Grammaire française Participe passé

Bonjour,
dans mon livre de grammaire, il est dit que l'omission de l'article se fait devant certaines expressions verbales suivies d'un nom pris dans le sens général. L'auteur donne quelques exemples:
J'ai besoin d'argent
Il a envie de café
En avez-vous d'autres SVP?
Merci
Mots clés :
«1345

Réponses

  • Si tu veux, je te donnerai ce soir tous les cas d'omission de l'article (si Jehan ne le fait pas avant moi!)
  • Je le veux bien, bien sûr
    Jehan peut m'aider aussi
    Très aimables tous les deux
  • Bon, allons-y!
    Je n'envisage ici que l'omission de l'article avec les noms communs.

    1° Le nom apposé est souvent construit sans article :
    Tubalcaïn, père des forgerons (Hugo).
    * L'article reste possible :
    Chio, l'île des vins (Hugo).
    Joséphine, une vieille fille farouche et dévote (de Beauvoir).

    2° Le nom attribut est souvent construit sans article quand il concerne des personnes et qu'il exprime simplement une qualité.
    Son fils est avocat.
    * On met l'article indéfini :
    + quand le nom attribut a une épithète ou un autre complément :
    Pierre était un Français d'Algérie.
    Exceptions : être partie-prenante, et quand l'épithète précède : Etre beau joueur.
    + pour éviter la confusion avec l'adjectif :
    Cet homme confond être artiste et être un artiste(Benda).
    Avec c'est, l'article indéfini est de règle :
    C'est un bon élève.

    3° L'article est absent d'ordinaire devant le nom en apostrophe :
    Bonsoir, fils (Simenon).
    Il apparaît dans la langue familière et derrière monsieur ou madame, etc...
    Salut, l'homme (Clavel). Monsieur le directeur.

    4° L'article est absent d'ordinaire devant les noms servant de complément de caractérisation et de destination.
    Une table de marbre. Une assiette à soupe.
    Exception : boîte aux lettres. Mais on trouve couramment boîte à lettres.

    5° L'article est aussi omis
    a) devant les noms de mois.
    Exception : un décembre pluvieux.
    b) devant les noms des jours de la semaine, si on se situe par rapport au moment de la parole.
    Venez mardi prochain.
    Si le repère est différent, ou que le fait est répété, on met l'article.
    Le mardi précédent. KLe dimanche, j'aime me promener.
    L'article indéfini est utilisé pour un jour quelconque.
    Il arriva un dimanche.
    c) devant midi ou minuit.
    Exception : on met l'article si ces mots sont accompagnés d'une épithète ou d'un complément :
    L'autre midi, on s'informait (Farrère).
    On trouve aussi l'article dans des expressions comme : le matin, le midi et le soir.
    d) devant Pâques (fête crétienne, car on parle de la Pâque juive...), facultativement devant Noël :
    A l'approche de Pâques, de Noël ou de la Noël.
    e) devant le nom des heures canoniales si le nom est employé au singulier :
    On dit Mâtines en pleine nuit, mais Les mâtines précèdent les laudes.

    6° L'article manque ordinairement devant les noms qui se désignent eux-mêmes :
    Amour est parfois féminin (= le mot amour).

    7° L'article est assez souvent absent dans les énumérations :
    adieu vache, cochon, couvée (La Fontaine).

    8° Enfin, l'article est absent dans un grand nombre d'expressions :
    Avoir faim, avoir peur, avoir à coeur etc, mais : avoir une faim de loup (le nom est expansé).
    Il y a doute, mais on peut dire : il y a un doute.
    Mettre à jour son agenda, mais mettre au jour des ossements.
    Deux fois par semaine, mais deux fois la semaine.
    Noblesse oblige. A bon chat, bon rat. (sentences, proverbes...)

    (Tiré du Bon usage, de J. Grévisse).
  • Merci beaucoup Jacques d'avoir pris la peine de répondre et de bien expliquer l'omission de l'article.
    J'aimerais savoir s'il y a des expressions verbales après lesquelles l'omission est nécessaire comme: avoir envie de, avoir besoin de
    Par exemple faire partie de, faut-il omettre l'article?
    Merci
  • JehanJehan Modérateur
    Que veux tu dire ?
    Parles-tu seulement d'autres locutions verbales suivies d'un complément introduit par "de" ?
    Et parles-tu de l'omission de l'article avant le nom qui suit le verbe , ou dans le complément introduit par "de" ?
    Si le sens du complément est général, abstrait ou partitif, l'article suivant le "de" s'omet souvent.

    Quant à la question générale de l'omission de l'article...

    Tu trouveras de nombreuses explications détaillées dans la grammaire Riegel que tu viens d'acquérir (du bas de la p.163 à la p.167). Y figurent bien sûr les cas indiqués par Jacques, et aussi d'autres précisions intéressantes supplémentaires.
  • Merci à tous ceux qui ont pris la peine de répondre.
    En fait, ce que je cherche c'est bel et bien les locutions verbales les plus usuelles suivies de la préposition de.
    J'ai une autre question concernant le même sujet.

    Il faut mettre l'article quand le nom est spécifique.
    Exemple: J'ai besoin d'argent
    J'ai besoin de l'argent qui est dans la tirelire
    Dans la première phrase, le nom n'est pas spécifié, alors que dans la deuxième il l'est. (Corrigez-moi la ponctuation de cette phrase SVP).
    On dit: Un livre de grammaire. On a omis l'article devant grammaire parce que ce dernier n'est pas spécifié.
    Mais, est-ce que je dois dire: Un livre de la grammaire française. Devrait-on garder l'article devant grammaire puisque ce nom est maintenant spécifié par l'adjecti française.
    j'essaye de raisonner, mais je ne sais pas si ça marche ou non :/
    Je vous remercie d'avance mes chers profs
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Dany,

    L'adjectif qualificatif est ici descriptif et non déterminatif.
    Il faut dire un livre de grammaire française.
  • Je m'aperçois que j'ai oublié de recopier tout un développement au paragraphe 4° de ma mise au point sur l'omission de l'article! Complète avec ce qu'a dit Jean-Luc.
    Ne te décourage dans l'apprentissage du français; c'est une langue polie par des siècles d'usage (or les usages sont parfois variables), et qui renferme des subtilités dont il importe de s'imprégner graduellement en lisant, en écoutant des émissions de qualité (malheureusement, nombre de francophones font parfois des fautes grossières), et en s'entraînant à écrire. La qualité de ton français est très bonne du reste, et je suis sûr que l'expression : *un livre de la grammaire française te paraissait agrammaticale sans qu'il fût besoin de "raisonner"!
    Ta phrase est correctement ponctuée; simplement, il est plus logique de mettre une virgule après "deuxième".
    En matière de ponctuation, les habitudes peuvent varier du tout au tout d'un écrivain à l'autre...
  • Je vous remercie beaucoup pour votre encouragement. Je dois travailler davantage pour maitriser votre belle langue , tout en espérant de la parler correctement UN JOUR.
    Merci
  • JehanJehan Modérateur
    À propos de verbes se construisant avec de...
    Je saute sur l'occasion ! :)
    Tu as écrit :
    "tout en espérant de la parler..."

    En français, le verbe espérer se construit plus couramment sans la préposition de :
    "tout en espérant la parler correctement un jour"

    Le de que tu as intercalé n'est cependant pas une faute.
    C'est plutôt une construction littéraire un peu archaïque.
  • Oh la la . Je suis devenu un homme de Lettres sans le savoir. Donc, le français est plus facile que je ne le pensais
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, c'est une façon positive de voir les choses ! ;)
  • Excusez-moi si je vous tracasse la tête avec des questions qui semblent parfois banales.
    Je suis allé au supermarché faire mon épicerie. Il y avait plusieurs comptoirs. Il y avait un comptoir des fromages, un comptoir des viandes...
    En lisant ces panneaux,l'explication de jacques m'est venue à l'esprit: pourquoi l'article n'a pa été omis dans des fromages et des viandes. Le comptoir est destiné pour exposer des viandes et des fromages!
    Pourquoi on n'a pas dit: comptoir de viandes?

    Encore, dans une station de métro: guichet de vente des billets? Vente est le complément déterminatif de guichet, donc pas d'article. Billet est le complément déterminatif de vente, pourtant l'article est maintenu dans ce cas!!!
    Je suis perduuuuuuuuuuuu :/ Me voilà encore une fois plus tourmenté que jamais avec cette omission d'article
    Donc, j'avais trouvé cette phrase:
    Guichet de vente des biellets
    Comptoir de vente de friandises
    Il y a quelque chose qui me rend fou parfois. Où réside mon problème? Est-ce moi le problème ou c'est le français?
    Pourquoi dans un seul endroit on trouve: vente des billets, puis vente de friandiases?
    Au secours mes profs chevronnés...
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Dans "comptoir des fromages" ou "comptoir des viandes", on a utilisé l'article défini contracté des (= de les) parce qu'il ne s"agit pas de n'importe quels fromages ou de n'importe quelles viandes.
    Ce sont les fromages et les viandes du supermarché.

    Même chose pour "guichet de vente des (= de les) billets"
    Ce ne sont pas n'importe quels billets. Ce sont les billets bien précis connus des usagers du métro. Le complément "de vente", lui, concerne une action, et il a un sens beaucoup plus abstrait et général.

    Au "guichet de vente de friandises" : friandises variées, non précisément définies.
  • Chers profs, bonjour

    J'aimerais bien connaître la différence entre ces couples de phrases s'il y en a une.

    Il parle le français VS Il parle français. / Il parle bien le français VS Il parle bien français.
    Il parle l'arabe VS Il parle arabe. /Il parle bien l'arabe VS Il parle bien arabe.
    et ainsi de suite avec toutes les langues je suppose.

    Y aurait-il d'autres cas où cette nuance s'applique ?

    Merci et bonne journée.
    Héla
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.