Grammaire française Participe passé

11819212324128

Réponses

  • FndFnd Membre
    Bonjour à tous
    Dans cette phrase : J'étais un enfant sans peur
    Pourrai-je avoir la fonction de '' peur '' ?
    Merci d'avance
  • La locution adjectivale sans peur est épithète de enfant.
  • FndFnd Membre
    Meme armé, devant ce troupeau de monstres, qu'aurai-je fait ?

    Malgré le vent qui portait de leur côté, les sangliers avaient l'air d'ignorer ma présence.


    Je me tenais à ciquante pas en arrière.

    Nature et fonction des groupes de mots soulignés. :D
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Nous n'allons pas faire tout ton devoir...
    Propose d'abord des réponses.
    Si elles sont fausses, nous te guiderons pour t'aider.

    Fnd, tu devrais regrouper tes questions, au lieu de les poser une par une...
    Et si c'est pour un devoir, il serait bon que tu essaies de proposer toi aussi des réponses, nous n'allons pas tout faire à ta place. Quel est ton niveau ? Dans quelle classe es-tu ?
  • FndFnd Membre
    Je vais essayer..
    Le premier: je ne sais vraiment pas là..
    Pour le deuxième j'ai d'abord pensé à une conjonctive complément circonstancielle de concession, mais c'est le pronom relatif "qui" qui me bloque un peu
    Le troisieme: verbe à l'infinitif ,attribut du sujet sangliers
    Le dernier: groupe nominal, CC de lieu, mais ce qui m'a un peu troublé c'est le fait que le groupe nominal réponde à la question "comment? " Donc est ce que ce ne serait pas plutôt un CC de maniere ?
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.
    Fnd a écrit:
    Même armé, devant ce troupeau de monstres, qu'aurais-je fait ?
    Le premier: je ne sais vraiment pas là...
    C'est vrai que c'est difficile. Surtout au niveau 3e.
    Je ne suis pas sûr de ma réponse.
    On pourrait dire que "Même armé" est mis pour "Même (si j'avais été )armé" : proposition subordonnée conjonctive de condition, avec des mots sous-entendus.
    On pourrait y voir aussi un participe passé (modifié par l'adverbe "même") employé en fonction d'adjectif, et qui serait épithète détachée du sujet "Je". Tu auras peut-être d'autres réponses...


    Malgré le vent qui portait de leur côté, les sangliers avaient l'air d'ignorer ma présence.
    Pour le deuxième j'ai d'abord pensé à une conjonctive complément circonstanciel de concession, mais c'est le pronom relatif "qui" qui me bloque un peu.
    La fonction est bien "CC de concession", mais ce n'est pas une proposition conjonctive, c'est un groupe nominal introduit par la préposition "malgré", le nom "vent" étant complété par une relative.

    Le troisième: verbe à l'infinitif ,attribut du sujet sangliers
    Cela semble correct à première vue, mais "avoir l'air" n'est pas employé ici comme locution verbale introduisant un attribut, mais plutôt comme un auxiliaire de mode permettant d'exprimer que l'action d'ignorer n'est qu'une apparence. Difficile donc de donner une fonction à l'infinitif ici.
    Encore une fois, bien difficile pour ton niveau !
    Ou peut-être attend-on que tu dises simplement "complément du nom "air" ?


    Je me tenais à cinquante pas en arrière.
    Le dernier: groupe nominal, CC de lieu, mais ce qui m'a un peu troublé c'est le fait que le groupe nominal réponde à la question "comment? " Donc est ce que ce ne serait pas plutôt un CC de maniere ?
    Non, il répond à la question "Où ?" > à cinquante pas. C'est bien un GN CC de lieu.
  • Bonsoir
    j'ai fait l'analyse de ces phrases, je voudrais bien avoir votre avis et vos éclaircissements.

    -ils firent provision chacun (COD) (locution verbale) d' un beau livre COI).

    -les invités étaient tous ( pronom de reprise)] habillés de vêtements amples (COI).

    -le jour de la fête arrivé (le tout est un CCT/ "le jour de la fete: GN sujet/ "arrivé": participe passé à valeur adjectivale), ils portèrent leurs plus beaux habilles (GN COD), leurs cheveux bien faits (incise), comme des princes (complément circonstanciel de comparaison), se (pronom réfléchi COD) dirigèrent vers la maison du hôte (CCL).

    - si tôt qu (locution conjonctive exprimant le temps: la postériorité) 'ils se (pronom réfléchi COD) virent, ils éclatèrent de rire (COI).

    - elle leur annonce (incidente) : "je vous aime!"

    -Monsieur (interpellatif: COD du verbe "dit"), dit le jeune homme (sujet du verbe dire) (le tout est une incise), votre femme (sujet) vous (COD) attend.

    - je vous aime comme ma sœur (Complément circonstanciel de comparaison)

    -la jeune fille, feignant perdre la raison (complément circonstanciel de manière), crie à voix haute (complément circonstanciel de manière): "je ne vous pardonnerai jamais!"

    - Je ne veux point qu (béquille du subjonctif) ’on (sujet)me (COI) plaise, je veux qu’on m’instruise.

    -elle fait semblant (locution verbale) de ne rien sentir (COI)qu'on crut qu'elle était inconsciente (subordonnée complétive) .= j'ignore sa fonction
  • Dans quelle classe es-tu ?
    S'agit-il d'une analyse grammaticale de phrases ou d'une analyse de chacun des mots ?
    Les sont sont mélangés et l'ensemble me paraît confus, et souvent inexact.
  • ce n'est pas un exercice pour la classe, c'est pour le plaisir d'analyser les phrases.
  • JehanJehan Modérateur
    N'empêche que ta présentation est assez peu claire...
    Pas très commode à corriger.
    Et j'ai l'impression que tu as mal transcrit certaines phrases, la dernière notamment.
    Elle fait semblant de ne rien sentir qu'on crut qu'elle était inconsciente ne veut rien dire.
    N'était-ce pas plutôt :
    Elle fit semblant de ne rien sentir, si bien qu'on crut qu'elle était inconsciente ?
  • J'ai essayé d'organiser les phrases :)

    1-ils firent provision chacun d' un beau livre.
    =>ils: pronom personnel sujet de la phrase
    =>firent provision de: locution verbale constituée du verbe "faire" conjugué au passé simple et d'un groupe nominal (nom} prep)
    => chacun: pronom indéfini COD du verbe
    => d'un beau livre: groupe prépositionnel COI du verbe

    2-les invités étaient tous habillés de vêtements amples.
    => les invités: groupe nominal sujet du verbe "être" conjugué à l'imparfait
    => tous: adjectif indéfini
    => habillés: participe passé du verbe "habiller" à valeur adjectivale (attribut du sujet "les invités")
    =>de vêtements amples: groupe prépositionnel COI du verbe

    3-le jour de la fête arrivé, ils portèrent leurs plus beaux habilles , leurs cheveux bien faits , comme des princes , se dirigèrent vers la maison du hôte .
    => le jour de la fête arrivé: complément circonstanciel de temps
    * le jour: GN
    * de la fête: complément du nom
    * arrivé: participe passé à valeur adjectival (épithète)

    => ils portèrent leurs plus beaux habilles: proposition juxtaposée à celle qui la suit
    *ils: pronom personnel sujet du verbe "portèrent" conjugué au passé simple
    * leurs plus beaux habilles: groupe nominal COD
    #leurs: adjectif possessif
    #plus: adverbe d'intensité
    #beaux: adjectif épithète antéposé au nom "habilles"
    => leurs cheveux bien faits : incise
    =>comme des princes: complément circonstanciel de comparaison (incise)

    4- si tôt qu 'ils se virent, ils éclatèrent de rire .
    => si tôt que: locution conjonctive exprimant le temps: la simultanéité/ elle introduit une subordonnée une subordonnée circonstancielle de temps
    =>ils: sujet
    => se: pronom réfléchi COD
    =>.... éclatèrent de rire: expression figée construite à partir du verbe "éclater" et du groupe prépositionnel "de rire" ayant la fonction d'un COI

    5- elle leur annonce : "je vous aime!"
    => leur: pronom personnel COI du verbe
    => "elle leur annonce": proposition incise
    =>"je vous aime!": phrase au discours direct

    6-Monsieur , dit le jeune homme :"votre femme vous attend."
    => Monsieur: interpellatif mis en apposition ayant la fonction de COD du verbe "dit"
    =>"dit le jeune homme ": proposition incise
    * le jeune homme: sujet placé après le verbe parce qu'il s'agit d'une incise

    7- je vous aime comme ma sœur
    => vous: pronom personnel COD du verbe "aime"
    => comme ma sœur: complément circonstanciel de comparaison
    * comme: adverbe de comparaison

    8-la jeune fille, feignant perdre la raison , crie à voix haute : "je ne vous pardonnerai jamais!"
    => la jeune fille: groupe nominal sujet du verbe "crie"
    =>feignant perdre la raison: complément circonstanciel de manière
    * feignant: participe présent ayant une valeur circonstancielle
    * perdre: un infinitif (j'ignore sa fonction)
    * la raison: groupe nominal COD de l’infinitif
    => crie à haute voix: proposition incise
    * à haute voix: complément circonstanciel de manière
    * jamais: adverbe de négation

    9- Je ne veux point qu’on me plaise, je veux qu’on m’instruise.
    => ne...point: adverbe de négation corrélatifs
    => que: béquille du subjonctif
    =>me: pronom personnel COI
    # meme analyse pour la deuxième proposition

    10-Elle fit semblant de ne rien sentir, si bien qu'on crut qu'elle était inconsciente
    => fit semblant: locution verbale
    => de ne rien sentir: groupe propositionnel COI
    => si bien que: locution conjonctive introduisant une subordonnée consécutive
    => que: locution conjonctive
    =>qu'elle était inconsciente: subordonnée complétive COD du verbe "crut"

    comme elle, qui préférait mourir plutôt que de céder à la tentation, ne lui donna aucune chance , ni n’en accepta les avances; ce dont il fut fort étonné, il quitta les lieux promptement.
    => comme: adverbe (j'ignore sa valeur)
    =>elle: sujet du verbe "donna"
    => "qui préférait mourir plutôt que de céder à la tentation": relative explicative/ appositive ayant la valeur d'un adjectif épithète
    * qui: pronom relatif sujet du verbe "préférait"
    * mourir: verbe à l’infinitif COD du verbe
    * plutôt que: locution conjonctive introduisant une subordonnée temporelle exprimant l’antériorité
    * de céder: COD du verbe "préférait"
    * à la tentation: COI
    => aucune chance: COD introduit par un adjectif indéfini "aucune"
    => ni n’en accepta les avances: proposition juxtaposée à la précédente
    * ni...ne: adverbe de négation
    *en: pronom adverbial indéfini (j'ignore sa fonction)
    => "ce dont il fut fort étonné": subordonnée relative substantivée
    * ce: pronom démonstratif antécédent de "dont"
    * dont: pronom relatif composé COI
    * fort: (j'y vois un intensif et non un adjectif/ il a la valeur d'un adverbe)
    * étonné: adjectif attribut du sujet
  • JehanJehan Modérateur
    Je vais essayer de corriger...
    Mais tu ne devrais pas en donner autant à la fois !
  • Je m'excuse.
    je ne me suis pas rendu compte que j'avais publié beaucoup de phrases....
  • JehanJehan Modérateur
    C'est étonnant... Tu ne t'es vraiment pas aperçue de la très grande taille de ton message ?
    Je vais essayer de commencer, je ne crois pas pouvoir corriger tout en seule fois.
  • Sincèrement Non :)
    D'ailleurs le premier message était moins détaillé que le deuxième. C'est lors de l'organisation des phrases que je me suis mise à analyser le tout...
    Merci Jehan
  • JehanJehan Modérateur
    Première petite tranche...
    1-Ils firent provision chacun d' un beau livre.
    =>ils: pronom personnel sujet de la phrase
    =>firent provision de: locution verbale constituée du verbe "faire" conjugué au passé simple et d'un groupe nominal (nom} prep)
    => chacun: pronom indéfini COD du verbe
    "Faire provision" se construisant avec un COI, il ne peut avoir de COD.
    Et c'est chacun qui fait provision...
    Plutôt une sorte d'apposition au sujet "Ils".

    => d'un beau livre: groupe prépositionnel à noyau nominal COI de la locution verbale "firent provision".

    2 - Les invités étaient tous habillés de vêtements amples.
    => Les invités: groupe nominal, sujet du verbe "être" conjugué à l'imparfait.
    => tous: adjectif pronom indéfini, sorte d'apposition au sujet "Les invités"
    => habillés: participe passé du verbe "habiller" à valeur adjectivale (attribut du sujet "Les invités")
    =>de vêtements amples: groupe prépositionnel à noyau nominal COI du verbe Plutôt complément du participe, avec une nuance circonstancielle de moyen.

    3 - Le jour de la fête arrivé, ils portèrent leurs plus beaux habits , leurs cheveux bien faits , comme des princes , se dirigèrent vers la maison du hôte .
    J'ai l'impression qu'il manque des mots dans cette phrase...
    => Le jour de la fête arrivé: proposition participiale, CC de temps du verbe "portèrent".
    * le jour: GN
    * de la fête: complément du nom
    * arrivé: participe passé à valeur adjectivale (épithète)

    => ils portèrent leurs plus beaux habits: proposition juxtaposée à celle qui la suit
    *ils: pronom personnel sujet du verbe "portèrent" conjugué au passé simple
    * leurs plus beaux habits: groupe nominal COD
    #leurs: adjectif possessif
    #plus: adverbe d'intensité
    #beaux: adjectif épithète antéposé au nom "habits"
    => leurs cheveux bien faits : On parle de "construction absolue", une sorte de participiale.
    =>comme des princes: complément circonstanciel de comparaison (incise) subordonnée de comparaison, avec ellipse du verbe.

    4- Sitôt qu 'ils se virent, ils éclatèrent de rire .
    => Sitôt qu': locution conjonctive exprimant le temps: la simultanéité/ elle introduit une subordonnée circonstancielle de temps
    =>ils: sujet
    => se: pronom réfléchi COD
    =>.... éclatèrent de rire: expression figée construite à partir du verbe "éclater" et du groupe prépositionnel "de rire" ayant la fonction d'un COI (complément de cause; métaphoriquement parlant, ils éclatèrent parce qu'ils riaient)
  • Proposition.
    2 - Les invités étaient tous habillés de vêtements amples.
    => Les invités: groupe nominal, sujet du verbe étaient habillés.
    => tous: adjectif pronom indéfini, sorte d'apposition au sujet "Les invités"
    => étaient habillés: verbe habiller à l'imparfait passif
    => de vêtements amples: Complément de manière ou de moyen du verbe habiller.
  • JehanJehan Modérateur
    Je ne sais pas si l'on peut parler ici de verbe au passif.
    Il y a plutôt ici un résultat qu'une action, et "habillés" indique donc plutôt un état, que l'on décrit.
    Il y aurait véritablement action si la phrase était l'équivalent au passif de "On les habillait de vêtements amples" à la voix active. Ce qui ne semble pas le cas.
  • effectivement la phrase "3 " est lourde; je devais dire:

    "Le jour de la fête arrivé, ils portèrent leurs plus beaux habits. leurs cheveux étaient bien faits, leurs visages étaient rayonnants et comme des princes, ils se dirigèrent vers la maison du hôte."
  • JehanJehan Modérateur
    Plutôt ... vers la maison de l'hôte. ;)

    ils portaient leurs plus beaux habits ou ils revêtirent...

    leurs cheveux étaient bien coiffés

    C'est toi qui as rédigé toi-même ces phrases ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.