Fiches méthode Bac de français 2020

2»

Réponses

  • Bonjour, alors j'ai l'oral après 2 semaines , par malheur j'ai perdu quelques lectures analytiques( 4 lectures seulement mais ça peut me causer d'énorme perte de point ;) ) et je ne trouve que des plans nuls sur net donc s'il vous plaît
    pour ce poème il y a ce plan mais c'est trop peu , je serai très reconnaissante si quelqu'un me fera un plan beaucoup bcp plus détaillé ou peut-être différent <3 <3 merci d'avance , c'est très important ,
    I. L'angoisse de la mort
    1. Le bois, figure de l'obsession effrayante
    Comparaison , personnification
    2. La figure du poète maudit
    allitération en "r", généralisation"nos"
    II. Un poète victime d'une angoisse désespérée amplifiée par la nature
    1. L'océan : seconde image obsessionnelle empruntée à la nature
    comparaison , phrase exclamtive , champ de tourment
    2. La nature plus forte que l'Homme
    jeu anthétique

    III. La désillusion douloureuse laissant place à l'imagination
    1. La désillusion douloureuse et la déception
    contre rejet , polysyndéte
    2. Une réalité transfigurée
    verbe "jaillir "
    Obsession

    Grands bois, vous m'effrayez comme des cathédrales;
    Vous hurlez comme l'orgue; et dans nos coeurs maudits,
    Chambres d'éternel deuil où vibrent de vieux râles,
    Répondent les échos de vos De profundis.

    Je te hais, Océan! tes bonds et tes tumultes,
    Mon esprit les retrouve en lui; ce rire amer
    De l'homme vaincu, plein de sanglots et d'insultes,
    Je l'entends dans le rire énorme de la mer

    Comme tu me plairais, ô nuit! sans ces étoiles
    Dont la lumière parle un langage connu!
    Car je cherche le vide, et le noir, et le nu!

    Mais les ténèbres sont elles-mêmes des toiles
    Où vivent, jaillissant de mon oeil par milliers,
    Des êtres disparus aux regards familiers.
  • Pourquoi te focaliser sur un plan alors que tu ignores la question de l'examinateur ?

    Le poète, dans ce sonnet-monologue, interpelle
    - Les grands bois
    - L'océan
    - La nuit
    L'occasion d'exprimer des sentiments forts :
    "Grands bois, vous m'effrayez .../... vous hurlez"
    "Je te hais, Océan ! "
    " Comme tu me plairais, ô nuit ! sans ces étoiles"

    Tout un champ lexical de la souffrance, du bruit, de la mort.
    L'opposition ténèbres/lumière
    Une aspiration au vide :"Car je cherche le vide, et le noir, et le nu ! "
    La présence imaginée des êtres disparus.

    Le moment est venu alors de reprendre les connotations du titre.
    Qu' est-ce qui obsède le poète ?
  • Merci beaucoup mais c'est que je veux un plan car je ne sais pas faire un donc ...
  • AmmyAmmy Membre
    Tape "obsession Baudelaire analyse" sur Google tu auras plusieurs sites avec des plans.
  • LaoshiLaoshi Membre
    1. La figure du poète.
    - Omniprésent dans chaque strophe. (vous m'effrayez, dans nos coeurs ; Je te hais ; Mon esprit ; Je l'entends : tu me plairais ; je cherche ; de mon oeil )
    -Dans un sonnet de facture classique construit sur une progression constante et logique vers la chute (Car...mais...)
    - Egalement mal partout.

    2. L'image de la nature. Le paradoxe. La nature ne lui est pas refuge, mais image de terreur et de mort.
    -Les bois d'abord, évoqués dans un vocabulaire des plus sinistres.
    -La mer qui n'est que le reflet des désordres de son esprit tourmenté.
    -Même une nuit étoilée ne trouve pas grâce à ses yeux.

    3. L'impossibilité de vivre dans le monde. L'image du poète maudit. L'aspiration impossible.
    -Habité par l'idée de la mort.
    -Moqué et incompris (deuxième quatrain)
    -Pris dans des filets inextricables.
  • Merciii beaucouuuup <3 <3 <3
  • LaoshiLaoshi Membre
    Attention, Nadia, ce n’est qu’une façon d’aborder ce poème.
    Comme cela a été dit plus haut, il te faudra tenir compte de la question posée par l’examinateur, quel que soit le texte.
  • merci alors , un peu d'enrichissement(surtout la 1ére partie) et de correction s'il vous plaît ?
    I.la figure du poète
    -"mon esprit, mon œil , mon cœur"

    -verbe de sentiments:"hair , plaire , efffrayer "
    -champ du bruit " hurlez , râles , sanglots , rire amer, insulte "
    -champ de l'obscurité " disparus, ténébres , le vide , le noir "
    II. l'image de la nature
    Les bois :
    personnification + comparaison à l'ogre et la cathédrale + allitération en /r/, assonance /o/

    l'océan : interjection +réseau de tumulte + comparaison implicite + /t/ /on/
    La Nuit : interjection + cond présent
    III.l'impossibilité de vivre
    -le rire *2 et le râle
    -recherche du mort
    - poéte maudit
  • s'il vous plaît , s'il vous plaît j'ai l'oral dans une semaine , j'ai vraiment vraiment besoin d'une explication linéaire bien détaillée pour ce poème, ça m'obsède !
    Obsession
    Grands bois, vous m'effrayez comme des cathédrales;
    Vous hurlez comme l'orgue; et dans nos coeurs maudits,
    Chambres d'éternel deuil où vibrent de vieux râles,
    Répondent les échos de vos De profundis.

    Je te hais, Océan! tes bonds et tes tumultes,
    Mon esprit les retrouve en lui; ce rire amer
    De l'homme vaincu, plein de sanglots et d'insultes,
    Je l'entends dans le rire énorme de la mer

    Comme tu me plairais, ô nuit! sans ces étoiles
    Dont la lumière parle un langage connu!
    Car je cherche le vide, et le noir, et le nu!

    Mais les ténèbres sont elles-mêmes des toiles
    Où vivent, jaillissant de mon oeil par milliers,
    Des êtres disparus aux regards familiers.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.