Méthode commentaire Méthode dissertation

Sujets du bac de français 2015, série L - Question et commentaire

Série L - Question et commentaire
Objet d’étude : écriture poétique et quête du sens, du Moyen Âge à nos jours.

sujet_bac.png
Texte A : Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794), « Le Voyage », Fables, IV, 21 (1792)
Texte B : Alphonse de Lamartine (1790-1869), « Les Voiles », poème publié en 1873 dans Œuvre posthume
Texte C : Jean de La Ville de Mirmont (1886-1914), L’horizon chimérique, recueil posthume (1920)
Texte D : Jean-Michel Maulpoix (né en 1952), L’instinct de ciel, section III, extrait (2000)
la.png
lb.png
lc.png
ld.png

Question : comparez les conceptions du voyage qui s’expriment dans ces textes.

☑️ Proposition de corrigé de la question (par Jean-Luc)

Commentaire : vous ferez le commentaire du texte de Lamartine (texte B).
Mots clés :
«1

Réponses

  • PikaPika Membre
    Après avoir lu un corrigé j'ai l'impression d'avoir complètement raté mon corpus...

    J'ai fait
    1) Le voyage vu comme le voyage de la vie
    2) Le voyage vu comme un voyage maritime ou aérien
    3) Le voyage pour ceux qui partent et ceux qui restent (les 2 points de vue)

    Est-ce que vous pensez que je peux avoir la moyenne ? :/
  • Après avoir lu un corrigé j'ai l'impression d'avoir complètement raté mon corpus...

    Et bien je dirais pareil pour moi. :(

    J'ai fait 2 paragraphes différents:
    Dans le premier j'ai mis le voyage réel, très terre-à-terre: avec le texte A, le D et certains vers de Lamartine.
    Dans le deuxième j'ai parlé de l'aspect onirique du voyage: les regrets de de Mirmont qui n'a pu embarquer dans un vaisseau, et Lamartine avec son vers sur le rêve et sa métaphore des ailes.
    En conclusion, j'ai dit que le clivage qui existait entre ce voyage réel et imaginaire pouvait être gommé en fumant "la cigarette du voyage" (Texte D).

    Pas fameux non plus je pense, malheureusement !
  • Il n'y a pas qu'un corrigé Clément, ce que tu as fait me parait très pertinent !

    Voilà mon corpus, je ne sais pas trop quoi en penser...

    1) voyage réel, géographique (le voyage + Maulpoix)
    - lieu flou
    - poète hagard, ne pense pas

    2) voyage imaginaire (Lamartine, l'horizon chimérique)
    - désir voyager
    - âme s'égare
  • 1) voyage réel, géographique (le voyage + Maulpoix)
    - lieu flou
    - poète hagard, ne pense pas
    2) voyage imaginaire (Lamartine, l'horizon chimérique)
    - désir voyager
    - âme s'égare

    Très semblable au mien au final ! Je pense qu'il fonctionne aussi. Après en corpus normalement on ne demande pas la même analyse qu'en commentaire, donc inutile d'avoir les 2-3 niveaux de lecture pour chaque texte. Si tu es resté(e) cohérent(e), tu devrais plutôt bien t'en tirer. :)
  • Il ne nous reste plus qu'à attendre :)
  • J'étais plutôt confiante en sortant de l'épreuve mais en lisant tous les corrigés que j'ai pu trouver, je crois que j'ai vraiment fait n'importe quoi :(

    Suis-je la seule qui ait compris que dans le poème "Les Voiles", Lamartine décrit un naufrage à la fin du poème, auquel il a échappé ?
    J'ai fait toute une partie là dessus... :|
  • Qu'un cauchemar. Je me demande ce que je suis venu faire en L? :|
    En lisant les différents corrigés et vos réponses, je m'aperçois que je n'ai pas réellement compris qu'il s'agissait d'une métaphore pour certains auteurs, et que le voyage n'était pas réel. J'ai en fait compris que le premier représente un parcours de vie puisqu'à la fin de son poème il exprime "On appelle cela naitre, vivre, mourir". Pouvez-vous me dire ce qu'il fallait réellement écrire pour montrer les points communs et les différences entre ces poèmes, et la conception du voyage qui nous apparait. :/
  • Bonjour à tous. Comme vous, j'ai passé mon écrit de français ce matin. La question de corpus m'inquiète vraiment car je crois que mon plan ne tient vraiment pas la route.
    I. Une conception positive du voyage.
    II. Néanmoins certains poèmes ont une vision négative du voyage.
    III. La plupart des poèmes mélangent ces deux visions: conceptions mêlées du voyage.
  • Tous vos plans semblent tenir la route, il me semble qu'il y avait un certain nombre d'aspects à développer et qu'il n'était pas nécessaire de s'y intéresser à chaque fois.
    Personnellement, j'ai parlé de voyage métaphorique (tous étaient des voyages métaphoriques, à nuancer cependant), de voyage personnel (pour les 3 derniers) et donc spirituel (avec l'âme), et enfin de voyage associé à un paysage ou non (pour le premier, on n'avait pas de paysage). C'est en effet bien différent des vôtres.
  • J'ai aussi l'impression d'avoir foiré, des avis ?

    Corpus :
    I) Le voyage peut être quelque chose de douloureux ou d'épuisant
    II) Mais il peut être source de joies, découvertes et inspirations

    Commentaire :

    I) Le récit d'un voyage de jeunesse
    1) La mer, source d'inspiration
    - champ lexical de la mer
    - inspiration vient avec l'avancée du bateau dans les flots
    - tous les rêves sont permis pour le poète lorsqu'il vogue
    - nom du lieu d'écriture du poème : Île ==> mer toujours attrayante pour le poète
    2) Le voyage, source de joies
    - découverte du bonheur
    - découverte de nouveaux paysages inconnus d'un jeune homme
    - 3 premiers quatrains : vagabondage au gré des voyages avec insouciance et liberté
    - rythme binaire : "continent de vie et îles de joie" "gloire et amour" "pourpre et jasmin"
    - vers en alexandrins donnent une musicalité au poème, comme si le poète flottait littéralement ( je suis partie trèees loin là :'))

    II) Un retour de voyage triste et un poète désabusé
    1) Le poète "reste à quai"
    -toujours l'amour de la mer et des bateaux, mais d'un amour amer
    - poète détruit par le voyage "débris"
    - mer devient cimetière, "champ de mort" : le poète jadis éparpillait ses pensées, mais s'est éparpillé lui-même : voyage dévastateur, poète rentre bouleversé et brisé
    2) La mélancolie du retour de voyage
    - les flots de la mer ne remplissent plus son cœur de joie comme auparavant, mais le compressent et l'étouffent
    - importance du dernier vers : "roule" placé à l'hémistiche accentué l'impression que le poète se meurt peu à peu

    Conclusion : Poème qu'on peut séparer en 2 parties ( partie sur le bonheur, où les rêves sont permis, et partie sur mélancolie / tristesse)
    Élargissement sur le thème de l'eau chez Lamartine, avec "Le Lac" qui traite également de la tristesse, mais de la tristesse face à un amour perdu.

    Voilà voilà, j'ai très très peur et je me mets beaucoup de pression, ayant 15 de moyenne à l'année en Français, je compte pas mal sur cette matière :')
  • Personnellement, j'ai parlé de voyage métaphorique (tous étaient des voyages métaphoriques, à nuancer cependant), de voyage personnel (pour les 3 derniers) et donc spirituel (avec l'âme), et enfin de voyage associé à un paysage ou non (pour le premier, on n'avait pas de paysage). C'est en effet bien différent des vôtres.

    Ne t'en fais pas tu as tout bon! D'après les corrections il s'agissait bien de métaphores et non de voyages concrets et bien réels.
  • Je voudrais avoir des avis sur mon plan pour la question de corpus (je crois que je l'ai foiré complètement... :/)
    I. Une vision des voyages plutôt positive.
    II. Mais certains voyages sont vus négativement.
    III. La plupart des poèmes ont une vision mêlée de ces voyages.
    Je m'explique: par "conceptions", j'ai compris vision positive, négative etc..
    Je crois que je l'ai pris à contre-pieds... Dommage.
  • JRD-PRT a écrit:
    Personnellement, j'ai parlé de voyage métaphorique (tous étaient des voyages métaphoriques, à nuancer cependant), de voyage personnel (pour les 3 derniers) et donc spirituel (avec l'âme), et enfin de voyage associé à un paysage ou non (pour le premier, on n'avait pas de paysage). C'est en effet bien différent des vôtres.

    Ne t'en fais pas tu as tout bon! D'après les corrections il s'agissait bien de métaphores et non de voyages concrets et bien réels.

    Merci de me rassurer, mais peut-être n'ai-je pas suffisamment traité des autres thèmes qu'il fallait aussi aborder ? (la conception positive / négative du voyage ?)
    J'ai vu que tu avais compris, dans le premier poème, qu'il s'agissait aussi d'une métaphore de la vie : c'est juste !

    PS : Pour l'ouverture de mon commentaire, j'ai cité l'Albatros de Baudelaire, en comparant "les ailes semées" de Lamartine à la citation suivante : "ses ailes de géant l'empêchent de marcher". Est-ce correct ?
  • Merci de me rassurer, mais peut-être n'ai-je pas suffisamment traité des autres thèmes qu'il fallait aussi aborder ? (la conception positive / négative du voyage ?)

    Sincèrement je ne sais pas trop quoi te dire à ce niveau là, puisque moi j'ai complètement foiré mon examen... Mais je pense que si tu as déjà compris qu'il s'agissait de métaphores c'est que ton devoir ne doit pas être si mauvais! Après c'est certain qu'il ne fallait pas s'arrêter ici et qu'il fallait faire surgir de chacun des poèmes les éléments positifs et les éléments négatifs. Il ne nous reste plus qu'à prier et espérer recevoir une bonne note! :lol:
  • Le pire, c'est que je n'ai pensé à ça qu'à la fin...J'espère au moins avoir la moitié des points au corpus, ce serait bête d'en perdre davantage.
  • Bonjour vous
    Est-ce que mon plan de commentaire tient la route ? Je crois surtout m'être trompée dans l'interprétation du poème.

    I) La confession d'une extase

    1) La polysémie du titre : les voiles d'un navire, mettre les voiles ou bien un voile que l'on a devant les yeux et qui nous empêche de voir la réalité ?

    2) L'énonciation : poète omniprésent, "je" très caractéristique du mouvement romantique, lyrisme
    + pas de destinataire
    + indice spatiotemporel dans la signature finale "Ischia, 1844, septembre" pas de jour précis -> perte de la notion du temps ?

    3) Le poète d'abord optimiste à l'idée de voyager, présence d'adjectifs mélioratifs : "jeune et fier" reliés par la conjonction "et" -> indissociables ?
    - Métaphore du poète-oiseau et diérèse sur le terme "ailes" pour insister sur son importance
    - Personnification des sentiments gloire et amour -> lyrisme
    - Allitérations en l et en j -> la douceur, la mer

    II) Qui se mue en souffrance

    1) Rupture dans le troisième quatrain "et maintenant" -> le poète a voyagé, est revenu
    - allitération en r dans le dernier vers -> un grondement

    2) Dans les deux derniers quatrains, le poète exprime sa déception
    - nombreux effets de style sur les sons notamment : rimes oxymores "chéris/débris", "funeste/céleste"
    - omniprésence de la mort (champ lexical)

    3) Interprétation : le voyage, une métaphore filée du manque d'inspiration du poète ?
    - "Les voiles emportaient ma pensée avec elles" -> avant, il n'avait pas besoin de chercher ses mots et tout lui venait naturellement
    - "Un champ de mort où mes ailes semées / De moi-même partout me montrent les débris" -> à présent, incapacité à créer
    - se sent alors inutile : à quoi sert-il s'il ne peut pas écrire ?

    Et j'ai terminé en faisant une ouverture sur "Le Confiteor de l'Artiste" de Baudelaire en expliquant que bien qu'étant un poème en prose, il exprimait également le désespoir du poète quant à son manque d'inspiration poétique.
  • comme je ne fais pas vraiment de plan, brouillon, tout détaillé, je ne peux pas vous donner mon plan intégrale...
    je ne sais pas si se sont de bonnes ou mauvaises idées, cependant, c'est chouette de voir qu'on a tous fait des choses différentes, du coup je viens poster mon travail :)

    Pour ma part, j'ai choisi cette problématique: comment ce texte exprime-t-il le manque que ressent le poète à ne plus pouvoir voyager ?

    I - il l'exprime dans un premier temps à travers ses souvenirs (strophe 1 à 3)
    A- expression des sentiments passé ( lyrisme, métaphore de l'oiseau symbole de liberté)
    B- la description des paysages et des objets avec un vocabulaire plutôt mélioratif donc il exprime son point de vu sur ces souvenir passé qui sont plutôt de très bon souvenirs

    II- puis il parle du présent donc ce qu'il ressent au moment ou il écrit et il se décrit comme mort sur terre ( strophe 4 & 5)
    A- recherche du champ lexicale de la mort et de la décomposition
    B- mais il continue à vivre dans l'océan puisqu'il se voit lorsqu'il regarde la mer
  • Pridice pour ma part j'ai pris Dissertation même si "Les voiles" de Lamartine m'inspirait beaucoup.
    Sincèrement je trouve ton interprétation du poème superbe, je ne l'avais pas vu directement sous cet aspect la polysémie du mot voile, mais je pense que je serais arrivé à la même conclusion parce que je ne trouvais pas que c'était juste une désillusion du voyage. Je pense qu'il y a une progression, dans la strophe 4 j'avais l'impression qu'il puisait dans cette désillusion pour trouver une inspiration, mais dans la 5ème strophe il est comme dépassé, pris au piège du malheur dans lequel il s'était laissé enfermer, son inspiration est épuisé. En fait je pense aussi que ce poème exprime bien l'histoire des romantiques (j'aurais mis en lien avec l’éducation sentimental de Flaubert) et notamment Lamartine poète mais aussi hommes politique qui vivait dans un idéal, espérait un monde meilleur,(sa jeunesse) et une fois arrivé au pouvoir (révolution de juillet ou trois glorieuse) se sont retrouvé face à la réalité et les désillusions.
    Bref je pense pas que dans le commentaire de ce poème on demandait une seule et unique interprétation, donc vous inquiétez pas trop si vous avez l'impression de ne pas avoir fait comme les autre :P
  • Pridice, ton plan m'a l'air vraiment brillant, c'est extrêmement bien recherché, j'aurais aimé pouvoir penser comme toi, sur le coup! Il n'existe pas une seule et même interprétation, donc tu n'as vraiment aucun soucis à te faire.

    Personnellement, j'ai fait un plan qui me paraît plutôt brouillon...Depuis hier, je ne cesse d'y penser et je n'arrive clairement pas à me dire que j'ai réussi, je suis même de plus en plus négative. Qu'en pensez-vous ?

    I. Un poème lyrique
    - Expression des sentiments personnels ("je" + cl des sentiments, des thèmes propres à l'époque romantique (questionnement sur la vie / la mort) + l'alexandrin permettait une explosion des sentiments
    Le "coeur", dernier mot du poème, représente ce qui pour les poètes est le siège des sentiments
    - La métaphore du poète-oiseau, au-dessus des autres, qui vole dans cet "ailleurs" parfait, vers les cieux, sorte de "Dieu" créateur de la poésie + allitérations en "l" qui renforcent cette idée de légèreté, et renvoient aux "ailes"
    (je n'ai plus le reste)

    II. Un voyage métaphorique
    Celui de la vie :
    - jeunesse idyllique, utopie (référence à l'île de Thomas More), un âge d'or (j'ai aussi fait une référence à l'Antiquité, étant donné qu'il parlait de "rameau de vigne" (je ne me souviens plus du nom))
    Innocence = monde qui n'est pas encore touché par le vice.
    - une rupture avec ce temps (on passe de l'imparfait au présent), on a 10 vers pour l'imparfait 10 autres vers qui mêlent présent et passé, un passé plus proche qui semble ainsi l'atteindre plus directement = une évolution chronologique du temps qui passe
    (tout ça de façon bien plus développée)

    III. La désillusion du poète
    - Deux dernier quatrains très sombres, on a une chute du poète : au début, il est dans les cieux, près de la mer, on le retrouve "assis" = mouvement descendant jusqu'à la fin du poème.
    - Tout ce qui était beau se détériore (champ de mes rêves chéris / champ de mort - je dis ça de mémoire, je ne me souviens plus de la citation exacte, désolée), les ailes et son âme ne faisaient qu'un et désormais, elles lui "montrent" ses débris, comme pour lui rendre compte de ses erreurs, mais aussi du fait qu'il avait été "prévenu" de cette désillusion à venir dans le début du poème : "se noie"...
    - Omniprésence de la mort, peur du temps qui passe ? (à travers les champs lexicaux, l'allitération en "r" qui fait référence à des sonorités gutturales)

    Voilà, ce ne sont que quelques éléments mais je crains - encore une fois - que cela soit bien trop brouillon :(
  • Voilà mon plan est très simple, je suis pas allée chercher loin ^^...
    "En quoi ce poème est-il Romantique ?"
    I- Le lyrisme
    a) expression du moi et du je
    b) expression des sentiments et de l’état d'âme du poète
    c) le désarroi du poète
    II- Le voyage
    a) diverses lieux d'évasions
    b) moyens de voyager
    c) le voyage à travers la pensée (métaphore de la vie)
    Avis :)?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.