178101213

Réponses

  • Merci. :)
  • J'ai corrigé pour avoir un schéma métrique plus conforme (et en plus, ça rime en français !)
  • C'est un film que j'aimerais bien voir.

    J'ai déjà vu Léviathan, très bon film du même réalisateur.
  • [As-tu lu les deux versions du Léviathan de Julien Green ? C'est fortement recommandable. ;) ]
  • Non, mais maintenant c'est noté.

    Le ministe de l'Agriculture russe a quelques soucis de géographie...

    -->
    https://www.youtube.com/watch?v=TsaCX_8pL_k

    :lol:

    Bonjour,

    Concernant la fin de l'Union soviétique, je me pose une question : est-ce qu'en Occident le grand public a été surpris de sa fin rapide ? Est-ce que l'on s'y attendait ou ça a été une surprise ?

    Un grand merci !


    Des photos inédites de l'ère stalinienne

    Le photographe américain Martin Manhoff était en Union Soviétique en 1952, quelques années après la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, à l'époque où le pays se remettait du conflit dévastateur. Martin a voyagé dans le pays pour prendre des photos de la vie quotidienne pendant la dictature de Staline. Accusé d'espionnage, il sera déporté par les autorités.

    -->
    [url]https://www.msn.com/fr-be/actualite/photos/des-photos-inédites-de-lère-stalinienne/ss-AArP4i1?ocid=spartanntp#image=9[/url]
  • Merci beaucoup pour ces diapos qui sont des documents rares. Si le photographe n'avait pas d'autorisation, c'est sûr qu'il prenait des risques, surtout s'il sortait de la ville, comme c'est le cas.

    Oui, on s'attendait à ce que le régime soviétique périclite, mais sa chute relativement rapide a tout de même surpris.
    En 1974, Andréi Amalrik, jeune historien dissident, avait écrit un livre prophétique "L'Union soviétique survivra-t-elle en 1984 ?". Il ne s'est pas trompé de beaucoup...
  • On voit vraiment le côté "gris" de l'URSS sur ces photos. Gris au sens propre du terme : du béton, une architecture massive mais sans chaleur, des couleurs uniformes... Et aussi l'état dégradé du pays avec beaucoup de bâtiments en très mauvais état, même dans des régions qui n'ont pas été touchées directement par la guerre.

    C'est d'autant plus dur qu'il ait été condamné que ses photos n'avaient rien de sensibles (pas d'installations militaires ou stratégiques photographiées)...

    C'est incroyable que ces photos aient "dormi" comme ça des décennies avant d'être retrouvées par hasard !

    Pour la fin de l'URSS, j'avais lu que même le KGB s'en était inquiété, avec des rapports pointant le retard économique et technologique pris par l'URSS. Je pense qu'ils ne parlaient pas tel quel d'effondrement du régime, mais qu'il ne serait plus une grande puissance "au début des années 2000". Ce genre de rapports apparaît dès la fin des années 70 !

    Bonsoir,

    J'ai quelques questions sur l'Allemagne de l'Est.

    Je lis un roman, Stasi Child, qui met en scène une enquêtrice de l'ex police est-allemande et je me pose quelques questions.
    Dans l'histoire, l'enquêtrice est convaincue que l'Allemagne de l'Ouest est une survivance du fascisme, mais est-ce que la plupart des Est-allemands étaient vraiment convaincus par l'idéologie soviétique ?

    Economiquement, comment fonctionnait le pays ? Est-ce qu'il était prospère ?

    Quel était son niveau d'indépendance par rapport à la Russie ? Simple pion ou pays avec une réelle autonomie ?
    Un grand merci !
  • Pas facile de répondre, vu la mouvance relative de l'Histoire de la RDA. Disons que la majorité de la population vivait sans trop se soucier de politique. L'éducation, l'information étaient très marquées par l'idéologie marxiste et en même temps, surtout du temps de Walter Ulbricht, tendaient à établir l'idée d'une relative supériorité du modèle allemand (de l'Est, évidemment) sur le modèle soviétique et d'une certaine indépendance souhaitable. Le régime a plusieurs fois tenté de rejeter l'alignement sur l'URSS, comme la Yougoslavie de Tito. Malgré tout, la RDA a rejoint le pacte de Varsovie en 1956, mais essentiellement plus pour s'affirmer face à la RFA. En matière économique, après des débuts difficiles, la RDA s'en sortait plutôt bien dans les années 60. Je crois même que c'était le plus prospère des pays "frères" de l'URSS.
    Avec Erich Honecker, "l'homme de Moscou", on assistera au réalignement sur l'URSS et à un durcissement de la politique intérieure. La crise économique va s'installer et perdurer...
    Oui, bien sûr, les allemands de l'Est savaient ce qui se passait à l'Ouest, notamment par la radio, en dépit des brouillages, des détecteurs de fréquence et de la peur des dénonciations, exactement comme sous l'occupation. Il y avait aussi nombre de radio-amateurs clandestins. Les gens avaient surtout peur de la STASI, comme tu le sais.
  • Je passe pour partager un texte d'André Markowicz que j'ai trouvé très intéressant.
    Il discute de la traduction et du théâtre, avec, évidemment, le point de vue d'un traducteur/auteur, et donc plutôt d'un défenseur d'une conception "française" du théâtre.
    http://francoisemorvan.com/recherche/plagiat/tchekhov-remix/
  • J'ai terminé le livre et à la fin il y a une "note de l'auteur" très intéressante où il explique des choses qui l'ont inspiré.

    - Le président est-allemand avait fait construire un tunnel secret qui lui aurait permis de fui à l'Ouest en cas de révolte. Mais le tunnel n'a jamais servi finalement.

    - Des ateliers de prisonniers en RDA ont construit des meubles pour la firme IKEA pendant des années.

    - L'Allemagne de l'Est faisait ses propres voitures (Trabant et Wartburg), mais les dirigeants roulaient en... Volvo.

    - Jusque dans les années 60 la peine capitale était exécutée avec la guillotine. Ensuite ça a été la balle dans la tête. Le chef de la Stasi en 1982 avait d'ailleurs déclaré que les agents de la Stasi "devaient avoir recours çà l'exécution si nécessaire, même sans procès." La peine de mort ne sera abolie qu'en 1987.

    - Le centre fermé éducatif de Torgau sera célèbre pour les violences physiques et sexuelles subies par les pensionnaires.

    Bonsoir,

    Apparemment, les Russes ont l'air de bien connaître le répertoire de chansons classiques. :)

    https://www.youtube.com/watch?v=OtzcK4mj6Do

    Sfdd a écrit:
    Juste en passant, j'ai eu l'occasion récemment de voir le film magnifique et terrible d'Андрей Звягинцев, Нелюбовь (Faute d'amour), qui montre l'absurde, la perte de repères de la société (russe, occidentale) contemporaine, sa difficulté à trouver ou à construire un sens à l'existence.

    J'en retiens des paroles et des silences d'une rare violence morale, et malheureusement aussi d'une grande justesse, de très belles images, le partage de l'inquiétude, de l'angoisse, du désespoir des personnages...

    Avec retard.

    J'ai été le voir et il est très bien.

    Effectivement ce n'est pas très joyeux, et c'est très inquiétant de voir comment on peut passer de l'amour au désintérêt dans un couple, voire même à la haine.

    Aussi fascinant que glaçant.
  • Tu devrais lire la Sonate à Kreutzer. On en fait souvent le drame de la jalousie, mais c'est beaucoup plus que cela : son thème est en fait la haine qui s'instaure entre l'homme et la femme dans le mariage.

    Ce n'est pas long et c'est extrêmement bien écrit, sous forme d'une confession au narrateur dans un train.

    Bien sûr, on n'est pas obligé de voir les choses comme Tolstoï ! ;)
  • Un grand merci !

    Je ne connaissais pas du tout et je vais aller voir pour le commander.

    ;)

    Bonjour,

    Est-ce que vous connaissez la grotte d'Orda ? Elle se trouve dans le krai de Perm et est longue d'environ 5,1 kilomètres dont 4,8 immergés.

    -->
    https://www.youtube.com/watch?v=vDgEcabRVJg


    :(

    Coupe du monde 2018 : la Russie abat des milliers de chiens

    -->
    https://vl-media.fr/coupe-monde-2018-russie-abat-milliers-de-chiens/


    Salut !

    J'ai bien commencé La Guerre et la Paix de Tolstoï.

    Plusieurs choses déjà :

    - Un des personnages semble avoir une opinion positive de Napoléon et même de la Révolution française. Avant cette guerre russo-française, comment était justement vu le personnage de Napoléon ? Comme un leader éclairé, un dangereux démagogue, un aventurier dangereux ?

    - Apparemment, les mondanités occupaient une place essentielle dans la vie de la noblesse : les personnages passent énormément de temps dans les réceptions, dans les banquets, etc. Leur coupure du reste du monde a clairement été la cause de leur chute.


    Bonsoir,

    Je signale que Faute d'amour est sorti en DVD.

    Pour celles et ceux qui ne l'ont pas vu au cinéma, c'est l'occasion de voir ce chef-d'œuvre.

    J'ai aussi acheté le livre Les cercueils de zinc, qui compile les témoignages de soldats et de leurs familles sur la guerre soviétique en Afghanistan. Les témoignages font vraiment penser à ce qu'ont vécu les Américains du Vietnam : dégoût pour la société civile à leur retour*, incompréhension des civils à leur égard, un conflit qui était voulu au départ et dont plus personne ne voulait par la suite (héros au départ, parias au retour)...

    On voit aussi le fonctionnement de l'administration soviétique, tout sauf compatissante et encore moins reconnaissante.

    * pas mal d'anciens demandaient à y retourner ou à être affectés sur une autre zone de combat (Angola, Nicaragua...).


    Bonjour,

    Je conseille le livre Histoire de la Guerre civile russe, aux éditions Texto.

    J'ai appris énormément de choses.

    Déjà, il y avait en plus des Rouges et des Blancs, les Verts qui désignent les milices de paysans ni pro-monarchistes ni communistes et qui cherchaient simplement à protéger leurs terres. Cette "troisième" force est un élément considérable : certaines troupes atteignirent plusieurs milliers d'hommes au début de la guerre. Cette force Verte sera un adversaire qui pèsera sur les opérations.

    On voit aussi bien que le mouvement Rouge est très loin d'être uni. Il y a d'énormes divisions entre communistes "purs" et ses "dérivés". Ces mouvement se battront même entre eux. On y découvre aussi Staline qui fait ses premières armes dans ce conflit et visiblement plus doué pour les intrigues et machinations que les affaires militaires.

    Le mouvement "Blanc' n'est pas très homogène non plus, et c'est plus un assemblage de différents chefs plus ou moins compétents qu'une vraie armée blanche unifiée : il n'y a pas de vraie stratégie globale ni de vraie cohésion d'ensemble. A noter aussi que pas mal de paysans détestaient les communistes, mais haïssaient encore plus les Blancs car ils représentaient l'ordre ancien.

    On explique aussi bien le rôle joué par les puissances étrangères qui soutiennent vite les Blancs. Pas tant par affection pour le Tsar déchu que parce que, dans un premier temps, ils ont besoin que la Russie reste engagée en guerre contre l'Allemagne alors que les communistes voulaient s'en retirer.

    On voit aussi que les mouvement nationalistes ukrainiens profitent de cette guerre et tenter d'arracher l'indépendance de leur pays.

    J'adore la danse cosaque avec les épées. Et la musique est géniale !

    -->
    https://www.youtube.com/watch?v=C4_PWKOCz0U

    -->
    https://www.youtube.com/watch?v=Qtvsn9_y9S8&index=3&list=RDwTtJOWQTmKA

    :)
  • Ce ne sont pas des épées, mais des sabres (шашка, le sabre cosaque, moins courbé que la сабля classique et sans garde).
  • Bonjour,

    Je conseille le livre Futbol, de Regis Genté et Nicolas Jallot.

    Ils retracent l'histoire du football en Russie, apporté par des marins britanniques à Saint-Pétersbourg à la fin du XIXe siècle jusqu'à la Coupe du Monde de 2018.

    Ils l'analysent sous un jour politique et social. Quel rôle a joué le football dans le pouvoir stalinien (notamment l'opposition Spartak Moscou et Dynamo Moscou) et sous la Perestroïka. Ce sera ainsi un commentateur de football qui, en plein matche, mettra au courant l'Ukraine de la catastrophe qui vient de se produire à Tchernobyl.

    Il est aussi question de l'utilisation du football dans la Seconde guerre mondiale, notamment le "match de la mort" qui est devenu une légende… largement fausse. Il y a également eu un championnat local à... Leningrad, pendant le siège de la ville par les Allemands.

    Quel est le rôle du football moderne dans la politique russe, notamment le sponsoring de Gazprom pour le Zenith Saint-Pétersbourg et l'UEFA Champions League ?

    A lire.
  • Bonjour,

    Pour les amateurs de littérature russe, je tenais à faire savoir que de nombreuses œuvres ont été adaptées récemment au série télévisées ou au cinéma.

    Elles sont sorties en DVD, donc pas de souci pour les regarder.

    - Guerre & Paix (2016) adaptée par la BBC.

    - Les frères Karamazov (2016).

    - Dostoïevski (sorti en 2011) retrace la vie du célèbre écrivain, sortie en 2014.

    - Raspoutine, sortie en 2013.

    Généralement, l'accueil des séries a été très positif.

    :)
  • L'adaptation de La Guerre et la paix par la BBC est un modèle du genre.

    Puisque tu cites des œuvres russes adaptées au cinéma, tu peux en trouver aussi ici et . :)
  • J'avais adoré Docteur Jivago. L'histoire est vraiment poignante.

    Par contre je n'ai pas encore vu ni lu Les frères Karamazov

    Salut !

    Une page sombre de l'histoire russe : les prisonniers civils allemands qui ont été arrêtés et déportés en URSS.

    Contrairement aux soldats, ces civils n'étaient pas recherchés par les autorités allemandes... qui ignoraient même souvent leur existence.

    Le reportage ARTE est ici :

    https://www.youtube.com/watch?v=SxcFBjYVdD4

    Salut !

    Grâce à Itunes, je peux trouver facilement des films russes (en VO sous-titré français).

    J'ai vu le fameux Stalker de 1979, ou un groupe d'hommes viennent explorer une zone mystérieuse gardée par l'armée. Elle y renfermerait une pièce où tous les vœux de ceux qui y pénètrent se réalisent. Des stalkers se chargent de les guider dans la zone, jusqu'à la fameuse pièce…

    Ce terme de stalker est finalement passé dans le langage courant et même donné naissance à un courant de science-fiction spécifique, que ce soit à travers des livres et le jeu vidéo.
  • Bonsoir,

    De par mes lectures et expériences (films, jeux vidéo…) j'ai l'impression que les Russes ont souvent des surnoms.

    Pas nécessairement très flatteurs d'ailleurs comme surnoms…

    Encore un exemple d'actualité très récente, avec la mise en examen du «tireur», du «morne», de la «vipère» et de la «taupe» dans la tragédie du MH17.

    Est-ce que c'est fréquent en Russie et cela concerne-t-il tous les milieux socio-professionnels ?

    Je sais que les Taiwanais donnent souvent des surnoms aux membres de leur famille. Au point parfois de ne pas connaître le vrai nom d'une tante ou d'un cousin un peu éloigné.

    C'est aussi le cas chez les Russes ?

    Un grand merci !
  • benmbenm Membre
    Bonsoir à toi,

    Je pense connaître bien moins de choses que toi à ce propos, et les seuls surnoms et noms russes qui me viennent à l'esprit sont tirés des romans de Dostoïevski et de Tolstoï, où les personnages en ont assez souvent, mais pas en permanence.
    D'ailleurs, comment qualifier le surnom ? Doit-il être forcément très différent du prénom ou nom d'origine, ou peut-il être sa simple diminution ? Si tel est le cas, les diminutifs sont extrêmement communs au vu de leurs prénoms à rallonge, à en oublier également le prénom dans son intégralité.
  • Tout dépend du type de littérature, comme en France. Ce qui est fréquent, ce sont les diminutifs formés sur les prénoms ; il y a même des diminutifs de diminutifs !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.