Méthode commentaire Méthode dissertation

Compter les syllabes dans un poème

135678

Réponses

  • ElissaElissa Membre
    Bonsoir

    Puis je avoir une verification a propos de ces vers:

    1- Puis, comme un vent d'ete // confond les fraiches ondes

    con - fond - les - frai - ch - zon - d ? 6 syllabes ?
    est ce que le ES de fraiches se prononce?
    Comment on compte quand le E muet est suivi de s pluriel, et que le mot est suivi de voyelle.


    2- Tu melais en riant // nos chevelures blondes


    nos - che - ve-lu-re-blondes

    est ce correcte?
    Merci d'avance
  • Les "e" muets sont toujours prononcés quand ils sont suivis d'un son-consonne (phonème consonantique): réciproquement, ils ne sont pas prononcés quand ils sont suivis d'un son-voyelle (phonème vocalique) ou sont placés en fin de vers.

    Je rappelle que la versification classique s'appuie sur un système de syllabes (et non de pieds, les pieds ça n'a rien à voir). Une syllabe c'est d'abord un phonéme vocalique. Celui-ci peut s'agrandir en absorbant en priorité le ou les phonèmes consonantiques qui le précèdent s'il y en a (exemple: "ça" et "bras" forment une seule syllabe), et dans un second temps, en absorbant le ou les phonèmes consonantiques qui le suivent, à condition que ces derniers ne soient pas eux-même suivis d'un phonème vocalique (exemple: "kant" forme une syllabe, "Quen/tin" en forme deux, le "t" est absorbé par le phonème vocalique "in"). J'ai la flemme d'aller chercher les signes de l'A.P.I, de toute façon ça ne l'aiderait pas à mieux comprendre.

    Puis/, co/mme un/ vent/ d'e/te // con/fond/ les/ frai/che/s ondes
    Un alexandrin parfait de douze syllabe avec une césure à la sixième.

    Tu/ me/lai/s en/ ri/ant // nos/ che/ve/lu/res/ blondes
    Encore un alexandrin parfait.
  • Bonjour, il n'y a là que des vers de douze syllabes, heureusement car Jaccottet est un grand poète de notre temps. attention "poème" se prononce po-è-me. Les "e" ne se prononcent pas s'ils sont suivit d'une autre voyelle, sauf dans certains cas, il te faut aller sur les sites qui parlent des règles de la prosédie...Il faut aussi apprendre à distinguer les différentes poésies, en particulier les "classiques" aux règles très strictes, les "néo-classiques" (le poème que tu étudies) et les "libres".
    Cordialement
  • Bonjour mon probleme est le suivant:

    Je dois faire un poème pour mon cours de francais.
    ce poeme doit être un sonnet et contenir des alexandrin et 14 vers
    Alors jaurais beosin daide pour compter les vers de mon poeme


    Voici le poème en question:

    La vie n’est point facile, embûches et périls
    Semés sur ce sentier où tous sont divisés.
    Je ne puis accepter, d’ainsi continuer
    Je sais que ce chagrin est vraiment des plus vils.


    Mon âme tourmentée, passé comme au présent
    Je me sens ci seul sur cette voie déserté
    Cette solitude, sans toi à mes côtés
    Est une torture à en être souffrant


    Mon cœur croule sous le poids de la détresse
    Je ne puis m’empêché d’éprouvé ma tristesse
    Les rencontres, sur ce chemin, ce font très rares


    L’imprévisible ne peut être contré
    Mais malgré cela nous poursuivrons tôt ou tard
    Notre art le plus précieux, c’est-à-dire notre destinée


    Merci a tous
  • Ton septième vers ne fait qu'onze pieds: si tu retires la virgule après solitude, cela fera douze (problème du "e" muet, même s'il y a la césure à cet endroit, ce serait déjà meilleur, le mieux étant de changer ta phrase). Il y a le même problème dans ton onzième vers, où tu peux retirer la virgule après "rencontres".

    Tes huitième, neuvième et douzième vers ne font qu'onze pieds, et ton dernier vers en fait quinze (tu peux remplacer par "qu'est notre destinée").

    tu peux aussi corriger les (rares!) fautes d'orthographe: "si seul", "voie désertée", "m'empêcher d'éprouver"

    voilà! bon courage, (et bonne nuit),
    gump
  • Bonjour

    Le prof nous a demandé de faire le découpage syllabique de ce poème ainssi que la transcription
    corrigez moi SVP
    MERCI


    Le/Dor/meur/du/val


    C’es/t un/ trou/ de/ ver/dure/ où/ cha/nte/ une/ ri/viè/re/
    Ac/cro/chant /fo/lle/ment /aux h/erbes/ de/s ha/illons/
    D’ar/gent /; où /le /so/leil /de /la /mon/tagne/ fiè/re/,
    Luit /: c’es/t un/ pe/tit/ val/ qui/ mou/sse/ de/ ra/yons/.


    Un /so/ldat/ jeu/ne, /bou/che/ ou/verte/, /tête /nue/,
    Et /la/ nu/que /bai/gnant/ dans/ le/ frais/ cre/sson/ bleu,/
    Dort /; il/ est/ éten/du /dans /l’he/rbe/, sous /la /nue/,
    Pâ/le /dans/ son/ lit/ vert/ où /la /lum/ière/ pleut/.


    Les /pieds /dans/ les /gla/ïeuls, /il /dort/. Sou/riant/ co/mme/
    Sou/ri/rait/ un/ en/fant/ ma/la/de/, il/ fait /un/ so/mme/ :
    Na/ture/, ber/ce-le/ chau/de/ment/ : il/ a /froid.


    Les /par/fums /ne/ font/ pas/ fri/sso/nner/ sa/ na/ri/ne/ ;
    Il /dort/ dans /le /so/leil/ la/ main/ sur/ sa/ poi/trine/
    Tran/qui/lle. Il /a /deux/ trous/ rou/ges/ au /cô/té /droit/.
  • Alors! c'est presque ça.

    Le/Dor/meur/du/val

    C’es/t un/ trou/ de/ ver/dure/ où/ cha/nte/ (là; tu vois bien que tu lis pas cha-nte, donc c'est chan/t'une/ donc: chan/te une/ )une/ ri/viè/re/ ri/vière
    Ac/cro/chant /fo/lle/ment /aux h/erbes/( aux/ her/bes/ le "h" ne fait pas une syllabe à part entière) de/s des ha/illons/
    D’ar/gent /; où /le /so/leil /de /la /mon/tagne/ mon/ta/gne fiè/re/fière
    Luit /: c’es/t un/ pe/tit/ val/ qui/ mou/sse/ de/ ra/yons/.

    Un /so/ldat/ jeu/ne, /bou/che/ bouche ou/verte/ ou/ver/te, /tête /nue/,
    Et /la/ nu/que /bai/gnant/ dans/ le/ frais/ cre/sson/ bleu,/
    Dort /; il/ est/ éten/du /dans /l’he/rbe/, sous /la /nue/,
    Pâ/le /dans/ son/ lit/ vert/ où /la /lum/ière/ (diérèse pour faire12) lu/mi/ère/ pleut/.

    Les /pieds /dans/ les /gla/ïeuls, /il /dort/. Sou/riant/ co/mme/ comme (une syllabe, on compte jamais le /e/ en fin de vers ou devant une voyelle)
    Sou/ri/rait/ un/ en/fant/ ma/la/de/ ma/lade/, (pareil, là devant une voyelle, tu comptes pas le /e/) il/ fait /un/ so/mme/ :
    Na/ture/Na/tu/re/, ber/ce-le ber/ce/-le/ chau/de/ment/ : il/ a /froid.

    Les /par/fums /ne/ font/ pas/ fri/sso/nner/ sa/ na/ri/ne/ na/rine ;
    Il /dort/ dans /le /so/leil/ la/ main/ sur/ sa/ poi/trine/
    Tran/qui/lle. Il /a /deux/ trous/ rou/ges/ (là ça fait qu'une syllabe:rouge; tu lis rouj en fait) au /cô/té /droit/.

    Donner cet exo est pas mal, surtout avec un poète comme Rimbaud qui joue beaucoup sur les rejet et le jeux des alexandrins. Pense bien que tout fait 12 syllabes mais que parfois on peut hésiter et c'est que Rimbaud voulait, jouer sur la métrique.
  • Bonjour Nayade et Opps,

    Je me permets de corriger quelques erreurs de Nayade :
    C’es/t un/ trou/ de/ ver/dure/ où/ cha/nte/ (là; tu vois bien que tu lis pas cha-nte, donc c'est chan/t'une/ donc: chan/te une/ )une/ ri/viè/re/ ri/vière
    Ac/cro/chant /fo/lle/ment /aux h/erbes/( aux/ her/bes/ le "h" ne fait pas une syllabe à part entière) de/s des ha/illons/
    D’ar/gent /; où /le /so/leil /de /la /mon/tagne/ mon/ta/gne fiè/re/fière
    Luit /: c’es/t un/ pe/tit/ val/ qui/ mou/sse/ de/ ra/yons/.

    Un /so/ldat/ jeu/ne, /bou/che/ bouche ou/verte/ ou/ver/te, /tête /nue/,
    Et /la/ nu/que /bai/gnant/ dans/ le/ frais/ cre/sson/ bleu,/
    Dort /; il/ est/ éten/du /dans /l’he/rbe/, sous /la /nue/,
    Pâ/le /dans/ son/ lit/ vert/ où /la /lum/ière/ (diérèse pour faire12) lu/mi/ère/ pleut/. ► (Il n'y a pas besoin de diérèse, c'est : où/la/lu/miè/re/pleut.)

    Les /pieds /dans/ les /gla/ïeuls, /il /dort/. Sou/riant/ co/mme/ comme (une syllabe, on compte jamais le /e/ en fin de vers ou devant une voyelle)(Par contre, il faut une diérèse ici : Sou/ri/ant/comm')
    Sou/ri/rait/ un/ en/fant/ ma/la/de/ ma/lade/, (pareil, là devant une voyelle, tu comptes pas le /e/) il/ fait /un/ so/mme/ :
    Na/ture/Na/tu/re/, ber/ce-le ber/ce/-le/ chau/de/ment/ : il/ a /froid.

    Les /par/fums /ne/ font/ pas/ fri/sso/nner/ sa/ na/ri/ne/ na/rine ;
    Il /dort/ dans /le /so/leil/ la/ main/ sur/ sa/ poi/trine/
    Tran/qui/lle. Il /a /deux/ trous/ rou/ges/ (là ça fait qu'une syllabe:rouge; tu lis rouj en fait) au /cô/té /droit/. (Ici, c'est : rou/ges/(z)au/ cô/té/droit ; le pluriel de « rouges » t'empêche d'élider le -e.)

    Muriel
  • Bonjour.


    Merci Nayade et merci Muriel.
  • Bonjour,

    Il y a quelques règles que je n'ai pas très bien saisies !

    Concernant le e, j'ai trouvé ceci, mais quelle est la différence entre, je cite :

    "L'e ne compte pas suivi des consonnes s, nt :

    Tous les vices ont leur tanière, les exquis 10 Tous les vic'ont...
    Et les hideux, dans ces déserts de pierres blanches... 12 ... de pierres blanch' "

    Et ceci : " Dans le vers, l'e caduc, suivi des consonnes s, nt, compte cependant toujours pour une syllabe, même devant une voyelle ou un h muet "

    Source de ces deux citations : http://jardindenfants.chez.com/versification.htm

    Il n'y a pas d'exemples pour le deuxième. Mais alors, le e, suivi des consonnes s, nt, ça compte ou pas ? :/
    Dans le premier exemple, c'est pour une phrase "hors vers" et dans le deuxième, pour un vers ?

    Comment savoir si l'on doit décompter en diérèse ou synérèse ?

    Diérèse : vi/olon
    Synérèse : /tiens/ et /duel/

    Merci à vous.
  • Bonjour à tous, je fais le découpage syllabique du poème suivant et voudrais savoir si c'est bien
    C'est la version française d'un poème du poète mexicain Pellicer

    Tro/pi/que/pour/quoi/m’as/tu/do/nné
    les/mains/plei/nes/de/cou/leur?
    Tout/ce/que/je/tou/che/rai
    se/rem/pli/ra/de/so/leil.
    Par/le/sa/près/mi/di/sub/tils/d’au/tres/terr(es)
    je/pa/sse/rai/a/vec/mes/bruits/de/ve/rre/tour/ne/sol
    lai/sse/moi/un/seul/ins/tant
    ce/sser/d’ê/tre/cri/et/cou/leur.
    Lai/sse/moi/un/seul/ins/tant
    chan/ger/mon/cœur/de/cli/mat,
    boi/re/la/pé/nom/bre/d’u/ne/cho/se/dé/sert(e)
    m’in/cli/ner/en/si/len/ce/sur/un/loin/tain/bal/con,
    m’en/fon/cer/dans/le/man/teau/aux/plis/fins
    me/dis/per/ser/sur/la/ber/ge/d’u/ne/sua/ve/dé/vo/ti/on,
    ca/re/sser/dou/ce/ment/les/che/ve/lu/res/liss(es)
    et/é/cri/re/d’u/ne/poin/te/fi/ne/mes/mé/di/ta/ti/ons
    Oh/ce/sser/d’ê/treun/seul/ins/tant
    du/so/leil/l’Ai/de/de/Camp!
    Tro/pi/que/pour/quoi/m’as/tu/do/nné
    les/mains/plei/nes/de/cou/leur?

    merci
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Je ne ferais pas de diérèse dans le dernier mot de ces deux lignes.
    La diérèse n'est justifiée que s'il s'agit de vers au mètre bien défini, ce qui n'est pas le cas ici.

    me/dis/per/ser/sur/la/ber/ge/d’u/ne/sua/ve/dé/vo/tion,

    et/é/cri/re/d’u/ne/poin/te/fi/ne/mes/mé/di/ta/tions
  • HumanHuman Membre
    Bonjour à tous,

    J'ai un problème avec deux vers du poème "Melancholia" de Victor Hugo. Tout le monde s'accorde à dire qu'il est en alexandrins, mais :
    "Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer."
    "Rachitisme ! Travail dont le souffle étouffant."

    Je compte sûrement mal les vers, mais, à moins d'occulter totalement la ponctuation, ces vers n'ont que 11 syllabes.
    Si vous pouviez éclairer ma lanterne, ce serait sympa. Merci d'avance.
  • PoloPolo Membre
    "Ils / tra / vail/ lent. / Tou /t est / d'ai /rain, / tou /t est / de / fer." 12
    "Ra / chi / tis / me ! / Tra / vail / dont / le / souf / fle é / touf / fant." 12
  • AmmyAmmy Membre
    Le "llent" de "travaillent" et le "me" de rachitisme" doivent être comptés car ils sont suivis d'une ponctuation forte. En clair, même si ce n'est pas naturel dans le langage courant, il faut compter "ils/tra/va/illent" donc 4 syllabes et non pas 3.
  • HumanHuman Membre
    Merci beaucoup pour vos réponses, mais pouvez-vous m'expliquer ce que vous entendez par "ponctuation forte", en poésie ?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Regarde cette page pour comprendre les règles de l'élision https://www.etudes-litteraires.com/versification.php#syllabes :
    L’élision

    Toute syllabe terminée par un E muet s’élide devant un mot commençant par une voyelle ou un H muet.
    « Non, Madam(e) : il vous aim(e) et je n’en doute plus. » Racine, Andromaque
    « Jamais mensong(e) heureux n’eut un effet si prompt » Racine, Athalie
    En revanche le E muet qui est élidé dans la langue ordinaire doit être prononcé s’il est suivi d’une consonne. Cette pratique donne au vers limpidité, sonorité et équilibre avec la séquence consonne + voyelle + consonne.
    « C’était l’heure tranquill(e) où les lions vont boir(e). » Hugo, La Légende des siècles
    Le E muet ne compte jamais à la fin d’un vers.
    « Et les siècles obscurs devant moi se découvr(ent). » Racine, Athalie
    Le E muet ne compte pas à l’intérieur d’un mot s’il est précédé d’une voyelle.
    Gai(e)té, dévou(e)ment, il pai(e)ra…
    Il faut que ce E soit effectivement la dernière lettre du mot pour pouvoir être élidé. Ainsi dans le vers suivant de Toulet : « En Arles où sont les Aliscans […] », le E d’Arles ne peut être élidé et l’apparent octosyllabe devient faux.

    Il ne s'agit pas de ponctuation forte, mais de savoir si le E muet final est suivi ou non d'une consonne.
  • HumanHuman Membre
    Oui, mais là, il y a un point final et un point d'exclamation. Sans eux, je ne me serais pas posé la question. Je me demandais s'ils n'empêchaient pas justement la liaison de la consonne et de la voyelle, quand ils s'interposaient.
  • PoloPolo Membre
    Je ne vois pas pourquoi il faudrait ici élider le -e de "travaillent" et "rachitisme", les mots suivants commencent par une consonne (contrairement à "souffle étouffant"). La ponctuation ne change rien ; au contraire, elle insisterait plutôt sur la prononciation du -e final.
  • C'est bien ce qu'on dit, travaillent et rachitisme doivent être prononcés, la ponctuation n'y fait rien!
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.