Méthode commentaire Méthode dissertation

Bonjour à tous,

J'ai un dissertation à faire sur l'oeuvre de Chrétien de Troyes. Or, je peine à véritablement comprendre mon sujet. Mon professeur me demande quoi de "roman initiatique" ou "roman d'apprentissage" correspond le mieux à la partie sur Perceval dans l'oeuvre. Mais, sauf erreur de ma part, le roman initiatique correspond à la même chose que le roman d'apprentissage.


Pouvez-vous m'aider


Merci d'avance à vous

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    8 avril modifié

    Bonjour @Marieg

    Le roman d'apprentissage n'est pas tout à fait la même chose que le roman initiatique.

    Dans le premier, le personnage apprend à vivre au travers d'expériences personnelles. Ce type de récit s'intéresse principalement à l'éducation sentimentale, il explore la psychologie intime.

    Le second présente des aspects religieux et mystiques, il rapporte des épreuves qui permettent au héros d'accéder à un ordre supérieur, à une caste. Par exemple, dans les sociétés guerrières, les adolescents doivent subir des tests pour montrer leur valeur et accéder au monde des adultes.

  • Je comprends la question de Marieg : pas facile de s'y retrouver !

    Un site comme Babelio qui se veut littéraire considère que les deux notions sont identiques. Par ailleurs, ils établissent une liste de 3183 romans initiatiques !

    Le même site (ou l'algorithme du site) ne donne en revanche que 45 romans d'apprentissages où l'on trouve pêle-mêle L'Éducation sentimentale, Wilhelm Meister, la série des Claudine, David Copperfield, Bel Ami, Illusions perdues, Orgueils et préjugés...

    Ensuite, on retrouve sur plusieurs sites Le Monde de Sophie classé comme un roman initiatique alors qu'il me semble qu'il s'agit d'un cours de philo destiné à un relativement jeune public, légèrement romancé et avec un premier chapitre un peu intrigant destiné à donner envie d'aller plus loin.

    @Jean-Luc où doit-on situer Wilhelm Meister, Don Quichotte ou encore Jacques le fataliste (qui, pour moi, sont un peu dans la même mouvance - à la réserve historique près que Don Quichotte est aussi issu du roman picaresque mais que les exégètes semblent ne pas classer réellement dans le roman picaresque qui lui serait antérieur si l'on en croit les anthologies dans La Pléiade) ?

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonjour @freddy.lombard

    Wilhem Meister est sans conteste un roman d'apprentissage.


    Don Quichotte relève de plusieurs types : roman réaliste, roman satirique qui dénonce les mœurs médiévales et les conventions chevaleresques. La conversion finale du chevalier errant, son retour à la sagesse en font un roman d'apprentissage. La parodie des récits médiévaux épiques (de leurs épreuves qui doivent affirmer la valeur du preux) le rattache au roman initiatique, mais à l'envers.

    Jacques le fataliste est inclassable, parce que c'est un laboratoire diégétique, un discours, un pamphlet. Bien qu'inspiré en partie par Don Quichotte il n'est pas un roman d'initiation. Il recèle des traces de roman d'apprentissage : l'éducation sentimentale et sexuelle de Jacques, une certaine forme de "sagesse" à la fin dans l'expression d'un déterminisme qui façonne nos existences.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.