11

Jeune débutant en grec ancien

d'accord, les règles d'accentuation sont un peu compliquées ; mais depuis quelques années, on commence à les apprendre aux élèves dès la première année, parce qu'après, c'est impossible de les ajouter !
je conseillerais donc de ne pas forcément apprendre les règles d'accentuation ; peut-être juste d'apprendre les accents sur les mots de vocabulaire.
de toutes façons, on ne fait pas énormément de thème en général.
et non, pas d'ablatif en grec, c'est toujours ça de gagner ;-)

Jeune débutant en grec ancien

Aristophane a écrit :

Le latin et le grec proviennent tous les deux de l'indo-européen ; dans cette langue-mère, autant qu'on a pu la restituer, le nom se fléchissait sur 8 cas (Nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif, ablatif, locatif, instrumental).  Comme la langue va toujours en se simplifiant au fil du temps, s'opère le phénomène linguistique que l'on appelle "syncrétisme", qui est l'assimilation par un même cas de plusieurs fonctions.
Aristophane

Eh ben ! Je plains les écoliers d'il y a cinquante mille ans ! Leur grammaire devait être d'une complexité inouïe !

Dans quelques milliers d'années que seront devenues les langues indo-européennes ? Et la pensée se sera-t-elle simplifiée au même rythme que la grammaire ? Pourrons-nous dire adieu à la grammaire, la philo, etc. ?

Cette évolution est probablement inéluctable. Mais est-elle un bien ou un mal ?

Jeune débutant en grec ancien

Amusant Aristophane et Zorah...
j'aime beaucoup l'idée de petits écoliers indo-européens en train de réciter poliment leurs déclinaison tout en pensant "vivement les langues romanes, qu'on se débarasse des cas!"

Cela dit, plus sérieusement, si les langues allaient toujours en se simplifiant (si tant est qu'une langue qui inscrit les relations entre les unités de ses phrases dans sa syntaxe, ses prépositions ou tout autre chose soit plus 'simple'), il y a un certain temps que nous n'aurions plus que le son A et peut-être quelques intonations pour signifier un ou deux sentiments tout aussi simples... S'il y a des syncrétismes d'une part, il y a des distinctions et de nouvelles subtilités d'autre part. Si en Français on ne trouve plus de cas, ni vraiment de concordance des temps stricte, on trouve en revanche un ordre des mots plus signifiant, une phonologie plus riche, et un lexique polus imprtant qu'en latin, pour ne citer que ces points. Tout cela tend à s'équilibrer, même si l'on doit bien se rendre compte - je n'en ai pas fait l'expérience, mais l'hypothèse ne me semble pas invérifiable - que certaines langues offrent plus d'outils logiques ou de conceptualisation que d'autres.

Enfin, l'IE ne présente pas 8 cas: le sanskrit, qui en présente le plus, présente 8 cas. Ce n'est ps parce quel'on reconstruit des morphèmes spécifiques que ceux-ci n'ont pas pu à un moment être des allomorphèmes... Rappelons aussi à l'écolier IE qu'il a dû attendre un certain temps avant d'avoir un pluriel ou un passif...