Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour, je suis nouveau dans ce forum ! Excusez-moi d'avance si le sujet n'est pas adapté à la section. Voilà mon problème. On fait des bacs à blanc pour s'entraîner à l'oral de français. Malheureusement, je rencontre énormément de peine avec Baudelaire. J'ai tiré le poème La fin de la journée, et c'était vraiment, mais alors vraiment pas brillant. En gros j'ai en bavé pendant 15 min pour ressortir avec un 5/20... Néanmoins, on m'a proposé de faire un second essai, à titre indicatif qui ne pourra pas être comptabilisé. Je vous en supplie, est que je pourrais avoir des indications pour me guider ? Comment partir ? Comment trouver ne serait-ce qu'un axe ? Les procédés ?

Merci du fond du coeur pour votre compréhension.
Sous une lumière blafarde
Court, danse et se tord sans raison
La Vie, impudente et criarde.
Aussi, sitôt qu'à l'horizon

La nuit voluptueuse monte,
Apaisant tout, même la faim,
Effaçant tout, même la honte,
Le Poète se dit : " Enfin !

Mon esprit, comme mes vertèbres,
Invoque ardemment le repos ;
Le coeur plein de songes funèbres,

Je vais me coucher sur le dos
Et me rouler dans vos rideaux,
Ô rafraîchissantes ténèbres ! "

Réponses

  • Sonnet qui figure dans la section des Fleurs du mal : La Mort (avec La mort des amants/ La Mort des pauvres/La mort des artistes/La fin de journée/Le rêve d'un curieux/Le Voyage)

    Le thème en est la souffrance du poète et le soir qui apaise. Thème traité ici en quatrains et tercets d'octosyllabes plus légers que l'alexandrin solennel provoquant comme une espèce de hiatus entre le fond (souffrance) et la forme (légèreté)

    C'est un thème qu'on retrouve souvent chez Baudelaire. Le Spleen cherche un apaisement dans le soir qui vient :
    Sois sage ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
    Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici ...
    Recueillement

    I. Une évocation négative du jour
    - lueur blafarde
    - agitation de la Vie
    - le bruit et ses audaces

    II. La nuit attendue
    - ambiguïté entre volupté et calme
    - action bienfaisante sur le corps et l'esprit
    - soulagement du poète : Enfin !

    III. Les ténèbres habitées
    Complexité et opposition entre repos et rêves funèbres
    Couché sur le dos pour regarder en haut et se rouler dans les rideaux de la nuit (polysémie de "se rouler" dans ...)
    Fraîcheur invoquée et louée par le poète torturé.
  • Salut Floreale !

    Je tenais à te remercier ! Sincèrement ! Mille merci ! Parce qu'honnêtement, j'essaie de m'appliquer, mais j'ai vraiment de la peine avec cette thématique qui m'est trop ésotérique ! Je suis sûr que ça me mettra déjà dans une direction à emprunter ! Ton aide me fait vraiment chaud au coeur !

    Bonne soirée !
  • Ne te contente pas de ces pistes qui ne sont que des suggestions.
    Revois le lexique de la versification que tu seras peut-être amené à préciser.
    Identifie des figures de style facilement repérables
    ex : danse et se tord sans raison
    repère l'allitération en S qui crée une harmonie imitative, sorte de serpent qui siffle et pense à la tentation dans le jardin d'Eden ..)
    Relis pas à pas ce sonnet qui n'est pas si difficile ... Bon courage ... :)
  • Bonjour,
    Je viens de m'inscrire et donc j'espère que vous pourriez m'aider :) Alors voilà, je dois analyser le poème "la fin de la journée" des Fleurs du Mal de Baudelaire pour la semaine prochaine et je ne sais absolument pas comment m'y prendre. Je ne sais pas par où commencer. Je suis totalement perdue. J'imagine que analyser vers par vers serait la meilleure chose à faire mais je ne vois pas grand chose. S'il vous plaît aidez-moi. un axe de lecture etc...

    Merci de votre compréhension
    Sous une lumière blafarde
    Court, danse et se tord sans raison
    La Vie, impudente et criarde.
    Aussi, sitôt qu'à l'horizon
    La nuit voluptueuse monte,
    Apaisant tout, même la faim,
    Effaçant tout, même la honte,
    Le Poète se dit : " Enfin !
    Mon esprit, comme mes vertèbres,
    Invoque ardemment le repos ;
    Le coeur plein de songes funèbres,
    Je vais me coucher sur le dos
    Et me rouler dans vos rideaux,
    Ô rafraîchissantes ténèbres ! "
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Ce sonnet est bâti sur une opposition.
    Fais un tableau comparatif des deux notions abordées avec leurs attributs.
    Tu devrais pouvoir montrer le mal de vivre, ce fameux spleen baudelairien.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.