Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour,

J'ai un commentaire à réaliser pour demain sur le texte de Flaubert, extrait de l'oeuvre "Madame Bovary", le texte est le suivant:
De temps à autre , on entendait des coups de fouet derrière la haie ; bientôt la barrière s'ouvrait : c'était une carriole qui entrait.Galopant jusqu'à la premiere marche du perron, elle s'y arrêtait court , et vidait son monde qui sortait par tous les cotés en se frottant les genoux et en s'étirant les bras.Les dames ,en bonnet, avaient des robes à la facon de la ville , des chaines de montre en or , des pelerins à bouts croisés dans la ceinture , ou de petits fichus de couleur attachès dans le dos avec une épingle , et qui leur découvraient le cou par derriere.Les gamins,vêtus pareillement a leur papas, semblaient incommodés par leurs habits neufs (beaucoup même étrennerent ce jour-là la première paire de bottes de leur existence ) et l'on voyit à côté d'eux, ne soufflant mot dans la robe blanche de sa première communion rallongée pour la circonstance , quelque grande fillete de quatorze ou seize ans leur cousine ou leur soeur aînée sans doute , rougeaude , ahurie , les cheveux gras de pommade à la rose et ayant bien peur de salir ses gants.Comme il n'y avait point assez de valets d'écurie pour dételer toute les voitures , les mesieurs retroussaient leurs manches et s'y mettaient eux-mêmes.Suivant leur position sociale différente , ils avaient des habits , des redingotes , des vestes , des habits-vestes :- bon habits , entourés de toute la consideration d'une famille , et qui ne sortaient de l'armoire que pour les solennités ; redingotes a grandes basques flottant au vent , à collet cylindrique ,à poches larges commes des sacs ; vestes de gros drap , qui accompagnaient ordinairement quelque casquette cerclée de cuivre à sa visière;habits-vestes très courts , ayant dans le dos deux boutons rapprochés comme une paire d'yeux , et dont les pans semblaient voir été coupés à meme un seul bloc , par la hache du charpentier .Quelques-uns encore ( mais ceux là , bien sûr , devaient dîner au bas bout de la table ) portaient des blouses de cérémonie , c'est-à-dire dont le col était rebattu sur les épaules , le dos froncé à petits plis et la taille attachée très bs par une ceinture cousue."
J'ai pensé au plan suivant, mais ne suis pas sûre de son efficacitée:

I La description d'une scène d'arrivée à un marriage: un registre réaliste.
II L'habillement des convives.
III La description d'une catégorie sociale à l'occasion d'un mariage.

Merci de votre aide.
Naïs
Mots clés :
«1

Réponses

  • Je crois bien qu'il y a plusieurs catégories sociales...
  • Euuh c'est bien gentil comme réponse mais ça ne m'aide pas beaucoup... Bien que vos sous-entendus soient jolis, je ne saisis pas vraiment ce qque vous voulez dire et je suis toujours dans le flou... Euh c'est vraiment une entraide littéraire ici ou bien un concours à qui "enfoncera le plus l'autre dans le brouillard"?
  • Pas du tout, ma réponse est sérieuse, Flaubert décrit plusieurs catégories sociales par le biais de leurs vêtements
  • Je suis d'accord... mais çe ne me dit toujours pas si mon plan est bon? Auriez vous un plan plus approprié à me proposer? Ce commentaire est pour demain... je pense que je ne vais pas dormir de la nuit, me lever encore à 4 heures du mat' pour espérer finir ce devoir... On parle ici d'entraide scolaire... c'est finalemet pas très vrai... Les élèves proposen un plan, en espérant avoir une réponse claire et précise afin de prendre confiance en eux et bosser les points qui ne vont pas et ne pas se coucher trop tard et résultat on dénigre leurs réponses ou bien on leur propose des réponses courtes et floues, sans préciser d'avantage ce qui va ou ne va pas dans leur devoir.
    Je trouve ça plutôt désolant. :(
  • Népalambulant a écrit:
    Euuh c'est bien gentil comme réponse mais ça ne m'aide pas beaucoup... Bien que vos sous-entendus soient jolis, je ne saisis pas vraiment ce qque vous voulez dire et je suis toujours dans le flou... Euh c'est vraiment une entraide littéraire ici ou bien un concours à qui "enfoncera le plus l'autre dans le brouillard"?
    Attention, Népalambulant, ne prends pas les gens de haut. Léah a simplement voulu t'indiquer que cette description "vestimentaire", lors d'une noce "rurale", reproduisait les "schémas" des différences sociales au sein même, éventuellement, d'un même monde...

    Édit :
    Ce commentaire est pour demain... je pense que je ne vais pas dormir de la nuit, me lever encore à 4 heures du mat' pour espérer finir ce devoir... On parle ici d'entraide scolaire... c'est finalemet pas très vrai...
    Il t'aurait appartenu de t'y prendre plus tôt, ce qui t'aurait donné le temps (précieux) de la réflexion...

    Muriel
  • Ce que je veux dire par là c'et que ce forum censé être une entraide scolaire n'en est finalement pas une puisque les gens compétants que vous êtes ne sont pas capable d'aider un élève.
  • Bonjour,
    Je suis nouvelle ici, je ne sais pas trop comment m'y prendre. Ca a l'air de pas mal dégénérer
    Euh, j'ai moi aussi un commentaire à faire à ce sujet et je pensais à y répondre avec ce plan:

    En grand I on pourrait parler d'une descrition vestimetaire des convives, en grand II, La noce campagnarde et enfin en grand III, La diversité sociale de la société à travers cette noce.

    J'espère ne pas vous déranger, et vous demande si ce plan est correct ou encore à travailler.

    Merci d'avance. :)
  • Crocodileuh :)
    Je suis contente de voir que tu as compris que ce texte fait état de diverses catégories sociales, qui se reconnaissent à la façon, particulère à chacune, de se vêtir
    Ton plan est pas mal, parce que tu passes du détail (vêtements divers) au général (condition sociale) en passant par un intermédiaire (la noce) qui réunit tous ces gens

    Népalambulant, si tu trouves qu'on n'est pas compétents ici, tu peux aller prendre des cours particuliers (payants) chez un professeur particulier
    Tu peux aussi nous noter :lol: :lol: :lol:
    Tu as écrit
    La description d'UNE catégorie sociale à l'occasion d'un mariage.
    Je te réponds : non, PLUSIEURS catégories sociales sont décrites
    Je ne vois pas en quoi tu peux me reprocher de ne pas chercher à t'aider
    Mais, que tu te lèves à 4 heures du mat parce que tu fais ton devoir au dernier moment, ce n'est pas de mon fait
  • Merci beaucoup de ton aide. Je vais travailler mon plan alors
  • Bonsoir Crocodileuh,

    Il faudrait que tu notes tout le mépris de Flaubert pour ces gens endimanchés, copiant les us et coutumes de la ville. Relève le vocabulaire péjoratif. La description est pittoresque, mais surtout très satirique.

    Remarque la différence de ton en fin d'extrait :
    Quelques-uns encore ( mais ceux là , bien sûr , devaient dîner au bas bout de la table ) portaient des blouses de cérémonie , c'est-à-dire dont le col était rebattu sur les épaules , le dos froncé à petits plis et la taille attachée très bs par une ceinture cousue
    Ici, il n'y a plus d'ironie, plus de moquerie. Il s'agit de ruraux qui ne singent pas les gens de la ville, de ruraux qui sont vêtus d'habits de cérémonie traditionnels. Et qui, restant ruraux (aux yeux des autres), seront placés au bas-bout de la table (le moins noble, le moins "honorant").

    Tu peux aussi comparer ceci :
    habits-vestes très courts , ayant dans le dos deux boutons rapprochés comme une paire d'yeux , et dont les pans semblaient voir été coupés à meme un seul bloc , par la hache du charpentier
    à cela :
    blouses de cérémonie , c'est-à-dire dont le col était rebattu sur les épaules , le dos froncé à petits plis
    Grossièreté pour le premier (habits "du dimanche", copiés sur ceux des citadins, mais taillés à "coups de hache") ; délicatesse pour le second ("blouse" traditionnelle cousue et plissée par des mains expertes)...

    Tu pourrais en déduire la façon dont s'implique le narrateur dans cette description. Tiens compte aussi de cette parenthèse : (mais ceux là , bien sûr , devaient dîner au bas bout de la table).

    Souligne l'absence des visages : il n'est question ici que de vêtements, de ceinture ou de chaîne d'or, etc.

    Vois cette fiche du site : Comment étudier un roman

    Muriel
  • Ah... tout s'éclaircie maintenant... Je vous remercie pour votre aide précieuse. Je vais pouvoir traailler tout ça.
    Merci encore pour tout
  • Quoi que... Je me rends compte que j'ai fait une partie sur la noce rurale... mais e ne sais pas de quoi parler dedans car: dans ma premire partie, je parle d'un registre réaliste au soucis du détail dans la description du vêtement, ainsi que l'emploi d'n vocabulaire argotique qui souligne ce soucis du réel de la société du XIXe et dans la dernière je soulignerais ce que vous m'avez indiqué ci-dessous mais je ne sais que faire dans ma partie sur le noce... peut être parler de l'évènement qui réuni tout ces gens?

    Merci par avance.
  • MoMo Membre
    De temps à autre , on entendait des coups de fouet derrière la haie ; bientôt la barrière s'ouvrait : c'était une carriole qui entrait.Galopant jusqu'à la premiere marche du perron, elle s'y arrêtait court , et vidait son monde qui sortait par tous les cotés en se frottant les genoux et en s'étirant les bras.Les dames ,en bonnet, avaient des robes à la facon de la ville , des chaines de montre en or , des pelerins à bouts croisés dans la ceinture , ou de petits fichus de couleur attachès dans le dos avec une épingle , et qui leur découvraient le cou par derriere.Les gamins,vêtus pareillement a leur papas, semblaient incommodés par leurs habits neufs (beaucoup même étrennerent ce jour-là la première paire de bottes de leur existence ) et l'on voyit à côté d'eux, ne soufflant mot dans la robe blanche de sa première communion rallongée pour la circonstance , quelque grande fillete de quatorze ou seize ans leur cousine ou leur soeur aînée sans doute , rougeaude , ahurie , les cheveux gras de pommade à la rose et ayant bien peur de salir ses gants.Comme il n'y avait point assez de valets d'écurie pour dételer toute les voitures , les mesieurs retroussaient leurs manches et s'y mettaient eux-mêmes.Suivant leur position sociale différente , ils avaient des habits , des redingotes , des vestes , des habits-vestes :- bon habits , entourés de toute la consideration d'une famille , et qui ne sortaient de l'armoire que pour les solennités ; redingotes a grandes basques flottant au vent , à collet cylindrique ,à poches larges commes des sacs ; vestes de gros drap , qui accompagnaient ordinairement quelque casquette cerclée de cuivre à sa visière;habits-vestes très courts , ayant dans le dos deux boutons rapprochés comme une paire d'yeux , et dont les pans semblaient voir été coupés à meme un seul bloc , par la hache du charpentier .Quelques-uns encore ( mais ceux là , bien sûr , devaient dîner au bas bout de la table ) portaient des blouses de cérémonie , c'est-à-dire dont le col était rebattu sur les épaules , le dos froncé à petits plis et la taille attachée très bs par une ceinture cousue."
    quelle problématique me conseillerais vous?
  • Mo a écrit:
    quelle problématique me conseillez vous?
    Déjà, d'écrire correctement... ll y a un correcteur d'orthographe lorsque tu publies un post.

    Quel est ton sujet ?
  • MoMo Membre
    mon sujet est sur le texte de Flaubert Madame Bovary il est situé au dessus je bloque et je n'arrive pas a trouver de problématique sur ce sujet.merci Cindy84 pourrait tu m'aider s'il te plaît? je bloque je n'arrive pas a trouver de problématique sur cet extrait de texte j'ai vraiment besoin d'aides merci j'espère que tu pourra m'aider.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Mo,

    Essaie une description réaliste et satirique de la société paysanne normande du XIXe siècle.
  • MoMo Membre
    merci jean-luc pour ton aide ;) :)
  • irisiris Membre
    salut je viens de m'inscrire donc je ne sais pas trop comment sa marche. J'ai un commentaire littéraire à faire sur Mme Bovary dont voici l'extrait :
    De temps à autre , on entendait des coups de fouet derrière la haie ; bientôt la barrière s'ouvrait : c'était une carriole qui entrait.Galopant jusqu'à la premiere marche du perron, elle s'y arrêtait court , et vidait son monde qui sortait par tous les cotés en se frottant les genoux et en s'étirant les bras.Les dames ,en bonnet, avaient des robes à la facon de la ville , des chaines de montre en or , des pelerins à bouts croisés dans la ceinture , ou de petits fichus de couleur attachès dans le dos avec une épingle , et qui leur découvraient le cou par derriere.Les gamins,vêtus pareillement a leur papas, semblaient incommodés par leurs habits neufs (beaucoup même étrennerent ce jour-là la première paire de bottes de leur existence ) et l'on voyit à côté d'eux, ne soufflant mot dans la robe blanche de sa première communion rallongée pour la circonstance , quelque grande fillete de quatorze ou seize ans leur cousine ou leur soeur aînée sans doute , rougeaude , ahurie , les cheveux gras de pommade à la rose et ayant bien peur de salir ses gants.Comme il n'y avait point assez de valets d'écurie pour dételer toute les voitures , les mesieurs retroussaient leurs manches et s'y mettaient eux-mêmes.Suivant leur position sociale différente , ils avaient des habits , des redingotes , des vestes , des habits-vestes :- bon habits , entourés de toute la consideration d'une famille , et qui ne sortaient de l'armoire que pour les solennités ; redingotes a grandes basques flottant au vent , à collet cylindrique ,à poches larges commes des sacs ; vestes de gros drap , qui accompagnaient ordinairement quelque casquette cerclée de cuivre à sa visière;habits-vestes très courts , ayant dans le dos deux boutons rapprochés comme une paire d'yeux , et dont les pans semblaient voir été coupés à meme un seul bloc , par la hache du charpentier .Quelques-uns encore ( mais ceux là , bien sûr , devaient dîner au bas bout de la table ) portaient des blouses de cérémonie , c'est-à-dire dont le col était rebattu sur les épaules , le dos froncé à petits plis et la taille attachée très bs par une ceinture cousue."
    Comme problématique j'ai pensé à : comment Flaubert ridiculise-t-il la société? et je voulais savoir ce que vous en pensiez?
  • Dans le cadre d'une étude de corpus, que j'ai trouvé dans un annabac de français (édition 2008), j'ai décidé de réaliser l'un des travaux d'écriture proposés: le Commentaire. (je précise que c'est un travail personnel et volontaire)

    Commenter l'extrait de « De temps à autre [...] » jusqu'à « [...] par une ceinture cousue »

    Flaubert – Madame Bovary
    De temps à autre, on entendait des coups de fouet derrière la haie; bientôt la barrière s'ouvrait: c'était une carriole qui entrait. Galopant jusqu'à la première marche du perron, elle s'y arrêtait court, et vidait son monde, qui sortait par tous les côtés en se frottant les genoux et en s'étirant les bras. Les dames, en bonnet, avaient des robes à la façon de la ville, des chaînes de montre en or, des pèlerines à bouts croisés dans la ceinture, ou de petits fichus de couleur attachés dans le dos avec une épingle, et qui leur découvraient le cou par derrière. Les gamins, vêtus pareillement à leurs papas, semblaient incommodés par leurs habits neufs (beaucoup même étrennèrent ce jour-là la première paire de bottes de leur existence), et l'on voyait à côté d'eux, ne soufflant mot dans la robe blanche de sa première communion rallongée pour la circonstance, quelque grande fillette de quatorze ou seize ans, leur cousine ou leur soeur aînée sans doute, rougeaude, ahurie, les cheveux gras de pommade à la rose, et ayant bien peur de salir ses gants. Comme il n'y avait point assez de valets d'écurie pour dételer toutes les voitures, les messieurs retroussaient leurs manches et s'y mettaient eux-mêmes. Suivant leur position sociale différente, ils avaient des habits, des redingotes, des vestes, des habits-vestes: -- bons habits, entourés de toute la considération d'une famille, et qui ne sortaient de l'armoire que pour les solennités; redingotes à grandes basques flottant au vent, à collet cylindrique, à poches larges comme des sacs; vestes de gros drap, qui accompagnaient ordinairement quelque casquette cerclée de cuivre à sa visière; habits-vestes très courts, ayant dans le dos deux boutons rapprochés comme une paire d'yeux, et dont les pans semblaient avoir été coupés à même un seul bloc, par la hache du charpentier. Quelques-uns encore (mais ceux-là, bien sûr, devaient dîner au bas bout de la table) portaient des blouses de cérémonie, c'est-à-dire dont le col était rabattu sur les épaules, le dos froncé à petits plis et la taille attachée très bas par une ceinture cousue.
    Et voici ma réflexion dans sa totalité, sans censure ni modifications:

    Madame Bovary, Flaubert 1857
    > Histoire d'une femme qui, croyant pénétrer un amour tant conté dans les romans, va découvrir un monde plus noir et plus vrai.

    Extrait de Roman
    Arrivée des convives: discours (récit ?) principalement narratif et descriptif.
    Description des costumes, bijoux, ...
    Temps usité(s): l'imparfait > valeur descriptive et itérative (début de l'extrait),
    « On »: neutralité, pronom impersonnel
    Cadre spatio-temporel: « de temps à autre », « bientôt »
    Description de scène puis description de tableau
    « sans doute », « devaient, « quatorze ou seize ans »> Focalisation externe (estimations)
    « semblaient », « rougeaude » (dépréciatif) > Modalisation
    Champ lexical du corps: « genoux », « bras », « cou », « dos »
    « gamins »: terme familier et dépréciatif (élément tiré du langage familier), connotation négative
    « Papas »: terme familier et affectif
    Champ lexical des vêtements: « bonnet », « robes », « fichus de couleurs », « bottes »
    Champ lexical des couleurs: « or », « couleurs », « blanche », « rougeaude », « rose »
    La carriole semble agir d'elle-même: « galopant », « vidait son monde », « elle s'y arrêtait »
    Progression des phrase dans l'ordre: Monde > Dames > Gamins > Fillettes > Messieurs > Privilégiés
    « Grande Fillette »: n'est-ce pas un élément paradoxal > 'Grande' + 'petite fille' ?
    Les phrases de description sont longues: périodes, 1 Phrase: un type de personnage.
    Modalité de phrase assertive uniquement
    « (Mais ceux-ci bien sûr devaient dîner en bout de table) » > regard critique et moqueur, commentaire du locuteur.
    Le mariage prend des allures de fête publique, de rassemblement familial.
    Structures exceptives et négation: « il n'y avait point assez », « qui ne sortaient que »
    Modalisation: expansions du nom « à la façon de la ville », « redingotes », « semblaient », « par la hache d'un charpentier », « bons habits ».
    Répétition récurrente de 'quelque': « Quelque grande fillette », « Quelques-uns encore »

    Analyse poétique
    Allitération en [r] et en [è]
    Phrases complexes → fourmillement de propositions subordonnées complétives.

    Analyse rhétorique:
    Accumulation de termes vestimentaires « des robes à la façon de la ville », « des chaînes de montre en or , des pèlerines à bout croisés... »
    « des habits, des redingotes, des habits-vestes... »
    Comparaison « comme des sacs », comparaison moqueuse, railleuse et burlesque
    « Comme une paire d'yeux »
    « semblaient avoir été coupés [...] par la hache d'un charpentier » > hyperbole qui met en avant la grossièreté de la coupe : modalisateur

    Impressions subjectives
    1- Certains objets semblent semblent bouger, agir d'eux-même, comme la carriole, les habits (comparaison avec la paire d'yeux, association au terme « dos »)
    2- Classification de la foule en différentes catégories: Sociales, de Sexe, d'Âge,

    Merci de bien vouloir m'aider à compléter mon analyse et, bien qu'elle soit très brouillon ce dont je m'excuse, m'aider à mettre mon plan en place,

    Zadek
  • Je pense qu'il manque à mon acheminement analytique une hypothèse de lecture, communément appelé problématique. J'ai encore du mal à réunir mon analyse autour d'une phrase qualifiant l'ensemble de la spécificité du texte, mais je souhaite quand même faire une lecture la plus complète possible. Voici donc un essai: "Flaubert substitue à un récit réaliste une démarche fondée sur une vision subjective de l'action". C'est pas très bon, mais j'ai des difficultés à construire une problématique probante...

    Sinon, mon analyse est-elle intéressante, complète ? Merci à l'avance de prêter attention à mon problème !

    Zadek
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.