1372374376377378

Réponses

  • Je ne prétends pas qu'il soit un mauvais écrivain, mais il est quand même mort il y a 170 ans... On a un peu de mal à entrer dans le texte, aujourd'hui. Ceci dit, il est quand même décrit comme étant d'une "fécondité prodigieuse", et il serait étonnant que tout soit admirable... Regardez Amélie Nothomb par exemple (oui oui, je sais, ça ne se compare pas...)

    Je pense que de nos jours, il faut une sérieuse préparation pour réellement apprécier Balzac ou Stendhal (par exemple)... et quand on lit, c'est quand même en principe avant tout pour son plaisir, ce n'est pas censé être une punition ! (Enfin là, on n'en est pas encore à l'échelon "punition", disons "corvée intellectuelle indispensable" pour ne pas avoir l'air trop bête dans les dîners en ville). Mais je conçois qu'on puisse y trouver du plaisir, après tout j'ai bien trouvé du plaisir à lire certaines pages d'Homère ou d'Ovide !

    Toutefois je ne me rappelais pas qu'il faisait autant dans le "spirituel", même si c'était à la mode aussi à l'époque (en France, en tout cas) - et si ça l'est toujours chez certains auteurs actuels. Je préfère les écrivains plus "simples", plus "authentiques", qui n'essaient pas de montrer en permanence combien ils sont malins et brillants. Et ces histoires permanentes de gros sous, de bons gros soucis bien bourgeois... Mais chacun ses goûts, comme vous dites...
  • On a un peu de mal à entrer dans le texte, aujourd'hui.

    Je nuancerais ! J'aime certains romans, certaines nouvelles de Balzac. Il provoque, avec ses descriptions, des images. Que j'aime le portrait de la veuve Vauquer au milieu de sa pension sordide. ! J'ai lu plusieurs fois le Cousin Pons, Le Curé de Tours.
    Essaie de lire, c'est très court, La Grande Bretèche.

    Mais, cela ne m'empêche pas d'aimer d'autres styles plus épurés dans lesquels je respire bien. J'aime Camus.
  • J'aurais mieux fait de me taire, je repars avec un nouveau devoir : lire La Grande Bretèche... :/

    Bon, d'accord, je vais essayer. Mais je préfère quand même Maupassant, na !
  • J'ai commencé "Physiologie du mariage." (Balzac n' a été marié que 6 mois, à l'âge de 50 ans.)

    Il y a là matière à débat !!! mais, difficile de condamner aujourd'hui Balzac pour des idées répandues de son temps. Cela vaut quand même le détour ... :)
  • Tiens, juste pour rire : je possède un opuscule inédit dans La Comédie humaine de La Pléiade (y compris la « nouvelle » version), que j'avais acheté lors d'une de mes visites à Saché. Il s'agit de la Physiologie du rentier, texte court et amusant dans la lignée de la Physiologie du mariage. Il a été publié dans divers recueils, dont un numéro de L'Année balzacienne.
  • Je me dépêche de poster ma recension avant que le forum ne s'effondre dans un tohu-bohu apocalyptique, comme annoncé par ailleurs.

    La Grande Bretèche

    J'ai lu, et plutôt apprécié. Décidément, rien ne vaut la nouvelle... Là, on est un peu entre Maupassant et Edgar Poe, on dirait. Certes, la description du domaine est un peu longuette, mais elle est bien écrite. J'ai apprécié aussi le discours du « notaire oblong », dit Petit-Moment, surtout la parenthèse (« Tiens, qu’est-ce que je dis donc ? Pardon, je croyais dicter un bail. »), et j'ai appris une expression (« à pot et à rôt »). Saine prise de conscience de l'auteur aussi (ou humour pince-sans-rire) quand il déclare « J'abrège donc. » La fin est certes invraisemblable (comment imaginer qu'un noble espagnol puisse se laisser mourir de faim et de soif en silence derrière un simple mur de briques, juste pour ne pas compromettre sa maîtresse ou se retrouver face à son mari ?) mais la dernière phrase est du grand art (« quelques-unes d’entre elles avaient eu quasi froid en entendant le dernier mot. » ). La morale de cette histoire, c'est clair, c'est qu'il faut toujours se méfier des Espagnols au teint cuivré.

    Pour une raison que je m'explique assez mal, Balzac a décidé de ne pas faire de paragraphes (sans doute la touche Enter de son clavier était-elle bloquée). Mais ça me rappelle qu'il a aussi écrit La Peau de Chagrin, semi-fantastique si je me souviens bien.

    Voilà, il ne reste plus qu'à prier pour le forum. Peut-être devrions-nous entonner Plus près de toi mon Dieu ? Ravi de vous avoir connus, en tout cas.
  • LaoshiLaoshi Membre
    Je lis Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois qui a reçu le prix Goncourt 2019.
    J'aimerais bien que ceux qui l'ont lu, parmi vous, me donnent leur sentiment.
  • Simon UASimon UA Membre
    22 janv. modifié

    J'ai commencé Les garçons de l'été, de Rebecca Lighieri.

    Malgré son titre, ce n'est pas une romance fleur bleue, mais un genre que j'ai bien du mal à définir.

    Une mère de famille aisée, ayant une très haute opinion d'elle-même et de sa progéniture, doit d'urgence aller chercher un de ses fils à La Réunion. En faisant du surf, il a eu la jambe arrachée par un requin. Elle retrouve son deuxième fils sur place, vivant dans une sorte de communauté de surfeurs. Apparemment, dans cette famille, personne n'a l'air d'être très net : la mère hyper narcissique, les deux fils le sont tout autant, la fille restée en France, du peu qu'on en a vu ne semble pas très concernée par ce qui est arrivé à son frère...

    A mon avis cette famille de tarés ne devrait pas tarder à partir en vrille...

  • Je ne l'ai pas lu, mais je le vois partout en librairie.

    Vous en pensez quoi, de votre côté ?

  • LaoshiLaoshi Membre

    J’ai aimé ce roman.

  • J'ai lu quelques centaines des Lettres de (Marie de Rabutin-Chantal 😁 dite) Madame de Sévigné . J'ai dû interrompre provisoirement ma lecture, mais j'y reviendrai dès que possible.

    L'écriture, d'un classicisme absolu présente une perfection formelle que peu d'auteurs ont atteint dans l'histoire de la littérature française.

    Quant à l'intérêt de ces lettres, outre le témoignage historique indéniable qu'elles constituent, la vie quotidienne d'une marquise au XVIIe siècle vaut bien des romans...

  • Je lis actuellement Pars vite et reviens tard de Fred Vargas. Comme dans tous ses romans, le commissaire Adamsberg flaire les affaires avant même qu'elles se manifestent. C'est un intuitif qui s'appuie sur des experts en tous domaines pour creuser et approfondir ses intuitions.

  • 24 janv. modifié

    Tiens, perluète est une fidèle lectrice de Fred Vargas... 😁

    J'ai une belle-fille qui est une fan absolue. J'avais écrit à la maison d'édition pour tenter d'obtenir une dédicace, même payante, pour la lui offrir, mais ma demande n'a pas eu de suite. Il ne me reste qu'à faire la queue quelques heures sur un prochain salon du livre. Grrr.

  • Elle est très originale dans ce domaine et érudite, ce qui ne gâte rien! 😊

  • J'ai souvent vu des livres de Fred Vargas, mais je n'en ai jamais lu...

    Je devrais peut-être m'y mettre.

  • Simon UASimon UA Membre
    28 janv. modifié

    Je termine Les garçons de l'été.

    C'est vraiment génial, très bien écrits et effectivement on découvre les "dessous" d'un jeune homme apparemment bien sous tout rapport et dont la nature réelle se fait jour progressivement. Je trouve ça vraiment très intéressant la manière dont la nature perverse de quelqu'un peut se révéler dans certaines circonstances.

    D'une façon générale tous les personnages sont intéressants, très travaillés et on s'intéresse à chacun.

    J'ai aussi pris Le douzième chapitre de Jérôme Loubry, où un homme d'âge mûr décide d'enquêter sur le meurtre de son amie d'enfance survenu trente ans plus tôt. Je ne sais pas encore ce que cela vaut, mais en général j'aime bien ce "concept" de la vieille affaire de meurtre qui est rouverte longtemps après les faits. Comme dans Un souffle, une ombre ou Dernier été pour Lisa.

  • J'ai terminé Le douzième chapitre.

    Le début est assez laborieux, ensuite ça devient beaucoup plus intéressant et fluide. J'aime vraiment ces enquêtes sur de vieux crimes, notamment où on décrit l'ambiance de l'époque et quand on voit le changement lié à l'âge chez les personnages, voir que le monde de l'époque a bien changé.

    Par contre la fin est un peu décevante. J'espérais mieux, là c'est tiré par les cheveux.

  • LaoshiLaoshi Membre

    Moi, j'arrive à la moitié d'un gros pavé, une saga néo-zélandaise écrite par Sarah Lark (un des noms de plume de Christiane Goh, une autrice allemande). Le titre : Le pays du nuage blanc.

    Cela se lit bien. 

  • Simon UASimon UA Membre
    5 févr. modifié

    J'ai commencé Augusto Pinochet, de Michel Faure.

    J'ai seulement commencé, mais c'est déjà très intéressant. Ça reste un personnage finalement mal connu, et plus complexe qu'on ne l'imagine (ce qui n'excuse en rien ses actes).

  • emmanuellelaemmanuellela Membre
    8 févr. modifié

    Bonjour

    Je viens de terminer Le Nœud de vipères de François Mauriac.

    Je vais lire tout Mauriac, car c'est au sommet de tout ce que l'on peut imaginer.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.