Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour,

J'ai une écriture d'invention à faire sur le sujet suivant:
- Imaginez la réponse d'Hélène de Surgerès au poème de Ronsard "Quand vous serez bien vieille".
Le devoir prendra forme d'un poème.

Merci! :)
Mots clés :

Réponses

  • Bonjour Haylen16,
    je l'ai étudié il y a peu de temps.
    L'écriture d'invention c'est piège parce que tu te sens libre d'écrire ce qu'il te plait mais lis bien la méthode avant de te lancer. ;)
    Essaye de copier un maximum le style d'écriture de Ronsard et ci-possible glisser des petites allusions à La Pléiade et à la Renaissance.
    Pour l'écriture, essaye de ne pas divulguer les émotions d'Hélène pour ne pas la faire trop "niaise" ou trop "indifférente" à l'inverse.
    Si tu as des questions pour quoi que ce soit n'hésite pas, les autres membres et moi-même pourront surement te venir en aide. :D
    En espérant t'avoir aider,
    Bon travail ! :)
  • Il va falloir faire preuve d'originalité en effet :) ...

    Il y a une réponse ... célèbre que tu peux parodier :

    Ronsard si mon visage
    A des traits disgracieux
    Sachez donc qu'au grand âge
    Vous ne vaudrez pas mieux


    Le temps n'oublie personne
    Il vous fera affront
    Quand la vieillesse sonne
    Les rides sont au front


    Pierre CORNEILLE (1606-1684)


    A la Marquise

    Marquise, si mon visage
    A quelques traits un peu vieux,
    Souvenez-vous qu'à mon âge
    Vous ne vaudrez guère mieux.

    Le temps aux plus belles choses
    Se plaît à faire un affront,
    Et saura faner vos roses
    Comme il a ridé mon front.

    Le même cours des planètes
    Règle nos jours et nos nuits
    On m'a vu ce que vous êtes ;
    Vous serez ce que je suis.

    Cependant j'ai quelques charmes
    Qui sont assez éclatants
    Pour n'avoir pas trop d'alarmes
    De ces ravages du temps.

    Vous en avez qu'on adore ;
    Mais ceux que vous méprisez
    Pourraient bien durer encore
    Quand ceux-là seront usés.

    Ils pourront sauver la gloire
    Des yeux qui me semblent doux,
    Et dans mille ans faire croire
    Ce qu'il me plaira de vous.

    Chez cette race nouvelle,
    Où j'aurai quelque crédit,
    Vous ne passerez pour belle
    Qu'autant que je l'aurai dit.

    Pensez-y, belle marquise.
    Quoiqu'un grison fasse effroi,
    Il vaut bien qu'on le courtise
    Quand il est fait comme moi.
  • Une réponse tout aussi célèbre :

    Peut-être que je serai vieille
    Répond Marquise, cependant
    J'ai vingt-six ans mon vieux Corneille
    Et je t'emmerde en attendant.


    (Tristan Bernard, chanté par G. Brassens)
  • « Tu peux toujours causer, je ne coucherai pas avec toi : ta vieille peau ne me fait pas envie. »

    On eut se contenter de cinq lettres pour le dire, mais c'est bien moins poétique !
  • Et bien loin de la poésie du XVI° ... :(
  • C'est exactement ce que j'ai dit ! Ce n'est pas poétique du tout mais c'est la réplique en situation : un vieux cochon poursuit une jeune femme de ses assiduités, il faut bien qu'elle s'en débarrasse... en lui ôtant l'envie d'insister.
    Avec les poètes, quand la femme dit non, elle est cruelle, quand elle dit oui, c'est une femme perdue.
    Il serait temps de laisser vivre les femmes !


    Même dans le cours de littérature !
  • J'entends bien mais point n'est besoin peut-être d'alourdir le sujet que l'élève devra traiter et c'est à elle que nous répondons ...

    http://blog-de-lyne.blogspot.fr/2013/11/pierre-de-ronsard-et-helene-de-surgeres.html
  • J'entends bien mais point n'est besoin peut-être d'alourdir le sujet que l'élève devra traiter

    J'alourdis ? J'allège, je relativise. Le devoir, c'est dire « lâche-moi les baskets » en belle langue du XVI e.
  • Merci beaucoup!

    Dès que j'aurais avancé je vous posterai le poème ici.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.