Fiches méthode Bac de français 2021

2»

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    En fait demande-toi comment le poète transforme le monde réel pour créer son univers poétique.

    Le passage se fait techniquement par l'intermédiaire de choix et de la fonction poétique du langage.
  • Bonjour, j'ai une dissertation à faire répondant à la question: Quelles sont les relations entre la poésie et le monde réel ?

    J'ai commencé un plan mais je ne sais pas si il répond à la question.
    I) la réalité, source authentique d'inspiration
    1. La poésie engagée
    2. La poésie lyrique
    II) Utilisation de l'art poétique pour fuir la réalité
    1. Embellissement de la réalité
    2. Le poète créateur d'un monde imaginaire.

    Merci, en espérant être aidée.
  • Comment définissez-vous la réalité ?
  • La réalité est quelque chose, selon moi, d'authentique
  • Et qu'est-ce qui ne serait pas authentique ?
  • Tous ce qui proviendrait de l'imaginaire, ce qui est transformé
  • Suggestion :

    Le monde qui nous entoure existe, les objets sont réels. Nous éprouvons des émotions à chaque moment de nos vies. Nous utilisons le langage commun. Le poète, comme un magicien, transforme le réel et dit l'indicible.
    « L’espace d’un éclair nous voyons un chien, un fiacre, une maison pour la première fois. Voilà le rôle de la poésie. Elle dévoile dans toute la force du terme. Elle montre nues, sous une lumière qui secoue la torpeur les choses surprenantes qui nous environnent et que nos sens enregistraient machinalement. Mettez un lieu commun en place. Nettoyez le, frottez le, éclairez le de telle sorte qu’il frappe avec sa jeunesse et avec la même fraîcheur, le même jet qu’il avait à sa source. Vous ferez œuvre de poète. »
    Jean Cocteau

    I. Le poète , par son regard, transforme la réalité. Il voit autrement, il voit au-delà.
    il y avait un autre enfant, sale, chétif, fuligineux, un de ces marmots-parias dont un œil impartial découvrirait la beauté, si, comme l'œil du connaisseur devine une peinture idéale sous un vernis de carrossier, il le nettoyait de la répugnante patine de la misère.
    Baudelaire Le joujou du pauvre
    Ponge et le Parti pris des choses.
    Prévert et le quotidien.

    II. Le poète exprime toute la palette des sentiments humains. Il sait dire nos émotions.

    III. Le poète transforme le langage avec les mots de tous les jours. Il crée de nouvelles associations, de nouvelles images.
  • Sujet non traité !
  • Je trouve votre suggestion super, mais je pense qu'il est trop complet pour une élève de 1ère. Cela dit je peux m'en inspirer
  • Et que le monde poétique se nourrit du monde réel, (sans se regarder le nombril en se demandant ce qu'est le monde réel), on ne peut pas le dire ?
    Je dis ça, j'ai rien dit...
  • La poésie lyrique et engagée sont liées à la réalité, non ?
  • Ben , il me semble, oui, et surtout la poésie engagée...
    Mais ce n'est que mon humble avis.
  • Merci ☺
  • Laoshi a écrit:
    Et que le monde poétique se nourrit du monde réel, (sans se regarder le nombril en se demandant ce qu'est le monde réel), on ne peut pas le dire ?
    Je dis ça, j'ai rien dit...

    Eh bien je vais aller me regarder le nombril ailleurs. :(
  • Toujours aussi susceptible !
    L’élève n’est qu’en première, je suppose.
  • Ton expression était quand même triviale, non ?

    Ce sujet ne peut en effet être traité comme il le faudrait au niveau 1ère, mais il n'a guère de sens si on le fait superficiellement.

    Le cas de la poésie lyrique, qui a été cité, est intéressant : quels sont ses rapports avec la réalité du "moi" et pas seulement celle des événements que je vis ou de celle de mes rapports avec les autres (ce qu'on appelle le "vécu") ?
    Car mes désirs et mes rêves sont aussi une réalité, c'est là où je voulais en venir.

    Il faut aussi se demander en quoi le discours poétique se distingue du discours dénotatif ou narratif. Quelle est sa spécificité ? Sans quoi on risque de ramener le sujet au rapport entre la réalité et le langage.

    Bref, on avance dans un champ de mines.

    Bonsoir à tous.
  • Effectivement de première,
    J'ai compris maintenant merci pour votre aide
  • Ton expression était quand même triviale, non ?
    Elle ne voulait pas l'être.
    Je voulais seulement dire qu'il ne s'agissait probablement pas (théoriquement), d'un devoir de philosophie sur la réalité.
    Les termes de monde poétique et de monde réel posent effectivement problème, je te l'accorde.
    On se plaît hélas à manier le pompeux pour ce qui est du français en première.
    Des fautes de langue ne rendront jamais une pensée, et le style est comme le cristal : sa pureté fait son éclat.(Victor Hugo)
  • Mais oui, aussi ne voulais-je pas m'aventurer trop en avant sur le terrain philosophique, qui me dépasse d'ailleurs. Mais la notion de réalité est tout de même loin d'aller de soi, surtout celle de réalité subjective. C'est important pour le sujet.

    Et ce n'est pas du "pompeux" (décidément !), c'est le souci de préciser, au moins à un degré élémentaire, de quoi on parle.

    Il faut aussi voir à quel corpus se rattache ce sujet.
  • Jacques,
    ancora una volta, otra vez, еще раз, le terme de pompeux en l'occurrence, ici, ne s'adressait pas à toi !
    Non mais qu'est-ce que tu as aujourd'hui ?
    S'il faut que je me mette à genoux pour te demander de te pardonner de t'avoir offensé, je vais le faire.
    Décidément, je n'arrive plus à me faire comprendre. Retour à la grotte.
    Au revoir les amis !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.