1

Édit de Rothari 22.11.623

Bonjour,

Il y a bien longtemps que j'ai remisé mon Gaffiot et je suis confronté à la traduction de quelques extraits d'un Edit  du roi des Lombards traitant de pénalités en cas d'accident d'un ouvrier.
4 de ces articles m'intéressent particulièrement, 3 ayant été trouvés en anglais, le quatrième - ci-après- en latin est précisément celui qui me pose problème.

Si un membre pouvait me le traduire, je serais particulièrement heureux. Cela pour entrer dans une sorte de chrono des codes des anciens constructeurs.

Avec mes remerciements
Cordiales salutations de Savoie

Vk
************************************************

INCIPIT  EDICTUM  QUEM  RENOVAVIT  DOMINUS  ROTHARI

143. De eo, qui post accepta conpositione se vindicaverit. Si homo occisus fuerit liber aut servus et pro humicidio ipso conpositio facta fuerit et pro ampotandam inimicitia sacramenta prestita: et postea contegerit, ut ille, qui conpositionem accepit, se vindicandi causam occiderit hominem de parte, de qua conpositionem accepit: iubemus,ut in dublum reddat ipsam conpositionem iterum parentibus aut domino servi.

Simili modo de plagas aut feritas:qui post conpositionem acceptam se vindicare temptaverit, in dublum, quod accepit, restituat excepto si hominem occidit, conponatur ut supra.

*****************************************************

2

Édit de Rothari 22.11.623

Bon. J'ai fait ce que j'ai pu, mais je ne suis pas très satisfaite. Il me manque certains mots (sans doute des petites erreurs d'orthographe qui m'empêchent de trouver les mots), et je n'ai pas vraiment l'habitude de ce genre de texte, mais voilà ce que j'ai. D'autres me corrigeront, et me complèteront :

"En ce qui concerne celui qui, une fois le procès conclu, se sera vengé.
Si l'homme est tué, homme libre ou esclave, c'est pour l'homicide que le procès sera mené,
et c'est pour l'ampotandam (?) inimicitia (haine) sacramenta prestita (?).
Et après cela, il lui arrivera (?), parce que celui qui accepta la décision de procès, a tué, pour se venger, l'homme de l'autre partie, à propos de cette décision qu'il accepta (pas vraiment sûr de l'ordre des mots) : nous ordonnons qu'il redonne en double la même chose à nouveau à la famille ou au maître de l'esclave.

De la même manière, en ce qui concerne les coups ou les violences : celui qui, après avoir accepté le procès, aura cherché à se venger, il rendra au double ce qu'il a accepté, sauf s'il a tué l'homme, il sera décidé comme ci-dessus."

je traduis conpositio (compositio) : par procès, ou décision de procès, il n'y a pas de traduction pour le latin classique.
humicidio = homicidio

Je sais, j'aurais pu faire un peu mieux, mais là je bloque, et je ne crois pas que j'aurais le temps de revenir dessus.
Désolée, merci de m'avoir fait un peu travailler les neurones.
Bon courage.
(Par curiosité, vous travaillez sur quoi ?).

Édit de Rothari 22.11.623

Babylone, bonjour.

Avant toute chose, un grand merci pour votre aide.
Hormis les 3 mots qui demeurent encore un peu mystérieux, le sens général de la traduction correspond à peu près à ce que j'attendais.

Pour répondre à votre 'curiosité', ce texte est, comme mentionné, un extrait d'un Edit de Rothari, roi des Lombards.
L'extrait en question correspond à l'article 143 de cet Edit qui est lui-même une sorte de Code Civil de l'époque

La recherche que j'ai entreprise, est une sorte de chronologie des Chartes, Obligations, etC.. ( Od Charges Britanniques )  du Métier de la Construction et de la Maçonnerie.
Il se trouve que cet extrait est l'un des premiers recencés et qui cite notamment les - Maîtres Comacins- qui se sont illustrés par la suite sur de nombreux chantiers européens.

Voilà, en 'deux mots', les conséquences portant sur quelques centaines de pages.
Cela étant, si vous souhaitiez de plus amples infos sur ce sujet, ce sera avec le plus grand plaisir ....

Merci encore du temps  consacré et de votre patience.

Bien cordialement de Savoie

Volker

Édit de Rothari 22.11.623

babylone a écrit :

Bon. J'ai fait ce que j'ai pu, mais je ne suis pas très satisfaite. Il me manque certains mots (sans doute des petites erreurs d'orthographe qui m'empêchent de trouver les mots), et je n'ai pas vraiment l'habitude de ce genre de texte, mais voilà ce que j'ai. D'autres me corrigeront, et me complèteront :

"En ce qui concerne celui qui, une fois le procès conclu, se sera vengé.
Si l'homme est tué, homme libre ou esclave, c'est pour l'homicide que le procès sera mené,
et c'est pour l'ampotandam (?) inimicitia (haine) sacramenta prestita (?).
Et après cela, il lui arrivera (?), parce que celui qui accepta la décision de procès, a tué, pour se venger, l'homme de l'autre partie, à propos de cette décision qu'il accepta (pas vraiment sûr de l'ordre des mots) : nous ordonnons qu'il redonne en double la même chose à nouveau à la famille ou au maître de l'esclave.

De la même manière, en ce qui concerne les coups ou les violences : celui qui, après avoir accepté le procès, aura cherché à se venger, il rendra au double ce qu'il a accepté, sauf s'il a tué l'homme, il sera décidé comme ci-dessus."

je traduis conpositio (compositio) : par procès, ou décision de procès, il n'y a pas de traduction pour le latin classique.
humicidio = homicidio

Je sais, j'aurais pu faire un peu mieux, mais là je bloque, et je ne crois pas que j'aurais le temps de revenir dessus.
Désolée, merci de m'avoir fait un peu travailler les neurones.
Bon courage.
(Par curiosité, vous travaillez sur quoi ?).

C'est du latin médiéval, et du mauvais qui plus est. Manifestement le scribe ne le maîtrisait pas, loin de là. Bien que le texte soit du début du septième siècle, la plupart de ses mots médiévaux ne figurent pas dans le Lexicon totius latinitatis. Ils n'ont probablement été utilisés que dans la loi des Lombards et sont donc des hapax, un travail de devinette est donc parfois inévitable.

Je suis parfaitement d'accord avec la traduction de babylone. Je risquerais de substituer impotantem à ampotandam (prononcez impotantem evec un accent tudesque, vous verrez, ça peut le faire...) ="incapacité résiduelle permanente". Compositio, selon Goelzer, peut signifier transaction, accord amiable. Sacramenta,  c'est ce que nous appelerions dépôt de garantie, caution. Prestita = versé, versée.

Édit de Rothari 22.11.623

Merci à Zorah et Babylone qui m'ont permis de clore cet article.
Il est vrai que les scribes de l'époque prenaient parfois des libertés dans les retranscriptions, à moins que leur culture orthographique n'ait été parfois défaillante.
J'ai eu ce même problème avec des textes en anglais ancien et, effectivement, il fallait parfois jouer aux devinettes ...

Merci en core
Volker