Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour,

Quelles étaient les circonstances de l'apparition de la tragédie (sa naissance) ?


Comme exemple , je dois faire aussi un lien avec la tragédie grecque d'Antigone de Sophocle . Bon , Sophocle connait la gloire en même temps que la grandeur d'Athènes .Aussi ,les pères fondateurs de la tragédie sont Eschyle , Sophocle et Eurydice .


La tragédie vient du mot grec tragos qui signifie chant du bouc qui était sacrifié lors de fêtes religieuses .Plus généralement , la tragédie antique grecque vient des grandes Dionysos , fêtes religieuses où le concours des pièces dramatiques durait 3 jours et d'où on sortait un vainqueur parmi 3 dramaturges en scène , comme le cas de Sophocle pour Antigone .


On peut parler du rôle du chœur , qui était de chanter et danser avant tout , par contre , le coryphée ,le chef du chœur parlait directement aux personnages , et c'est lui qui dicte la morale de la fin dans l'exodos . Avec Sophocle , le nombre d'acteurs a augmenté , il y'en avait trois au lieu d'un seul au début de la tragédie antique grecque .


Par contre , est-ce que dans la tragédie grecque on parle d'alternance d'épisode et de stasimon ?? Genre , au début le prologue (scène d'exposition) , ensuite parados (chant du choeur ) , épisodes et enfin stasimon ?


Mais la tragédie grecque antique est avant tout politique et civique : on cherche à promouvoir des idées comme maintenir le bon ordre de la cité et la cohésion des citoyens , les pauvres étaient payés par l'état d’Athènes pour assister au spectacle , donc la tragédie n'est pas juste un divertissement : on présentait des leçons de vie au peuple pour choisir le bon chemin (ex : ordre au lieu de l'anarchie et la désobéissance aux règles ) .


Déjà , dans une visée dialectique , la tragédie romaine antique est différente en termes de forme , et d'objectif , n'est-ce pas ?
Avec la chute d'Athènes , les romains voyait la tragédie comme uniquement un divertissement , donc il y'a eu une régression de la pensée , et une alternance entre démocratie et dictature sur le plan de la gouvernance .

Aristote a écrit les principes de la tragédie en division en actes et le respect des unités : lieu , temps , action . Mais à quelle époque ?
Mots clés :
«13

Réponses

  • La tragédie vient du mot grec tragos


    Wikipédia :
    On fait habituellement dériver le grec ancien τραγῳδία / tragoidía de τράγος / trágos, « le bouc », et de ᾄδω / áidô, « chanter ». Le mot signifierait donc « chant du bouc ».
    la tragédie antique grecque vient des grandes Dionysos ,
    Dionysies
    Par contre , est-ce que dans la tragédie grecque on parle d'alternance d'épisode et de stasimon ?? Genre , au début le prologue (scène d'exposition) , ensuite parados (chant du choeur ) , épisodes et enfin stasimon ?

    Voyez encore wikipédia, que je copie car cela m'évite de reformuler :
    La division spatiale entre chœur et acteurs, et l'alternance entre parties parlées, récitées et chantées se reflète dans sa structure, rappelée par Aristote dans sa Poétique et vérifiée dans de nombreux cas :

    Prologue (parlé) (avant l'entrée du chœur) ;
    πάροδος / párodos (chant d’entrée du chœur, souvent sur un rythme de marche) ;
    Épisodes (parlés) coupés par des στασιμα) / stásima (chants du chœur) ;
    ἔξοδος / éxodos (sortie du chœur, parlé).
    Aristote a écrit les principes de la tragédie en division en actes et le respect des unités : lieu , temps , action . Mais à quelle époque ?

    Aristote : 384 av. J.-C.1 - 322 av. J.-C.
    Cependant, il ne parle pas d'actes : il n'y en avait pas ! ni d'unités, sauf erreur de ma part. Il parle de vérité et de cohérence des personnages.
  • Tu ne confondrais pas Aristote et Boileau ?
  • Notre professeur a dit qu'Aristote a définit textuellement les bases de la tragédie .


    Est-ce tout concernant la naissance de la tragédie et ses circonstances ? Y'avaient t-ils d'autres raisons ?


    Dans Antigone , c'est le coryphée qui parle et non le choeur , d'ailleurs , je n'ai pas trop bien saisi le rôle du choeur .


    Par rapport à la question initiale , doit t-on parler de la catharsis (la purgation des émotions négatives ) et des thèmes repris par le tragique ?


    Sophocle cherche avant tout à susciter la peur au spectateur pour que ce dernier ne commet pas les mêmes erreurs que les héros tragiques qui meurent toujours , en plus , par rapport à Antigone , celle-ci dans son aveuglement entrainera dans sa chute aussi les êtres qu'elle chérissait (tout comme Créon , son oncle , le tyran) donc ...


    Car le rôle de la représentation théâtrale et la structure de la tragédie constitue tout un pan , doit t-on en parler ?


    Déjà la tragédie est un genre théâtral , au début , on ne parlait que théâtre en l'honneur d'ailleurs du dieu du vin et de l’excès Dionysos , ensuite la tradition aristotélicienne aurait inventé le dithyrambe , mélange entre le chant du chœur et un soliste , dont si j'ai bien saisi c'est bien la naissance du théâtre grec ,n'est-ce pas ??


    Peut t-on parler de la tragédie sans évoquer son origine qui est le théâtre grec ??

    Qui a crée la règle des trois unités ? A l'époque romaine ?


    PS :Lors de l'examen sur table , il faudra faire un commentaire ou bien une dissertation mais on doit insister sur le plan dialectique , genre il ne faudra pas écrire de manière linéaire mais plutôt thématique . Et comme j'ai tendance à m'étaler , je préfère prendre des précautions sinon ce sera hors sujet :|
  • Déjà la tragédie est un genre théâtral , au début , on ne parlait que théâtre en l'honneur d'ailleurs du dieu du vin et de l’excès Dionysos , ensuite la tradition aristotélicienne aurait inventé le dithyrambe

    La tragédie est née du dithyrambe : au départ, un chœur chante des hymnes en l'honneur de Dionysos. On ajouta ensuite un chanteur, et on procéda par versets et répons, puis il y eut deux chanteurs... C'est ce dialogue entre un chœur et des solistes qui a abouti à la tragédie.
    Dans Antigone , c'est le coryphée qui parle et non le choeur , d'ailleurs , je n'ai pas trop bien saisi le rôle du choeur .
    Le coryphée est un personnage de la pièce, il dialogue avec les acteurs. Le chœur est la foule, il commente et exprime souvent le point de vue du spectateur.
    Qui a crée la règle des trois unités ? A l'époque romaine ?
    Elle est née au XVIIe siècle des exigences de vraisemblance et des conditions de représentation : une scène plus profonde que large, encombrée de spectateurs (qui ne viennent que pour être vus), pratiquement pas de coulisses, pas de décor non plus, juste des tentures, on ne peut plus se permettre de faire commencer une histoire à Rome et la faire finir à Jérusalem !
    On estime aussi que le public aura du mal à admettre que pendant les deux heures de la représentation les personnages aient pu vivre plusieurs années ! Donc, tout se passera au même endroit et en pu de temps.
    Cette fameuse règle des unités n'a d'ailleurs jamais été appliquée : Corneille, dans le Cid et plus encore l'Illusion Comique ne s'y astreins pas, pas lus que Racine dans Esther.
  • Euphoriane a écrit:

    Aussi ,les pères fondateurs de la tragédie sont Eschyle , Sophocle et Eurydice .


    :lol: :lol:
  • Delia a écrit:
    Déjà la tragédie est un genre théâtral , au début , on ne parlait que théâtre en l'honneur d'ailleurs du dieu du vin et de l’excès Dionysos , ensuite la tradition aristotélicienne aurait inventé le dithyrambe

    La tragédie est née du dithyrambe : au départ, un chœur chante des hymnes en l'honneur de Dionysos. On ajouta ensuite un chanteur, et on procéda par versets et répons, puis il y eut deux chanteurs... C'est ce dialogue entre un chœur et des solistes qui a abouti à la tragédie.

    .

    D'accord , donc au début , la tragédie était en fait chantée par un chœur et il y'avait aussi des danseurs !

    Et on procéda par versets et réponses ??

    Le chœur portait aussi des masques , et avec Sophocle , le nombre était de 15 .

    Sinon , @Jacques , lorsque je parle d'Eschyle , Eurydice et Sophocle , c'est bien eux les premiers représentants de la tragédie antique grecque ??
    Mais j'ai lu quelques parts que leur existence même est hypothétique , d'ailleurs , dans la biographie de Sophocle dans Antigone , Sophocle est décrit comme un homme politique , et en plus pieux menant une vie paisible , impliqué dans la vie de la cité , élu stratège (haut poste militaire à Athènes ) , bref , Sophocle est un homme parfait , on dirait un mythe ...
  • Jacques sourit car tu t'es trompée. Il ne s'agit pas d'Eurydice (la femme d'Orphée) mais d'Euripide.
  • JehanJehan Modérateur
    Eschyle et Sophocle, d'accord...
    Mais le troisième, c'est monsieur Euripide.
    Ne pas confondre avec Eurydice, l'épouse d'Orphée dans la mythologie. ;)
  • Et on procéda par versets et réponses ??
    Pas réponses, répons !
    Dans la liturgie catholique, tout verset récité (ou chanté) par le célébrant est suivi d'un répons dit ou chanté par son assistant.
    Fréquemment, dans un répons, c'est un chœur qui répond à une phrase chantée (ou entonnée) par un chantre seul. À mesure du développement de la musique religieuse non exclusivement grégorienne, la part du soliste est devenue plus grande, et le nom de répons a fini par désigner, dans certains cas, l'ensemble de la pièce, où le chœur n'intervient que pour la reprise finale.

    Sinon , @Jacques , lorsque je parle d'Eschyle , Euripide et Sophocle , c'est bien eux les premiers représentants de la tragédie antique grecque ??

    Ce sont les premiers dont nous ayons des œuvres. Il y en eut d'autres avant eux.
  • Oui, il y a eu des tragédies avant Eschyle : on peut citer Arion (VIIème siècle) et Thespis (VIème siècle), tous deux de Lesbos. On n'a rien conservé d'eux.
  • Merci pour la précision, c'est bel et bien Euridice :)

    Déjà la tragédie est un genre théâtral , au début , on ne parlait que théâtre en l'honneur d'ailleurs du dieu du vin et de l’excès Dionysos , ensuite la tradition aristotélicienne avec Arion (c'est écrit dans une partie de notre cours) , aurait inventé le dithyrambe , créant une véritable dynamique dramatique , mélange entre le chant du chœur et un soliste , dont si j'ai bien saisi c'est bien la naissance du théâtre grec ,n'est-ce pas ??

    Peut t-on parler de la naissance de la tragédie et de ses circonstances sans évoquer son origine qui est le théâtre grec ??

    Quelles étaient les circonstances de l'apparition de la tragédie en résumé ?

    Connaissez-vous un bon lien ou pdf à ce propos ?
  • Excusez-moi, mais vous mélangez les époques. Ne parlez pas d'Aristote pour évoquer l'origine de la tragédie ; tout comme Boileau, Aristote analyse et "codifie" un genre déjà constitué depuis longtemps ; il est donc au bout de la chaîne, non au début !
    Relisez les messages précédents.
    Si j'ai le temps, nous reprendrons cela demain à tête reposée.
    Et ce n'est pas *EURIDICE mais EURIPIDE.
    Bien que je ne l'aime pas beaucoup, il ne mérite pas que vous écorchiez toujours son nom !!! :D

    Sur le rituel dionysiaque, sur les chœurs et sur le dialogue entre lui et le futur coryphée, puis avec des personnages extérieurs destinés à devenir des "acteurs", reporte-toi aux messages précédents.
    Mais j'aimerais compléter ce que disait Delia. Après J. de Romilly et P. Grimal, on s'accorde aujourd'hui à dire que tout cela ne suffit pas à expliquer la naissance de la tragédie, forme littéraire centrée sur la mimésis, pas seulement sur la célébration d'un rituel religieux.
    Il y a eu un autre facteur déterminant dans la genèse de la tragédie : c'est le facteur politique. La tragédie est née à l'époque des "tyrans" (Pisistrate à Athènes), et ceux-ci ont trouvé dans ce genre le moyen de donner au peuple des fêtes où pouvait se forger l'unanimité de la cité, où pouvait aussi s'instaurer, grâce à la mimésis, un dialogue respectueux entre le peuple (le chœur) et les rois ou les tyrans (les personnages de la pièce).
    Par la suite, on remarque que la tragédie a fleuri à Athènes, au temps de la démocratie : mais cette fois, en une sorte de renversement, on y voit souvent posé le problème de la légitimité du pouvoir, de sa temporalité aussi (d'où la notion de destin, de fatalité peut-être pas aussi déterminante dans les débuts du genre). Œdipe-Roi est le plus bel exemple.
    D'où le souci de parvenir à une intrigue dont les rouages sont savamment mis en place afin de faire sentir au spectateur l'évolution temporelle qui mène de la liberté (illusoire) à la chute). Si la tragédie en était restée au dithyrambe, elle n'aurait traité que des mythes religieux sans temporalité ; Eschyle conserve encore un peu la trace de la raideur de ce qu'on pourrait appeler "drame sacré" dans Prométhée enchaîné, par exemple. Mais par ailleurs, tout comme Sophocle et Euripide, il choisit assez vite ses sujets dans l'histoire légendaire, et non plus dans le mythe, et la tragédie descend - pour son plus grand bien - vers le terrain humain. Trop humain du reste chez Euripide qui, pour certains, est un "sophiste qui a choisi la tragédie comme moyen d'expression" (je ne sais plus qui a dit cela).
    C'est du reste ce que Nietzsche analyse dans son ouvrage sur L'origine de la tragédie ; pour lui, la tragédie relève de deux traditions : la tradition dionysiaque (délire, fureur, ivresse), mais aussi la tradition apollinienne (mesure, humanité, équilibre, poésie).
    Ce mot de J. de Romilly résume tout :
    [la tragédie est apparue] lorsque ces improvisations religieuses, d'où elle devait sortir, se trouvèrent prises en main et réorganisées par une autorité politique". (La tragédie grecque, éd Payot, p. 13).
  • @Jacques

    Merci pour ton explication !


    Mais quel est le rôle de la mimesis dans la naissance de la tragédie , à part l'imitation ??


    Donc la tragédie est avant tout un fait politique donc la liberté n'était qu'un rêve au tant que la démocratie d'ailleurs , car il y'avait l'alternance entre pouvoir oligarchique (dictature d'une minorité) et démocratie où chaque citoyen avait le droit d’être au moins une fois dans sa vie !


    Donc , la tragédie était faite pour leurrer le peuple et lui faire peur ,car c'était toujours les nobles familles qui gouvernaient , n'est-ce pas ?


    Est-ce qu'il y'a déjà eu un régime monarchique sous l'époque romaine ? Ou bien grecque ?


    Est-ce que Œdipe était un tyran ? Bon , je sais qu'il a commis un inceste avec sa mère et a tué son père sans le savoir , mais était t-il vraiment si mauvais de caractère ?? Il est aussi victime de la malédiction des labdacides qui remontre à Laius
    !
    Créon , son beau frère est bel et bien un tyran , têtu , obnubilé par sa quête de pouvoir ...
  • Euphoriane,
    On se calme ! :)
    Tu poses trop de questions à la fois. Et attention, tu mélanges la réalité historique et la légende.
    Nul doute que Jacques réponde à toutes tes questions lorsqu'il en aura le temps.

    Je peux déjà te dire qu'il y a eu des rois en Grèce comme en Italie. (fait historique)
    Et également que le terme de tyran n'avait pas au départ la connotation péjorative qu'il a prise par la suite.
    Oedipe est un héros tragique et appartient au mythe plus qu'à l'histoire. Méchant ? Il est surtout aveugle avant même de se crever les yeux. C'est une victime de la fatalité. Mais il est sûr que tuer un homme qui pourrait être son père et épouser une femme qui aurait l'âge d'être sa mère, lors même qu'il connaît la prédiction qui s'attache à sa naissance, ce n'est pas très futé.
    La tragédie n'est pas faite pour leurrer le peuple, mais il est inévitable que l'univers mythique (la plupart du temps, il s'agit en effet de sujets mythologiques) dans lequel des héros se retrouvent plongés dans des situations inextricables les renvoient à l'univers réel et aux menaces dont ils peuvent être pareillement victimes eux qui ne sont déjà pas des héros.
  • Ta réponse me dispense d'en faire une plus longue. Œdipe n'est évidemment pas un coupable, mais il est allé à la rencontre de son destin en faisant preuve d'hybris et d'aveuglement : il a tué un "étranger" lors d'un banal accrochage sur une route étroite, il est irascible et malmène Tirésias, il manque de perspicacité (Jocaste devine la situation bien avant lui) alors que la vérité crève les yeux (celle-là, j'adore la faire).
    Il appartient au génie de Sophocle d'avoir imaginé un héros "ni tout à fait coupable, ni tout à fait innocent", bref, humain. Même son aveuglement est psychologiquement très vraisemblable.
    On a peut-être encore plus pitié de lui ainsi.
    Aristote cite cette pièce comme le modèle de tragédie le plus accompli. Heureusement que les Alexandrins nous l'ont conservée...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.