Grammaire française Participe passé

11011131516128

Réponses

  • Jehan a écrit:
    Je pense que Bayard a plutôt voulu dire : le pronom relatif peut-il être complément d'un verbe....

    Oui c'est en effet de cela qu'il s'agit!

    Du coup, que pont-on conclure de ces multiples exemples? Qu'une même construction peut être parfois fautive, et parfois correcte? Ça me paraît un peu bizarre...
  • Je pense que Bayard a plutôt voulu dire : le pronom relatif peut-il être complément d'un verbe...
    A cette question je crois qu'on peut répondre oui.
    Toutes les phrases citées par Lamaneur semblent correctes.
    (Mais dans les exemples donnés, les verbes en question ne sont pas les noyaux d'une proposition circonstancielle, mais de simples compléments circonstanciels.)
  • Merci à Gabiana et à Jehan. Parfois, je ne suis plus très sûr... C'est l'âge sans doute.
  • C'est sûrement l'âge. Pusses-tu avoir encore le nôtre ! :lol: :lol: :lol: :lol:
  • Donc toutes mes phrases étaient correctes?
  • Nous avons déjà eu l'occasion de constater que l'acceptabilité d'une relative imbriquée variait et que certains les considéraient même comme agrammaticales.
  • JehanJehan Modérateur
    Là, il ne s'agit pas de relatives imbriquées... Mais il semble que les appréciations puissent parfois varier aussi.
  • Mais si ce sont des relatives imbriquées...
  • JehanJehan Modérateur
    Voici la définition que donne Riegel des relatives imbriquées: quand le relatif a une fonction non par rapport au verbe principal de la relative, mais par rapport au verbe de la complétive complétant celui-ci, comme par exemple Partons pour Venise, que je veux que tu visites avec moi.
    Or, dans les phrases de Bayard ou de Lamaneur, pas de complétive complétant le verbe principal de la relative : juste des compléments prépositionnels à noyau infinitif, le relatif complétant cet infinitif. Je n'y vois donc pas d'imbriquées stricto sensu...
  • J'ai un cours moins limitatif. Il dit notamment :
    Dans le cas où le GN à relativiser est autre que le sujet, il prend la forme pronominale prévue par les règles déjà décrites et se place entête du bloc, qu'il s'agisse :
    • du COD d'un infinitif ou d'une conjonctive
    Il est parti pour la ville qu'il veut visiter.
    Écoute la mélodie que je lui ai entendu chanter.
    C'est bien le prix qu'il pensait pouvoir en obtenir.
    Partons pour Venise que je veux que tu visites avec moi.
  • Ce qui est navrant, c'est de voir qu'on ne peut pas trouver de logique pour cette histoire de pronom relatif complément du l'infinitif circonstanciel.
    Cela semble parfois correct, parfois faux, sans explications :(
    Et pourtant, il me semble qu'une construction est soit correcte, soit grammaticalement fausse. Sa validité ne peut pas dépendre du contexte, normalement.

    J'aurais malgré tout tendance à penser que cette construction est fautive.
    En effet, dans l'expression "des travaux qu'il faudra des siècles pour accomplir", on rattache naturellement le "que" au verbe de la proposition relative, qui a déjà un COD.
    Qu'en pensez-vous?
  • JehanJehan Modérateur
    Attention : "des siècles" n'est pas COD, mais sujet réel de l'impersonnel "il faudra".
    Le verbe falloir n'a jamais de COD.
    Et le qu' est pour sa part COD de "accomplir".
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Absolument. On pourrait d'ailleurs tourner la phrase ainsi :
    "des travaux que des siècles seront nécessaires pour accomplir"
    qui me paraît également douteuse.
  • Au temps pour moi vous avez raison!

    Mais du coup, cela sème le doute dans mon esprit.
    Je m'explique: dans une phrase telle "Il y avait des gens que j'étais particulièrement heureux de voir", là aussi le relatif complète un infinitif prépositionnel qui ne fait pas partie du verbe principal de la relative. Et pourtant, est-ce faux pour autant?
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Non, celle-ci est parfaitement correcte. C'est surtout avec "pour" que les problèmes se posent, comme on l'a vu plus haut.
  • Donc pas de souci en ce qui concerne un pronom complétant un infinitif adjectif de la relative, et ce quel que soit l'adjectif ?
  • JehanJehan Modérateur
    Un infinitif adjectif ? ! Tu veux dire un infinitif complément d'adjectif, je suppose.
    Donc cela ne concerne que les adjectifs pouvant avoir un tel complément, et pas n'importe quel adjectif. Difficile de dire si c'est correct dans tous les cas, mais a priori, cela doit être fréquemment possible.
  • Bonsoir
    je voudrai bien savoir si mon analyse est logique:

    2- Hier, c'était dimanche, ma famille était venue me voir. (c'est clair que "hier" est un complément circonstanciel de temps/ mais "c’était dimanche" je pense qu'on va l'analyser de la manière suivante:
    * c’était: présentatif (ce: pronom démonstratif ayant la fonction de sujet du verbe "était")
    * dimanche: le vrai sujet de la phrase
    => "c’était dimanche" nous donne une indication sur le temps, mais ce n'est pas un complément circonstanciel de temps

    3- Le soleil de trois heures était agréable.
    * le soleil: GN sujet du verbe "était"
    * "de trois heures": est ce qu'on va le considérer comme un complément circonstanciel de temps vu qu'il nous donne une indication exacte sur le temps , ou un complément du nom?

    4- au bout de quelques heures, la mère avait commencé à paniquer.
    * "au bout de quelques heures": GN ayant la fonction d'un complément circonstanciel de temps marquant la durée du procès

    5- nous nous sommes regardés pendant un moment.
    * "pendant un moment": complément circonstanciel de temps marquant la durée, il est introduit par l'adverbe "pendant"

    6- À partir de ce moment, je n'avais plus de sentiments pour lui.
    * "à partir de ce moment": GN introduit par la préposition "à" ayant la fonction d'un complément circonstanciel de temps

    7- c'était bon d’apprécier la nuit d'été qui nous enveloppait.
    * "la nuit d'été": complément d'objet direct du verbe "apprécier"
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir
    Hier, c'était dimanche, ma famille était venue me voir.
    Deux verbes conjugués, donc deux propositions.
    "c'était dimanche" est ce qu'on appelle une proposition incidente, un simple commentaire accessoire.
    On aurait pu également l'écrire entre tirets ou entre parenthèses. Elle n'a aucune fonction grammaticale par rapport au reste de la phrase.
    Le soleil de trois heures était agréable.
    Il s'agit d'un simple complément de nom.
    Au bout de quelques heures, la mère avait commencé à paniquer.
    Ce CC de temps n'indique pas la durée du procès : elle n'a pas paniqué pendant quelques heures...
    Il indique simplement quand a commencé le procès.
    Nous nous sommes regardés pendant un moment.
    C'est bien un CC de temps exprimant la durée.
    Mais pendant n'est pas un adverbe, c'est bien sûr une préposition.
    À partir de ce moment, je n'avais plus de sentiments pour lui.
    C'est bien un CC de temps, composé de la locution prépositive "à partir de" et d'un GN.
    C'était bon d’apprécier la nuit d'été qui nous enveloppait.
    Il s'agit bien d'un COD du verbe "apprécier", verbe à l'infinitif.
  • Merci Jehan.
    pour cette subordonnée circonstancielle: "quand nous nous sommes regardés, il était déjà parti"
    le procès de la subordonnée a eu lieu postérieurement par rapport à la principale, non?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.