Grammaire française Participe passé

Bonjour,


"Nous reportons notre projet, considérant que la conjoncture n'est pas favorable"

"Considérant" est ici un adjectif apposé (dixit Bescherelle)

Il qualifie quoi?
Pour moi, le participé présent est utilisé dans cet exemple comme un verbe et non un adjectif : car nous considérons que la conjoncture n'est pas favorable

Pouvez-vous m'éclairer ?

Merci
«13

Réponses

  • Bescherelle utilise le terme "apposé" même quand il s'applique à autre chose qu'un groupe nominal, à la place de la fonction habituelle "épithète détachée".
    Mais il ne dit pas que c'est un adjectif apposé, puisque le participe présent conserve toujours des caractéristiques propres au verbe.
  • Anne,

    Dans la rubrique participe présent, Bescherelle distingue :

    - Les participes, en emploi verbal, qui ont la fonction d'un verbe (ex. : Le bus circulant mal sur cette ligne, vous avez intérêt à prendre le métro.")

    -les participes, employés comme adjectifs qui peuvent être :
    *attribut : "J'ai connu ton frère s'inventant des aventures."
    *épithète : "Nous cherchons un associé parlant chinois."
    *apposé : Nous reportons notre projet, considérant que la conjoncture n'est pas favorable."

    Je ne comprends pas ce dernier exemple. Ne s'agit-il pas d'un emploi verbal?
  • JehanJehan Modérateur
    Ce que Bescherelle appelle "emploi verbal" est apparemment restreint au cas des propositions subordonnées participiales, dont le noyau est un participe pourvu de son propre sujet. Ici :

    Le bus circulant mal sur cette ligne, avec "circulant" en verbe-noyau et "le bus" comme sujet.

    Nous reportons notre projet, considérant que la conjoncture n'est pas favorable."
    La partie soulignée n'est pas une subordonnée participiale. Elle ne comporte pas son propre sujet.
    Elle est simplement apposée au sujet "Nous", elle est épithète détachée du sujet "Nous".
  • berangere a écrit:
    Anne,

    Dans la rubrique participe présent, Bescherelle distingue :

    - Les participes, en emploi verbal, qui ont la fonction d'un verbe (ex. : Le bus circulant mal sur cette ligne, vous avez intérêt à prendre le métro.")
    circulant est le noyau de la proposition participiale "le bus circulant mal sur cette ligne"

    -les participes, employés comme adjectifs qui peuvent être : = ils peuvent être remplacés par des adjectifs
    *attribut : "J'ai connu ton frère s'inventant des aventures." inventif
    *épithète : "Nous cherchons un associé parlant chinois." sinophone
    *apposé : Nous reportons notre projet, considérant que la conjoncture n'est pas favorable." inquiets

    Je ne comprends pas ce dernier exemple. Ne s'agit-il pas d'un emploi verbal?
  • Oui, il peuvent être remplacés par des adjectifs, mais comment raccrocher la suite dans l'exemple 1 :
    J'ai connu ton frère inventif *d'aventures* ?
    Et dans l'exemple 3, il faudrait dire :
    ... inquiets du fait que la conjoncture...
    Il semble en fait que le participe ait ici le double statut d'adjectif et de verbe, puisque ce dernier possède des compléments, mais je n'en sais pas plus sur la question.
  • Merci pour vos réponses.

    Jacques,

    En effet, "tout en jouant le rôle d'un adjectif le participe conserve des propriété verbales" (Bescherelle)
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, il peuvent être remplacés par des adjectifs, mais comment raccrocher la suite ?
    C'est en fait l'ensemble "participe + compléments éventuels" qui est dans ce cas remplaçable par un adjectif unique traduisant plus ou moins l'idée globale :
    Un garçon s'inventant des aventures est un garçon imaginatif.
  • Si vous voulez conserver rigoureusement le même sens vous pouvez utiliser une relative au lieu d'un adjectif. Il s'agit dans les deux cas, adjectif ou relative, d'une fonction adjectivale.
    C'est impossible avec une participiale qui a une valeur circonstancielle (de même que le gérondif).

    P.S. : les adjectifs aussi ont des compléments...
  • BayardBayard Membre
    Je ne comprends plus rien aux fonctions du participe présent. :(

    Soit il est adjectif verbal (des seins tombants) auquel cas il joue le rôle d'un d'un adjectif classique, soit il forme un complément circonstanciel (P.participiale: Les hommes pleurant leurs femmes, je pris mes jambes à mon coup/ Gérondif: En habitant ici, vous serez heureux.)

    Nous sommes d'accord jusque là?

    Seulement un autre cas se présente, et je trouve tout et son contraire à son propos:

    Le gouvernement a suspendu les aides, créant ainsi une grogne populaire.
    Les feuilles tombant sur l'eau me rendent mélancoliques

    Je trouve au choix: adjectif apposé, complément circonstanciel, relative, bref tout et son contraire!

    Aidez moi!
  • JehanJehan Modérateur
    Le gouvernement a suspendu les aides, créant ainsi une grogne populaire.
    C'est un participe présent et son COD; épithète détachée du nom "gouvernement".
    Il y a une nuance circonstancielle de conséquence, mais ce n'est pas un complément circonstanciel à part entière. Beaucoup d'épithètes détachées expriment une nuance circonstancielle.
    Certains disent aussi : apposé au nom "gouvernement".
    Les feuilles tombant sur l'eau me rendent mélancolique.
    C'est un participe présent suvi d'un complément de lieu; épithète liée du nom "feuilles".
    On pourrait remplacer la partie soulignée par une relative complétant le nom ( = qui tombent sur l'eau).
    Mais ce n'est évidemment pas une relative.
  • BayardBayard Membre
    Merci bien!

    Je pensais que épithète=adjectif, mais vraisemblablement je me trompe!
    C'est ce qui dit ce lien:
    http://grammaire.reverso.net/1_3_07_Lepithete.shtml
    Quelle est la différence?
  • Le participe présent ne peut pas être attribut.
  • Bayard a écrit:
    Je pensais que épithète=adjectif, mais vraisemblablement je me trompe!

    C’est le cas la plupart du temps, mais :
    A.− Subst. fém. Terme ou expression servant à qualifier un être ou une chose.
    1. Terme généralement de la classe des adjectifs, ou plus rarement, expression de valeur équivalente, placés auprès d'un substantif pour qualifier, caractériser l'être ou la chose nommés.
    https://www.cnrtl.fr/definition/%C3%A9pith%C3%A8te

    Et aussi :

    http://monod-perenchies.pagesperso-orange.fr/grammaire/cours_jct/fonction_epithete.PDF

    Et pour aller plus loin :

    https://books.google.fr/books?id=q1fazQiyZz8C&pg=PA78&lpg=PA78&dq=quel+mot+peut-%C3%AAtre+%C3%A9pith%C3%A8te&source=bl&ots=2Anml56o21&sig=JFRHdghKtuLy5LqF5D9scHFuvzs&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiyjdivuOTMAhUENhoKHUIGAqwQ6AEIVjAJ#v=onepage&q=quel%20mot%20peut-%C3%AAtre%20%C3%A9pith%C3%A8te&f=false
  • BayardBayard Membre
    Merci beaucoup! :)
  • Je t'en prie Bayard :)
    Anne345 a écrit:
    Le participe présent ne peut pas être attribut.

    Peut-être serait-il utile de préciser du sujet > le participe présent ne peut être attribut du sujet ; puisque le participe présent peut être attribut du COD.
  • 48 heures pour réagir. Tu fatigues ?
  • Flora13Flora13 Membre
    Bonjour,

    Je profite que le sujet soit ouvert sur le participe présent pour poser une question.

    Le participe présent (en emploi verbal) peut-il être remplacé par une subordonnée relative ? je demande car il me semble que cela est possible mais en emploi adjectival (la subordonnée relative est une expansion du nom et elle fonctionne comme un adjectif).

    Ex : Benjamin voit les jolies filles qui dansent dans le club - Benjamin voit les jolies filles dansant (emploi verbal) dans le club.

    Merci pour vos lumières.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Oui, bien sûr.
    Le participe présent en emploi verbal peut tout à fait être remplacé par une relative.
    Comme en emploi adjectival, le participe en emploi verbal est épithète d'un nom, et donc remplaçable par une autre expansion du nom comme une subordonnée relative.
  • Flora13Flora13 Membre
    Ah d'accord, merci pour votre réponse.

    Je pensais que le participe présent en emploi verbal pouvait être remplacé par une proposition subordonnée conjonctive et l'emploi verbal par la relative, mais cette distinction du coup est fausse ?

    Par ailleurs, je me suis faite un petit mémo pour différencier les deux emplois, est-il possible de me dire que si tout est bon ?

    => Le participe en emploi adjectival

    Le participe (présent ou passé), en emploi adjectival, traduit l'expression d'une qualité, ou un état qualifiant. Les deux sont variables en genre et en nombre.

    1) Le participe passé en emploi adjectival (fonction de l'adjectif).
    A) La possibilité d’avoir des degrés d'intensité.
    Ex : Marie est fatiguée. Marie est très fatiguée.

    B) La possibilité de commuter avec un autre adjectif
    Ex : Marie est jolie.
    C) De plus, le participe passé adjectival peut (comme un adjectif normal) :
    - Se placer directement ou après le nom qualifié : j'observe le magnifique ciel étoilé.
    - Être séparé du nom qualifié par d'autres mots : nous avons vu un film d'horreur particulièrement réussi.
    - Être détaché du nom par une virgule : les spectateurs, ravis, applaudirent les acteurs.

    2) Le participe présent en emploi adjectival
    A) Remplacer le participe présent par un adjectif.
    Ex : Le personnel navigant s'est mis en grève. Le personnel joyeux s'est mis en grève.
    B) L'emploi adjectival subit la flexion tandis que l'emploi verbal non.
    Ex : Ces hommes ont été extravagants.




    II) Le participe en emploi verbal

    Le participe exprime une action progressive et non accompli.

    1) le participe présent :

    A) Le participe présent garde les propriétés du verbe (c'est à dire qu'il évoque une action), mais il est invariable. Il exprime une action ou un état en progression.
    Ex : Cette femme intriguant tout le monde est finalement partie.
    B) Construit avec la préposition -en (rappel le gérondif).
    Ex : En Voyant l'heure, le voyageur courut vers la gare.
    C) La forme négative est impossible avec un adjectif verbal, alors que c'est possible avec le participe présent.
    Ex : Son parcours ne correspondant pas à nos attentes, il n'a pas été recruté.

    2) Le participe passé :

    A) Le participe passé s'associe à l'auxiliaire avoir/être pour former un temps composé de la voix active :
    Ex : il a pris une douche.

    B) Pour construire la voix passive :
    Ex : le même paquet est expédié tous les lundis.



    Et si jamais ça peu en aider certain (et si c'est juste)!
  • JehanJehan Modérateur
    Le participe présent en emploi verbal ne peut être remplacé par une subordonnée conjonctive que s'il est en fonction d'épithète détachée, notamment en début de phrase.
    Craignant de se mouiller, les enfants se mirent à l'abri.
    Comme ils craignaient de se mouiller, les enfants se mirent à l'abri.
    Le personnel joyeux s'est mis en grève.
    Moi, pour cet exemple, j'aurais plutôt choisi l'adjectif "mécontent", non ? :P
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.