Grammaire française Participe passé

Proposition introduite par "si"

Bonjour. Je voudrais obtenir des explications au sujet des propositions introduites par "si", dans des phrases qui expriment une opposition.
Par exemple:
"Si les nuits sont fraiches dans le désert, elles sont plutôt douces en matinée."
Faut-il y ajouter "en revanche", ou "par contre", avant d'introduire la proposition principale?
Comment appelle-t-on la subordonnée introduite par "si"?
Peut-il y avoir une changement de sujet entre les deux propositions?
Par exemple: "Si les ouvriers se lèvent tôt, les bureaucrates se prélassent."
Merci d'avance.
Si le sujet est déjà traité, je vous prie de m'en excuser, mais de me donner le lien où je peux le retrouver, car je ne l'ai pas trouvé.

Réponses

  • Yéochoua a écrit:
    Bonjour. Je voudrais obtenir des explications au sujet des propositions introduites par "si", dans des phrases qui expriment une opposition.
    Par exemple:
    "Si les nuits sont fraiches dans le désert, elles sont plutôt douces en matinée."
    Faut-il y ajouter "en revanche", ou "par contre", avant d'introduire la proposition principale? Non, cela n'a rien d'obligatoire.
    Comment appelle-t-on la subordonnée introduite par "si"? Une proposition subordonnée conjonctive complément circonstanciel d' opposition, ou plus simplement une subordonnée d'opposition. Peut-il y avoir une changement de sujet entre les deux propositions? Oui
    Par exemple: "Si les ouvriers se lèvent tôt, les bureaucrates se prélassent."
    Merci d'avance.
    Si le sujet est déjà traité, je vous prie de m'en excuser, mais de me donner le lien où je peux le retrouver, car je ne l'ai pas trouvé.
  • Merci. Bonne journée. Donc, si je comprends bien, "si" est ici une conjonction de subordination?!
  • Oui, comme dans une subordonnée conditionnelle.
  • Bonjour Yéochoua,

    Il y a une fiche du site sur les conjonctions, d'où j'extrais cette remarque :
    Remarques
    [...]
    Pour Moignet, dans une phrase du type Si la mort de Jésus est celle d’un dieu, la mort de Socrate est celle d’un sage., il s’agit d’un emploi thétique (et non hypothétique) : il n’y a pas d’hypothèse, mais une assertion. La première proposition est énoncée dans le but d’énoncer la seconde proposition.
    https://www.etudes-litteraires.com/grammaire-conjonctions.php

    D'autre part, cette phrase est à revoir :
    "Si les nuits sont fraiches dans le désert, elles sont plutôt douces en matinée."
    Éventuellement :
    - Si les températures de nuit sont fraîches dans le désert, elles sont plutôt douces en matinée.
    - Si les nuits sont fraîches dans le désert, elles sont plutôt douces en milieu urbain.


    Muriel
  • Merci. Je comprends aussi pour l'exemple. En effet, c'était plutôt le contraire:
    Si le désert est froid la nuit, il est plutôt agréable en matinée.
  • gusgusgusgus Membre
    Bonjour!
    Je n'arrive pas à trouver comment s'appelle cette question:
    "Si on allait boire un peu de champagne"
    "Si" a-t-il un rôle de subordinant ici? :)
    Merci d'avance et bonne fin de vacance à ce qui le sont encore! :)
  • SI, conj.
    (...)
    IV. [Si introd. une tournure interr. ou exclam.]
    A. [En tournure interr.]
    1. [Si est proche de son usage hyp.]
    a) [L'interr. exprime une demande, une invitation; elle est à l'imp. présentant la demande comme une éventualité dépendant de la volonté de l'interlocuteur]
    [À la 2e pers.] Si vous veniez dimanche? Si tu allais fermer la fenêtre?
    (Tlfi)

    Fausses interrogations indirectes.
    1° La construction avec ou si qui vient d’être décrite ne doit pas être confondue avec les interrogations du type : Si nous allions nous promener ? qui appartiennent surtout à la langue parlée :
    Si je barricadais l’entrée ? (Hugo, Hern., I, 2.) — Si nous commencions l’examen ? (Giraudoux, Intermezzo, I, 6.) — Si vous retiriez votre chapeau (Gide, Caves du Vat., I, 3).
    Si l’on a bien une phrase de modulation interrogative, elle équivaut, pour le contenu, à une invitation plutôt qu’à une question, d’où l’absence du point d’interrogation dans certains ex. On observera que ci-dessus le verbe est toujours à l’indicatif imparfait. Nous avons sûrement, du point de vue de l’origine, une proposition conditionnelle à laquelle on a eu recours pour ne pas présenter l’invitation d’une manière tranchante ou impérieuse. Mais, du point de vue du fonctionnement, il est inutile de chercher des sous-entendus : la phrase est complète pour ce qui concerne la communication.
    (Grevisse)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.