Fiches méthode Bac de français 2020

Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 5

Bonjour !
j'ai un commentaire à faire avec des Axes ( 2 ou 3 ) sur ce passage :
LE BRET
(stupéfait)
Hein? Comment? Serait-il possible?. . .

CYRANO
(avec un rire amer)
Que j'aimasse?. . .
(Changeant de ton et gravement)
J'aime.

LE BRET
Et peut-on savoir? tu ne m'as jamais dit?. . .

CYRANO
Qui j'aime?. . .Réfléchis, voyons. Il m'interdit
Le rêve d'être aime même par une laide,
Ce nez qui d'un quart d'heure en tous lieux me précède;
Alors, moi, j'aime qui?. . .Mais cela va de soi!
J'aime--mais c'est force!--la plus belle qui soit!

LE BRET
La plus belle?. . .

CYRANO
Tout simplement, qui soit au monde!
La plus brillante, la plus fine,
(Avec accablement)
la plus blonde!

LE BRET
Eh! mon Dieu, quelle est donc cette femme?. . .

CYRANO
Un danger
Mortel sans le vouloir, exquis sans y songer,
Un piège de nature, une rose muscade
Dans laquelle l'amour se tient en embuscade!
Qui connaît son sourire a connu le parfait.
Elle fait de la grâce avec rien, elle fait
Tenir tout le divin dans un geste quelconque,
Et tu ne saurais pas, Venus, monter en conque,
Ni toi, Diane, marcher dans les grands bois fleuris,
Comme elle monte en chaise et marche dans Paris!. . .

LE BRET
Sapristi! je comprends. C'est clair!

CYRANO
C'est diaphane.

LE BRET
Magdeleine Robin, ta cousine?

CYRANO
Oui,--Roxane.

Pouvez vous m'aider ? :D

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Vicky,

    Regarde un aveu en forme de devinette, un jeu des portraits, une expression précieuse...
  • Bonjour,

    Je dois faire mon premier commentaire, sur la scène 5 de l'acte I de Cyrano de Bergerac, voici l'extrait :
    LE BRET :
    Mais où te mènera la façon dont tu vis ?
    Quel système est le tien ?

    CYRANO :
    J'errais dans un méandre ;
    J'avais trop de partis, trop compliqués, à prendre ;
    J'ai pris...

    LE BRET :
    Lequel ?

    CYRANO :
    Mais le plus simple, de beaucoup.
    J'ai décidé d'être admirable, en tout, pour tout !

    LE BRET, haussant les épaules :
    Soit !- Mais enfin, à moi, le motif de ta haine
    Pour Montfleury, le vrai, dis-le-moi !

    CYRANO, se levant :
    Ce Silène,
    Si ventru que son doigt n'atteint pas son nombril,
    Pour les femmes encor se croit un doux péril,
    Et leur fait, cependant qu'en jouant il bredouille,
    Des yeux de carpes avec ses gros yeux de grenouilles !...
    Et je le hais depuis qu'il se permit, un soir,
    De poser son regard, sur celle... Oh ! j'ai cru voir
    Glisser sur une fleur une longue limace !

    LE BRET, stupéfait :
    Hein ? Comment ? Serait-il possible ?...

    CYRANO, avec un rire amer :
    Que j'aimasse ?...
    Changement de ton et gravement. J'aime.

    LE BRET :
    Et peut-on savoir ? Tu ne m'a jamais dit ?...

    CYRANO :
    Qui j'aime ?... Réfléchis, voyons. Il m'interdit
    Le rêve d'être aimé même par une laide,
    Ce nez qui d'un quart d'heure en tous lieux me précède ;
    Alors moi, j'aime qui ?... Mais cela va de soit !
    J'aime -mais c'est forcé !- la plus belle qui soit !

    LE BRET :
    La plus belle ?...

    CYRANO :
    Tout simplement, qui soit au monde !
    La plus brillante, la plus fine, Avec accablement La plus blonde !

    LE BRET :
    Eh, mon Dieu, quelle est donc cette femme ?...

    CYRANO :
    Un danger
    Mortel sans le vouloir, exquis sans y songer,
    Un piège de nature, une rose muscade
    Dans laquelle l'amour se tient en embuscade !
    Qui connaît son sourire a connu le parfait.
    Elle fait de la grâce avec rien, elle fait
    Tenir tout le divin dans un geste quelconque,
    Et tu ne saurais pas, Vénus, monter en conque,
    Ni toi, Diane, marcher dans les grands bois fleuris,
    Comme elle monte en chaise et marche dans Paris !...

    LE BRET :
    Sapristi ! Je comprends. C'est clair !

    CYRANO :
    C'est diaphane.

    LE BRET :
    Magdeleine Robin, ta cousine !

    CYRANO :
    Oui, -Roxane.



    Le professeur nous à un peu aidé en nous disant que, pour la problématique, on devait démontrer que cette scène est théâtrale.

    Mais pour le plan, je ne suis pas du tout sûre de moi: je pensais faire une première partie en disant que cette scène est théatrale, car elle produit un effet sur le spectateur, et elle est importante pour le reste de l'oeuvre. Ensuite dans une deuxième partie, je voulais dire que cette scène est aussi intime, et dans une troisième partie qu'il y a un mélange de tragédie et de comédie.

    Pouvez vous me dire si je suis sur la bonne voie, ou si je suis totalement à côté de la plaque?
    Merci!Pouvez vous me répondre, s'il vous plaît? C'est assez urgent, donc..
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.