2456

Réponses

  • Intentionnel ? ce fut pourtant écrit sans la moindre réflexion ni intention ; alors que je lavais des couvertures à la laverie automatique ; j'étais en pleine lecture de Giono (il fallait bien passer le temps agréablement ;-) et j'ai écrit dans l'instant, sur les pages de garde du bouquin... Cependant, si vous avez décelé une intention, dites-moi laquelle svp
  • lebeau a écrit:
    Poême, peut-être, mais totalement intentionnel: cela signifie pour moi qu'il n'y a que texte et non poésie.
    Etienne
    La création poétique se situerait dans une sorte de géniale perte de conscience ?
  • Bonjour. La poésie ne serait-elle pas une tentative de rendre palpable par les mots ce qui est impalpable : les sensations, les émotions, les désirs... ?
  • La poèsie étymologiquement signifie "création","genèse".L'on ne peut dire que le poète est en etat de "somnolence", "demi-conscience" voire"d'inconscience" comme j'ai pu le lire ci-dessus.Or,le poéte est un créateur,un alchimiste du langage qui s'evertue à associer des termes antinomiques.Il est dans une recherche du dedans pour reprendre le titre de l'ouvrage d'Henri Michaux,L'espace du dedans.Il est en quête d'un "ailleurs" palpable,saisissable,au delà du voile paresseux du réel.Ainsi, l'intention poétique est dans la connaissance certes de sensations nouvelles , mais aussi dans son déploiement.La prégnance de certaines sensations frappe,révulse,transfigure l'en soi du poète.Il est un trafiquant d'âmes , et son but est davantage orienter vers un acte de révélation que de description de l'indicible.

    Si l'on s'attarde quelque peu sur certains grands noms de la poèsie française tel Rimbaud,Baudelaire,Lamartine,Ronsard,Du Bellay ou encore Malraux,quel point commun ,parmi toutes les singularités qui existent entre eux, s'exhausse? L' acte de volition,c'est à dire dans une recherche de l'immanence humaine.
  • Vous aimez bien les grands mots Benjamin. La poésie, c'est bien plus simple : c'est laisser faire les mots comme ils l'entendent.
    Par ailleurs, sur un forum consacré à la littérature, il serait bienvenu que vous respectiez les règles élémentaires de ponctuation : espace après chaque virgule et point !
  • EdyEdy Membre
    Bonjour !

    Voici un ensemble de citations pour alimenter la discussion.

    * Ce n’est pas avec des idées qu’on fait des vers, c’est avec des mots. (STEPHANE MALLARME)
    * La poésie s'inspire des harmonies physiologiques et des affinités sonores cachées dans le langage et, par ce moyen, elle découvre des nuances de pensées jusque-là invisibles. (ALAIN)
    * Le vrai poète est celui qui trouve l'idée en forgeant le vers. (ALAIN. PRELIMINAIRES A L’ESTHETIQUE)
    * La poésie communique aux pensées les plus ordinaires une force et une efficacité dont l'orateur et le prosateur ne peuvent donner l'équivalent. (ALAIN)
    * Le poème, cette hésitation prolongée entre le son et le sens. (PAUL VALERY. TEL QUEL)
    * Poète est celui qui se sert des mots moins pour dévoiler leur sens immédiat que pour les contraindre à livrer ce que cache leur silence. (ARTHUR ADAMOV. L’AVEU)
    * Un poème est un mystère dont le lecteur doit chercher la clef. (STEPHANE MALLARME)
    * Il doit toujours y avoir une énigme en poésie. (STEPHANE MALLARME)
    * Le poète est celui qui inspire, bien plus que celui qui est inspiré. (PAUL ÉLUARD. L’ÉVIDENCE POETIQUE)
    * La poésie dans une œuvre, c’est ce qui fait apparaître l’invisible. (NATHALIE SARRAUTE. TEL QUEL)
    * Les poètes nous aident à aimer, ils ne servent qu’à cela. (ANATOLE FRANCE. LE JARDIN D’ÉPICURE)
    * On écrit de la poésie parce qu’on a besoin de mettre de l’ordre dans le désordre sentimental intérieur, parce qu’on a de l’oreille, parce qu’on sait du français. (LEON-PAUL FARGUE. LANTERNE MAGIQUE)
    * Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier. (PAUL CLAUDEL. CINQ GRANDES ODES)
    * Les poètes trouvent d’abord et ne cherchent qu’après. (JEAN COCTEAU)
    * La poésie est une solitude, et nous sommes des moines qui échangeons des silences. (JEAN COCTEAU. LETTRES)
    * Rien ne vaut d'être dit en poésie que l'indicible : c'est pourquoi l'on compte beaucoup sur ce qui se passe entre les lignes. (PIERRE REVERDY. LE LIVRE DE MON BORD)
    * Poésie, ô danger des mots à la dérive. (LOUIS ARAGON. EN FRANÇAIS DANS LE TEXTE)
    * Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver. (RENE CHAR. LA PAROLE EN ARCHIPEL)
    * Dans un poème, si l’on demande pourquoi tel mot est à tel endroit et s’il y a une réponse, ou bien le poème n’est pas de premier ordre, ou bien le lecteur n’a rien compris. (SIMONE WEIL. ATTENTE DE DIEU)
    * Je sais que la poésie est indispensable, mais je ne sais pas à quoi. (JEAN COCTEAU. DISCOURS A L’ACADEMIE)
    * La plupart des hommes ont une idée si vague de la poésie que ce vague même de leur idée est pour eux la définition de la poésie. (PAUL VALERY. TEL QUEL)
    * C’est assez pour le poète d’être la mauvaise conscience de son temps. (SAINT-JOHN PERSE. DISCOURS DE STOCKHOLM 1960)
    * La seule ambition de faire un poème suffit à le tuer. (HENRI MICHAUX. BELLOUR, HENRI MICHAUX)
    * Le poète, comme le mauvais sujet, doit être capable de tout. (JEAN COCTEAU)
    * Le poète se souvient de l’avenir. (JEAN COCTEAU. JOURNAL D’UN INCONNU)
    * Le poète doit être un professeur d’espérance. (JEAN GIONO. L’EAU VIVE)
    * À un certain niveau, la poésie se moque de la santé morale du poète. (ANDRE BRETON)
  • CHèr Léah,
    je ne fais que dire ce que j'ai appris à l'école où même encore dans par le truchement d'ouvrages.Si certains de mes mots apparaissent comme abscons,ce n'est pas un défaut de ma part , mais plutôt de la votre à comprendre.C'est d'ailleurs tout l'interêt du dictionnaire:proposer des mots de tous niveaux de langage pour les moins et les plus érudits.

    Et puis cessez votre pointillisme conçernant la place à droite ou à gauche que j'accorde aux virgules.Mais peut-être préferez-vous que j'écrive à la main et que je vous envoie cela par scanner! Cessez ces inepties qui ne font que vous revelez sous une mine austère et intransigeante.La maîtrise de l'ordinateur n'est point mon domaine,et si j'ai pu m'égarer dans son utilisation,veuillez au moins avoir la bienveillance de m'expliquer au lieu de me pourfendre.

    Cependant,j'aimerais que, lorsque vous dites que [q]La poésie c'est bien plus simple : c'est laisser faire les mots comme ils l'entendent[/q] que vous trouviez une différence,hormis de style,entre vos propos et les miens: " Or,le poète est un créateur,un alchimiste du langage"?


    Cordialement,benjamin.
  • Je comprends parfaitement tous vos mots, Benjamin, et n'ai pas besoin de dico : il existe cependant de façons plus simples de s'exprimer Mais sans doute cela vous viendra-t-il avec l'éloignement des souvenirs scolaires. Par exemple, on peut remplacer "par le truchement d'ouvrages" en disant simplement "par la lecture"
    Demander que la ponctuation soit respectée, ce n'est pas du pointillisme, encore moins une ineptie, la ponctuation faisant partie intégrante de l'orthographe. Je vous ai expliqué : une espace après la virgule ou le point, ce n'est pas si compliqué. Et ça se voit dans tous les livres !
    Non, le poète ne crée pas le langage : il ne fait que laisser le langage se créer ; il est juste un intermédiaire. Marguerite Yourcenar a très bien dit cela "J'ai l'impression d'être un instrument à travers lequel des courants, des vibrations sont passés" Ce qui ne l'empêche de parler très bien aussi du métier d'écrivain.
  • Je me moque de l'avis de Marguerite Yourcenar! Elle est loin d'être la seule qui ait parlé de la fonction du poète.Vous prenez sa citation pour justifier votre propos.Soyez plus raisonnable et tentez de faire bon usage de la notion de poésie.Si vous lisez le télérama spécial Arthur Rimbaud vous verrez qu'il ait dit autre chose.Et d'ailleurs,je suis en accord avec votre idée non pas au revers de la mienne , mais dans une autre perspective et approche de la poésie.La poésie est une oeuvre d'art avec des mots ,et comme tout oeuvre d'art elle ne peut avoir de valeur absolue.

    Mais si vous le souhaitez nous pouvons tous deux entreprendre pour le forum un débat autour de la fonction poétique avec documents,idées à l'appui.Qu'en ditez-vous?Ceci serait un bon moyen de montrer que la liberté d'expression comme disait Voltaire est avant tout utile pour "les gens qui ne sont pas d'accord entre eux"?

    PS: Quelle profession exercez-vous par curiosité ?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Léah,

    Je ne partage pas tout à fait votre conception de la poésie :
    c'est laisser faire les mots comme ils l'entendent.
    Dans la poésie comme dans toute activité littéraire, il doit y avoir une part de travail, d'intentionnalité. L'inspiration seule ne produit pas de grandes œuvres. Le poète est aussi un artisan qui apprend un tour de main. Les brouillons sont très instructifs.

    La difficulté réside sans doute en ce que ce travail est d'abord conscient pour devenir ensuite une seconde nature et donc apparaître de moins en moins.

    Je ne connais pas de vrai poète qui n'ait appris son "métier", même le jeune prodige Rimbaud… Même les surréalistes, qui ont prétendu promouvoir les automatismes, ont souvent repris la main pour guider la lecture dans le sens qui leur convenait...
  • Benjamin
    Je refuse d'être raisonnable, quand il s'agit de sujets qui me passionnent.

    Jean-Luc
    Oui, il n'y a pas de poésie sans travail. Mais il n'y en a pas davantage sans inspiration, et sans respect des mots et de leur propre travail
    Les surréalistes ont renoncé à poursuivre l'aventure de l'écriture automatique, sous peine de finir dans un asile !
  • Benjamin
    LA poésie n'est pas une notion dont on peut faire bon usage. On doit en abuser, voire en mésuser. Bref, la tordre dans tous les sens. Connaître le mètre, et non pas la mesure.
  • D'accord, Léah, mais dans la mesure où le résultat reste audible, voire lisible.
  • Certains excès dans l'illisibilité ont permis de voir les limites de ce genre de recherches formelles. Ce qui n'est pas inutile.
    Artaud, Michaux... pas particulièrement "lisibles" sont de grands poètes...
  • Dans sa pièce La Ville, Paul Claudel met sur les lèvres d'un personnage nommé Coeuvre sa conception du vers :
    O mon fils ! lorsque j’étais un poète entre les hommes,
    J'inventai ce vers qui n'avait ni rime ni mètre,
    Et je le définissais dans le secret de mon cœur cette fonction double et réciproque
    Par laquelle l'homme absorbe la vie, et restitue, dans l'acte suprême de l'expiration,
    Une parole intelligible.
  • Cœuvre, où l'on peut lire à la fois œuvre et cœur ; la parole qui sort des tripes et la parole travaillée pétrie. La poésie est une tentative d'équilibistre entre l'une et l'autre.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bien vu Léah !

    Mais le coeur chez Claudel n'est point assimilable aux tripes. En fait il faut y voir l'acception biblique, l'intime de l'homme, affectivité, intelligence et âme tout à la fois.

    Je pourrais ajouter qu'il joue aussi sur les termes d'inspiration (muse et entrée de l'air) et d'expiration.
  • Nous sommes en plein symbolisme, même si ce n'est pas forcément celui du mouvement littéraire!
  • Il me semble qu'au-delà de toute considération esthétique qui ferait de la poésie un art de décoration, il s'agit avant tout d'un acte de création qui permet de réconcilier le temporel et l'a-temporel, le visible et l'invisible. Je rejoins en cela Saint John Perse, qui écrivait :
    Et c'est d'une même étreinte, comme une seule grande strophe vivante, qu'elle embrasse au présent tout le passé et l'avenir, l'humain avec le surhumain, et tout l'espace planétaire avec l'espace universel.
    La poésie nous permet d'approcher du sacré, et sacralise le monde qui nous entoure.
  • Pour paraphraser Buffon, la poésie c'est l'homme.

    LA poésie est comme DIeu, impénétrable.

    :D
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.