Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

TheDarkRoseTheDarkRose Membre
4 févr. modifié dans La filière littéraire
Bonjour !
Je voudrais m'inscrire en hypokhâgne, mais j'aimerais tout d'abord me renseigner par tous les étudiants qui ont fait des classes préparatoires. J'aimerais savoir tout ce que vous pouviez me dire à propos de l'hypokhâgne. N'hésitez surtout pas à m'envoyer toutes vos suggestions et vos conseils.


Amicalement,
Ghislaine B.
Mots clés :
«13456734

Réponses

  • Eh bien c'est tte une histoire. J'ai juste fait hypokhâgne, je n'étais pas capable nerveusement d'enchaîner une 2ème année néanmoins la plupart restent en 2ème année (dans ma classe sur 40 nous n'avons été que 4 à partir à la fin de la 1ère année). C'est très enrichissant, on y apprend de vraies méthodes de travail que l'on garde. C'est éprouvant mais très formateur, on s'endurcit et surtout on bosse!! Je ne regrette pas d'y être passée et même si ça a été très dur je recommencerais. Si tu as le niveau pour y entrer, il faut que tu y ailles. Au pire si c'est vraiment terrible, tu peux arrêter en cours d'année mais ça t'apporteras bcp les années suivantes, surtout si tu envisages de passer des concours.
  • Merci Mariem.
    C'est un peu décourageant ce que tu as dit au début de ton message, mais en gros, je crois que je m'y plairai. :)
    J'espère que je vais être acceptée. Croisons les doigts. ;)

    Amicalement,
    Ghislaine The Dark Rose
  • c'est clair hypokhâgne c'est très enrichissant!
    oui, c'est dure moralement et physiquement aussi mais ça vaut le coup!!
    Le plus important pour réussir c'est que tu choisisses bien tes options au début d'hypokhâgne! Y a tu déja réfléchi? si tu as le niveau n'hésite pas même si tu va maudir ta décision durant l'année à la fin tu sera "aux anges" lorsque tu découvrira toutes les choses que tu n'aurais pas appris en allant à la fac! si tu as des questions précises sur hypokhâgne n'hésite pas je répondrai volontier!!! ;)
  • Bonjour, je me permets d'apporter mon grain de sel à la conversation. Si je puis me permettre, je te conseille ardemment de faire une prépa si tu te lances dans des études littéraires. J'ai moi-même fait 3 ans de prépa, et j'en garde des souvenirs formidables, ce sont des années d'épanouissement intellectuel, d'apprentissage de la rigueur, du travail et de ses satisfactions. De plus, c'est un grand atout pour la suite des études, notamment pour le passage du capes et de l'agrégation, car après 2 ou 3 ans de prépa on devient des pros de la préparation de concours! Dernier argument= le niveau de la fac est à pleurer comparé à celui de n'importe quelle prépa!!
  • J'avais un bon niveau mais j'étais dans un lycée au niveau relativement faible, et il est clair que la prépa donne de nouveaux horizons! et tu seras avec des élèves qui ont eux aussi très envie de travailler, qui sont cultivés et t'apporteront beaucoup de savoir (ce qui par ailleurs peut être relativement complexant... mais enrichissant). Les oraux dans toutes les matières sont très formateurs, et je parle au nom de la fille timide que je suis. Du stress, un peu de stress, mais beaucoup d'acquis... Pour tenir, il faut se dire que tu travailles pour toi, et pour tout ce que tu gagnes en prépa. Les premiers mois, j'étais ébahie devant les cours, tellement ils différaient de ceux que j'avais au lycée! (notamment en histoire et en géographie) Les professeurs sont en général très bons et très impliqués dans ta réussite, ils cherchent à te faire réussir quoiqu'il advienne, ils te donnent des conseils pour progresser, etc. Donc ne fais pas attention à tes notes dans un premier temps, si tu veux tenir le coup. Pense à tout ce que tu gagnes au jour le jour. Après la Toussaint, tout sera gagné!
  • bonjour! je suis nouvelle sur ce forum et je suis en khâgne. Je trouve que ce qui a été dit est très juste, mais on oublie l'essentiel: l'ENS. C'est très très dur à avoir. Donc à mon avis si on n'est ni très motivé ni très apte à l'avoir, mieux vaut ne pas aller s'enterrer en prépa. Il faut avoir ses chances et sa motivation dès l'entrée en hypokhâgne (je dis ça parce que ce n'est pas mon profil et que même si j'apprends des choses comme tout le monde le souligne, je prépare quelque chose que je n'aurais jamais, c'est démotivant et parfois même une perte de temps). bonne chance à tous ceux qui prépare l'ENS!
  • Les réjouissances commencent lundi (pour Lyon et Ulm), bon courage tout le monde !

    Ceci dit on ne perd rien à faire une hypokhâgne LSH même sans etre dans une optique ENS, parce que contrairement à Ulm (bouh, les lettres classiques... lol) Lyon change ses programmes tous les ans, donc les hypokhâgneux n'ont pas de programme, puisque de toutes façons quand ils arriveront en khagne le programme de l'année en cours aura changé. Donc ça laisse libre cours aux profs pour faire des cours généralistes de haut niveau sans se spécialiser sur une question au programme ; enrichissement maximum garanti...
  • ade60ade60 Membre
    Eh bien voilà une excellente idée! L'hypokhâgne est une classe très enrichissante. Difficile soit, mais terriblement interressante. Tu apprends un tas de choses en peu de temps, tu te découvres de nouveaux centres d'intérêt chaque jour, c'est génial! Les débuts sont difficiles: un travail monstre qui entraîne manque de sommeil et fatigue. Les prof. tentent parfois de te décourrager mais après le premier concours blanc tout va mieux! En tout cas, même si c'est difficile, je recommencerais l'expérience si c'était à refaire!!
    Pour quels lycées as-tu postulé? Je pourrais te donner d'autres informations si tu poses des questions plus précises.
  • Qu'est-ce que l'hypokhâgne? Je n'habite pas en France, et je n'ai jamais vu le mot. J'ai compris que c'est un prepa de quelque sorte?
  • Bonjour,

    l'hypokhâgne c'est la première année de prépa littéraire, la deuxième s'appelle la khâgne. La prépa littéraire c'est juste après le bac, ce sont des classes qui sélectionnent les meilleurs élèves à l'entrée. Pendant ces deux ans, on prépare le concours de L'Ecole Normale Supérieure, une école prestigieuse, ce concours est extrémement difficile: seulement 10 % des étudiants qui le présentent sont pris...

    La prépa, c'est deux ans de travail acharné et pas mal de stress mais ça vaut le coup vu qu'on a les meilleurs profs possibles dans toutes les matières (Lettres, philo, Histoire, géographie, LV1, parfois Latin, LV2, grec ou art), et qu'on peut aller à la fac en obtenant une équivalence à la fin des 2 années (ou de la 1ere si on passe pas en 2e).
  • ade60ade60 Membre
    L'hypokhâgne est la première année de classe préparatoire littéraire, la classe de lettres supérieures. On y prépare l'E.N.S. (Ecole Nationale Supérieure qui prépare les futurs professeurs agrégés d'université ou de prépa en général). On étudie donc littérature, histoire, philosophie, géographie, une première langue vivante et des options: une deuxième langue, du latin, du grec, de la géographie, du théâtre... ou même la préparation aux instituts de d'enseignement politique (sciences po.).
    L'hypokhâgne est suivie de la khâgne qui elle est divisée en deux branches: Ulm (il faut étudier latin et grec et dans les autres matières il n'y a pas de programme: c'est donc très dur!) et l'E.N.S. de Lyon (également très difficile mais où il y a des programme).
    Cependant même si l'objectif premier des khâgnes est l'E.N.S., on peut très bien vivre sans intégrer... Il n'y a que 30 admis par an environ donc la plupart des étudiants vont ensuite à l'université et préparent entre autre les concours de l'enseignement: CAPES et agrégation.
    Voilà, j'espère que tu sais maintenant ce qu'est l'hypokhâgne...
  • Et bien sûr les étudiants en Fac sont tous nuls à chier, et il n'y a qu'en prépa qu'on peut avoir une culture très solide ...
  • L'université n'est pas "nul à chier" comme j'ai pu le lire précédemment. Pour avoir justement oscillé entre les deux systèmes d'enseignement, la prépa a pour objectif de préparer aux grandes écoles notamment l'ENS. Ce qui n'est pas le but premier de l'université. D'autre part, la culture est un monde ouvert à tous, et dire j'ai "fait une prépa" ou "j'ai été à l'université" ne présage en rien sur le niveau culturel d'un individu. La culture n'admet ni une élite, ni quoi que ce soit d'autre. Elle est une matière brute et seulement un domaine de connaissances pour tous. Je ne veux bien sûr en aucun discréditer l'un des deux systèmes que je considère comme essentiels puisqu'ils apportent un savoir pour le devenir d'un être. Cependant, nous ne trompons guère d'orientation. APPRENDRE, SE CULTIVER, S ENRICHIR PEUT SE FAIRE SANS PREPA ET SANS FAC. CES DEUX INSTUTS CULTURELS NE SONT QUE DES OUTILS DES TREMPLINS DES PASSERELLES DES MOYENS A L ACCES CULTUREL.

    ENTREPRENDRE UNE PREPA EST UN INVESTISSEMENT EXCELLENT POUR LA MAITRISE DE LA RIGUEUR
    ENTREPRENDRE UNE VIE UNIVERSITAIRE EST UN INVESTISSEMENT EXCELLENT POUR LA RECHERCHE.

    Deux domaines différents mais qui s'entrecroisent...

    Alors, ne soyons pas khâgneux si j'ose dire, et aimons la littérature et les lettres pour ce qu'elles sont et non en vue d'un inscription dorée sur le blason! AIMER APPRENDRE, n'est-ce pas le plus important? Que les uns aiment apprendre en prépa ou que les autres aiment apprendre dans un système universitaire, peu importe du moment que la volonté de puissance est orientée vers l'amour du savoir.
  • Voilà un message emprunt de sagesse.

    Si la prépa oublie d'apprendre une chose, c'est la modestie.

    Je ne suis pas sûr que les profs ayant fait prépa soient les meilleurs pédagogues ... en tout cas ceux que j'ai connu ne l'étaient pas !
  • ade60ade60 Membre
    Je ne suis pas sûr que les profs ayant fait prépa soient les meilleurs pédagogues ... en tout cas ceux que j'ai connu ne l'étaient pas !
    Eh bien là tu as raison!Terriblement présomptueux!! Mais je crois que pour ça les profs de fac ne sont pas mieux! Dans le genre "Je vous conseille de lire le meilleur ouvrage sur le sujet que nous étudions, le mien", ils sont imbattables...!

    Pour en revenir à la remarque précédente sur la différence fac/ prépa à laquelle benjamin a remarquablement répondu, je dirais que la seule différence fondamentale entre les deux systèmes est qu'en prépa on a facilement accès à la pluridisciplinarité alors qu'à la fac, combiner plusieurs emplois du temps, de disciplines que nous voulons étudier, s'avère parfois bien difficile! Mais de toute façon, quand on est passionné par quelque chose, avec ou sans cours, on peut très bien se forger une culture!!!
  • Il y a une autre différence pour l'Etat c'est à dire tout le monde : coût d'un étudiant en fac environ 7200 euros par an, en prépa 13 500 euros à comparer avec le coût d'un lycéen environ 10 000 euros. Et les prépas ne sont pas remplies à leur maximum, parait-il.
  • Bonjour, je suis en 1ère L et je voudrais m'inscrire en hypokhâgne. Pourriez-vous me dire quels sont les critères de sélection ? J'ai des notes honorables en Français, en anglais et Histoire des Arts mais j'ai peur de me planter au bac de Français et que ça m'empêche d'être prise en hypokhâgne. J'ai aussi une autre question, est-ce que les absences sont réellement prises en compte ? Merci beaucoup!
  • ade60ade60 Membre
    J'ai eu 12 à l'écrit de français et 10 à l'oral et j'ai eu mon bac avec mension TB... Et puis pour entrer en hypokhâgne ce sont surtout les bulletins qui importent! Les notes obtenues en première et terminale ainsi que les appréciations des professeurs: la participation orale, l'intérêt porté à leur cours, l'attitude générale etc etc. Alors si tu es bonne élève ne t'en fais pas, tu pourras être prise, et ce même si le bac français n'est pas à la hauteur de ton travail habituel.
  • linecolineco Membre
    bonjour !!

    Je suis en terminal S, et j'aimerais beaucoup faire un IEP. C'est pourquoi je pense sérieusement à Hypokhâgne, avant de tenter le concours directement après le bac. Mais mes notes en scientifique ne sont pas très élevés...Cependant, elles sont bonnes en histoire, langues, français... Puis je espérer être acceptée ? Sur quelles notes se basent ils ? Les remarques, en scientifique pour moi, sont elles importantes ?

    Merci pour vos réponses...
  • Coucou,

    Moi je suis en hypokhâgne actuellement, et je dois dire que je suis très déçue. Les cours ne sont pas aussi passionnants qu'on le prétend : les profs sont très bons, certes, mais ils sont avant tous des chercheurs, pas des pédagogues. Il y a un décalage énorme entre nous, les élèves, et les profs qui ont l'air de s'ennuyer en nous faisant cours. Sinon, dans mon lycée, les gens sont plutôt agréables, et comme on ne vise pas tous l'ENS, il n'y a pas du tout d'ambiance de compétition etc, mais au contraire beaucoup d'entraide. Sinon, pour avoir mon équivalence, je dois aussi suivre deux-trois cours à la Fac. Du coup, j'ai un aperçu des deux, et je dois dire que les professeurs sont beaucoup plus intéressants en Fac...
    Voilà voilà. Après, forcément, c'est pas comme cela dans toutes les prépas, mais ici c'est un peu comme ça :)

    Si jamais tu as d'autres questions, n'hésite pas ! :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.