura évidemment la tentation de lire à la française et de comprendre trois tiers comme on comprend quatre quarts.
Pour ce mot plus que pour tout autre, la seule solution élégante est de traduire. On peut suivre par exemple les recommandations de l'Office québécois :

architecture multiniveau
Domaines :
informatique
télécommunication

Logo identifiant une fiche rédigée par l’Office québécois de la langue française Office québécois de la langue française, 2003

Définition
Architecture dérivée du modèle client-serveur, dans laquelle on peut insérer, au besoin, des niveaux logiciels supplémentaires entre le niveau client et le niveau serveur, permettant ainsi à des entreprises d'étendre leurs activités sur le Web. 

Notes
L'architecture multiniveau, conçue pour des composants logiciels ouverts de type JavaBeans, CORBA et ActiveX, est très adaptée au fonctionnement des intranets et des extranets. Ces derniers peuvent alors évoluer naturellement pour exploiter les capacités de partage et de diffusion de l'information rendue ainsi disponible. 
Termes jugés adéquats pour désigner le concept à l’intérieur d’un domaine spécialisé, conformes au système linguistique du français ou acceptables en vertu des politiques officielles de l’Office
   
Termes privilégiés
architecture multiniveau   n. f.
architecture n-niveaux   n. f.

Termes non conformes au système linguistique du français ou jugés inacceptables en vertu des politiques officielles de l’Office    
Termes déconseillés
architecture n-tiers   
système Client/Serveurs à n tiers   
Le mot tiers n'a pas la même signification en français et en anglais. En effet, tier (et son pluriel tiers) se traduit par niveau ou couche, alors que le mot français tiers désigne une partie d'un tout divisé en trois.

Si vous teniez absolument à utiliser le mot anglais, je crois, contrairement à l'intervenant précédent, péché pour péché, bien préférable de conserver le mot invariable "n-tier" au singulier et au pluriel. Le français est habitué aux adjectifs invariables, que ce soit pour une raison ou une autre (adjectifs de couleurs, adjectifs importés comme "standard", etc.). En gardant le mot "tier" au singulier, on évitera la regrettable confusion avec le français "tiers".
Vous écrirez donc : une architecture 5-tier , des architectures 5-tier.

5

Architecture n-tiers

Effectivement, Lamaneur n'a pas tort. Le mot composé n-tier doit s'écrire au pluriel avec un S final, si nous suivons la réforme de 1990. Mais cela peut occasionner des erreurs de lecture.

Comme dit Lamaneur, le mieux est de trouver une autre expression pour n-tier. Cet anglicisme est plutôt un barbarisme. Aucun rapport avec "chèque", si bien intégré au français que personne ne se doute qu'il est d'origine anglaise ! 

Architecture n-tiers

Tout est dit ! Et du coup je ne comprends plus rien ! 
Vous l'aurez surement compris : je suis informaticien et pas du tout spécialiste de grammaire.

Dans votre citation de l'office québécois je lis une « architecture n-niveaux », si j'ai bien compris la réforme de 1990 on devrait écrire "une architecture n-niveau"  "des architectures n-niveaux" ??

Pour conclure, je dirai qu'il faut suivre la position de l'office québecois vu qu'ils ont déjà réfléchi à cette question.


Pour la petite histoire, un argument lu pour l'écriture d'une architecture 3-tiers: le ratio google. Et oui, on en est là, Google comme référence du français.   

Petite question annexe : Est-il possible de modifier le titre de la discussion « architecture n-tiers » que j'ai très très mal choisi?

7

Architecture n-tiers

bald a écrit :

Dans votre citation de l'office québécois je lis une « architecture n-niveaux », si j'ai bien compris la réforme de 1990 on devrait écrire "une architecture n-niveau"  "des architectures n-niveaux" ??
Pour conclure, je dirai qu'il faut suivre la position de l'office québecois vu qu'ils ont déjà réfléchi à cette question.

Voilà qui est très sage !
Dans l'adjectif "n-niveaux", on est à mi-chemin entre le français et les maths, on considère que "n" multiplie "niveau", et que celui-ci prend donc un "x", que ce soit au singulier ou au pluriel. C'est un peu la même chose que la voiture qu'on appelait une "2-chevaux" ; on ne dirait pas une "deux-cheval" au singulier ! On écrira de la même façon un commutateur 2-voies.
Vous noterez qu'on traite "multiniveau" d'une manière différente, car là, il s'agit d'un "vrai" mot, construit conformément aux usages, et dans ces cas-là, le préfixe multi- ne multiplie pas le nom qui suit, bien que sémantiquement "multi-" comme "poly-" indique une pluralité. On écrira de la même façon un "commutateur multivoie" (même si, bien sûr, on trouve sur Google un paquet de "multivoies" même au singulier !).

Architecture n-tiers

Désolé d'insister, mais j'aime bien comprendre.


lamaneur a écrit :

[
Dans l'adjectif "n-niveaux", on est à mi-chemin entre le français et les maths, on considère que "n" multiplie "niveau", et que celui-ci prend donc un "x", que ce soit au singulier ou au pluriel.

Ce raisonnement peut s'appliquer aussi à une "architecture n-tier(s)" et donc il faudrait mettre un s au singulier comme au pluriel.

Ma conclusion est donc:
1)Utiliser "architecture n-niveaux" au lieu de l'anglicisme "architecture n-tiers"
2)La règle voudrait qu'on écrive "une architecture n-tiers"/"des architectures n-tiers", mais pour éviter tout confusion il faut écrire "une architecture n-tier"/"des architectures n-tier" si on n'utilise par le terme "n-niveau"

9

Architecture n-tiers

Vous avez parfaitement compris et votre insistance est bienvenue.