C'est dans le titre. ;) Dévoilez aussi vos impressions à chaud, ça donnera des conseils aux autres internautes :)

Je viens de terminer "Bel-Ami" de Maupassant : un petit chef-d'oeuvre sur la IIIe République et les aléas journalistiques qui annonce à certains égards le mouvement décadent. Bel-Ami ou l'arrivisme triomphant. Malgré ça, ce n'est pas le style que j'aime le plus : je préfère un style plus flamboyant, plus enlevé... Question de goût. Au-delà de ça, un document essentiel.
«134567381

Réponses

  • Bonsoir,
    Je suis à la fin du magnifique roman de Claude Chatron-Colliet : "La garon " aux éditions Thélès. Je suis émue par ce récit semi-autobiographique qui se situe dans les années soixante. C'est beau, Dieu comme c'est beau ! Je vous le recommande sincèrement.
  • Bonsoir,
    Je peine à terminer les Lettres choisies de Mme de Sévigné. J'aime le rapport intense et difficile entre la mère et la fille mais il n'y a pas assez de rebondissement.
    Bonne lecture!

    Oummi
  • Ah oui, j'oubliais ! Il y a quelques jours, j'ai terminé "A Rebours" et je compte continuer dans Huysmans pour mieux comprendre encore l'univers et les étapes de cet écrivain. "A Rebours" mérite une approche attentive du lecteur ; des mots sont élaborés et nécessitent souvent de regarder dans le dictionnaire sans quoi on ne comprend pas exactement l'esprit des envolées de l'écrivain - contenues cependant - qui réussit tout de même à dresser un portrait assez inquiétant de la décadence d'un individu, ici des Esseintes, en nous proposant une lecture nouvelle de l'art, des parfums en passant par les fleurs, puis des livres anciens etc. Des passages forts tout de même comme la description des tableaux - bien choisis - de Moreau, Redon... et des éloges que j'ai adorés ! sur Poe et sur Villiers de l'Isle-Adam. Curieusement, ce héros est à mettre à côté - pour faire une comparaison fantaisiste - d'Alex Le Large d'"Orange Mecanique", Dorian Gray, Patrick Bateman d'Ellis pour ne citer qu'eux.
    L'homme face à la solitude est assez glaçant et ce livre en est la démonstration parfaite : c'est un oeil arrêté. Je compte donc continuer "Là-Bas" du même auteur, qui, à en survoler les premières lignes, me paraît plus puissant, plus racé. A suivre.
  • je viens de finir la Peste d'Albert Camus, l'un des agréables romans :
    il parle de la peste qui a attaqué Oran la ville algérienne
  • J'ai lu Bel-ami, il ya un petit moment, et j'ai vraiment adoré !
    Le héros (George, je crois) est vraiment odieux !!! Enfin bon... Ce roman est génial !

    En ce moment je lis Les Liaisons dangereuses de Laclos... Intrigue : superbe, on s'attache très vite à l'histoire et on veut sans arrêt connaître la suite ! J'aime vraiment le livre, bien que les histoires d'amour ne soient pas trop ma tasse de thé...
  • J'aimerais avancer quelque chose d'un peu présomptueux mais je me lance : je pense comment reconnaître les bons écrivains des mauvais ; les bons écrivains peuvent se lire à voix haute. A prendre ou à laisser
  • Oui ! le "gueuloir" de Flaubert à Croisset où il gueulait ses textes jusqu'à être satisfait...
    La lecture à voix haute agréable et pas fatigante est en effet le garant de la fluidité et du naturel du phrasé (j'emploie à dessein ce terme qui fait penser à la musicalité)
    Pour moi dès que je bute sur un petit détail (introduction artificielle d'une précision sur le lieu ou le temps, ou d'un nouveau personnage) le livre perd son charme ; je "sors" du livre ... dans lequel l'auteur devrait m'enchanter.
  • Personnellement je suis en train de lire moyen-âge et renaissance d'Eugenio Garin, c'est une étude comparatiste sur l'époque du Moyen-êge et de la renaissance, je dois en faire un compte-rendu donc je vous en ferais très certainement part (ne serait-ce que pour qu'on me dise si c'est compréhensible, j'écris d'une manière tellement abominable que parfois à ce qu'il paraît c'est hard... )

    Pour l'instant je le trouve pas mal, il aide à mieux comprendre la place de la poésir, la philosophie et la théologie à l'époque et même si il est parfois un peu abscon ça va j'ai connu plus indigeste...
  • Des dissert's, des DM, des dissert's, des DST, des DM, des corrigés de dissert's, des DST,...

    Et encore, j'en oublie. :(
  • je viens de terminer "on est plus beau en lumière jaune" de Bertrand Daudey,
    Enrichissant, un brin décalé, du bonheur... à lire absolument ! Les pensées à la fois romantiques et corrosives de l'auteur donnent le ton à ce beau roman, subtil, qui se lit d'une traite. Un livre qu'on ne referme pas en pensant à autre chose, tout ce que j'aime ! Pour l'histoire, je vous laisse découvrir, allez-y les yeux fermés, puisqu'il s'agit de tranches de vie, on s'y retrouve, on découvre... bonne lecture !
  • webmestrewebmestre Administrateur
    gunnmaiden a écrit:
    je viens de terminer "on est plus beau en lumière jaune" de Bertrand Daudey,
    Enrichissant, un brin décalé, du bonheur... à lire absolument ! Les pensées à la fois romantiques et corrosives de l'auteur donnent le ton à ce beau roman, subtil, qui se lit d'une traite. Un livre qu'on ne referme pas en pensant à autre chose, tout ce que j'aime ! Pour l'histoire, je vous laisse découvrir, allez-y les yeux fermés, puisqu'il s'agit de tranches de vie, on s'y retrouve, on découvre... bonne lecture !
    Paroles d'auteur ?
  • Bon eh bien je viens de finir de relire Les fleurs du mal et là je suis dans ma période gros livres difficiles : en plein dans L'anti-Oedipe de Deleuze et Guattari (essai/manifeste de psychiatrie matérialiste développée à partir d'une critique de la psychanalyse freudienne), Métapsychologie de Freud, et La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale de Husserl. J'ai mes livres de poésie pour se relâcher un peu les méninges entre chaque morceau.
  • En ce moment, le Traité théologico-politique de Spinoza, et bientôt, le Discours de métaphysique et la Monadologie de Leibniz :)
  • Ah oui, c'est du trèsb bon ça :)
  • leibniz usait paraît-il (je ne l'ai pas lu) d'un discours optimiste que dénigrait Voltaire apparemment dans son Candide. Or, je ne saisis pas vraiment la portée du conte philosophique de ce théologien de la fourberie, surtout si on tente de la comparer avec ses lettres anglaises - plus essai épistolaire que véritable étude philosophique à mon goût. Dans sa dernière lettre, il critique le pessimisme métaphysique de Pascal comme il critiquerait le discours optimiste soi-disant naif de Leibniz dans son Candide. Alors, je me pose la question sans vouloir être insolent : Voltaire, sophiste ?
  • J'ai achevé la lecture du Portrait de Dorian Gray de O. Wilde.

    Je viens de (re)commencer La vie devant soi d'Émil Ajar.

    Parallèlement et à faible fréquence qq passages de Kundera: L'insoutenable légèreté de l'être, et L'art du roman.
  • En étant à la moitié de "Là-bas" de Huysmans, je pense ne pas paraître odieux si j'avance avec précaution que si Baudelaire eût écrit des romans, ils eurent été ceux de Joris Karl Huysmans.
  • Baudelaire était Baudelaire ; peut-être que ses romans auraient ressemblé à ceux de Huysmans ; mais ils n'auraient jamais été les mêmes.
  • J'en ai touché une ! :D Promis, je ne le fais plus !
  • Merci pour cette remarque ça donne envie de lire Huysmans. J'aime beaucoup Baudelaire.
    Jérémy a écrit:
    En étant à la moitié de "Là-bas" de Huysmans, je pense ne pas paraître odieux si j'avance avec précaution que si Baudelaire eût écrit des romans, ils eurent été ceux de Joris Karl Huysmans.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.