Grammaire française Participe passé

245

Réponses

  • KodanKodan Membre
    L'auteur d'un livre d'annales de préparation à un concours - dont je tairai le nom - affirme que l'on doit écrire :
    Délaissés par leurs enfants, ces vieilles gens végètent en maison de retraite.
    J'aurais pour ma part accordé le participe passé avec gens, qui reste me semble-t-il féminin, puisque ce nom change de genre lorsqu'il est précédé d'un adjectif non épicène (avec une forme propre pour le féminin, ici vieilles).
    J'aurais donc écrit Délaissées par leurs enfants, ces vieilles gens végètent en maison de retraite.
    Qui de nous deux a raison ?
  • j'aurai écrit comme toi.
  • KodanKodan Membre
    Désolé, mais je ne peux pas vraiment avoir confiance en ta réponse puisque tu écris j'aurai écrit comme toi au lieu de j'aurais écrit comme toi... Sans rancune !
  • désolée de taper trop vite sans me relire. :(
  • JehanJehan Modérateur
    Je profite aussi de l'occasion pour te demander de penser à mettre des majuscules au début des phrases (ce que tu ne fais jamais).
    Merci d'avance ! :)
  • Bien chef! Mais il se trouve que des fois cela m'échappe et il me semble que c'est humain... surtout si l'on se dépêche
  • Ben, dis donc, PEtitE POmMe, c'est ta fête aujourd'hui!
  • Je vois que tu le prends comme moi!
  • Bonjour Kodan,

    J'ai ajouté un lien dans votre message initial. J'en cite un extrait, d'Edy, message 10 page 1, (gras de moi) :
    Edy a écrit :

    [...]
    Gens, nom pluriel,… est ordinairement du MASCULIN.

    CEPENDANT, s’il est PRECEDE IMMEDIATEMENT
    d’une épithète OU d’un déterminant
    ayant une terminaison DIFFERENTE pour chaque genre,
    on met au féminin cette épithète ET ce déterminant
    AINSI QUE toute épithète ATTACHEE
    OU tout déterminant ou pronom (x) placés avant gens et faisant partie du même syntagme.

    (x) Je ne vois pas d'exemple avec un pronom. Et je n'en trouve pas.

    Mais on laisse au masculin tous les autres mots dont gens commande l’accord :
    - épithètes DETACHEES,
    - pronoms redondants,
    - adjectifs, participe et pronoms placés APRES gens.

    * Quoique déchus de leurs honneurs et de leur fortune, ces gens paraissent heureux. (Académie)
    * Quels sont ces gens ? (Romains)
    * Quels que soient ces gens-là, il faut les secourir.
    * Tous les gens âgés que j’ai connus.
    * Ignorants et ravis, ces pauvres gens avaient repeint leurs isbas. (Weiss)
    * Si j’avais eu devant moi un de ces jeunes gens. (Montherlant)

    * Quelles honnêtes et bonnes gens !
    * Quels bons et honnêtes gens !
    * Ce sont les meilleures gens que j’ai(e) connus.
    * Quelles que soient ces vieilles gens, secourons-les.
    * Toutes les vieilles gens. (Académie)
    * Il s’accommode de toutes gens. (Académie)
    * L’assemblée unique de toutes les petites gens qu’il avait célébrés. (Bordeaux)
    * J’écris pour ces petites gens d’entre lesquels je suis sorti. (Duhamel)
    * C’étaient deux vieilles gens très fins. (Tharaud)
    * Mes amis étaient de vieilles bonnes gens pleins de saveur antique et fruste. (Henriot)
    * Instruits par l’expérience, les vieilles gens sont soupçonneux. (Académie)
    * Qu’est-ce qu’ils diraient toutes ces bonnes gens de ne pas me voir revenir ? (Proust)
    [...]

    Muriel
  • KodanKodan Membre
    Mais non, ne le prends pas mal petite pomme, on trouve tout et n'importe quoi dans un forum, aussi sérieux et bien fréquenté soit-il. Je suis obligé de discriminer les réponses de façon pragmatique. Et à part ça, personne pour répondre à ma question ? C'est embêtant, d'autant plus que j'en ai une autre : le même auteur affirme qu'il faut écrire Il faudrait que nous coupassions du pain, en arguant de la concordance des temps ; mais justement, j'aurais plutôt tendance à écrire Il eut fallu que nous coupassions du pain, mais Il faudrait que nous coupions du pain...
    A l'aide quelqu'un !! Merci beaucoup Muriel !!! Cela me paraît clair désormais. Et pour l'autre ? Enfin, à peu près, sachant que tu as écrit qu'on laisse au masculin les participes placés après gens. Quoique le dernier exemple de Proust me semblerait pouvoir s'adapter à la phrase pour laquelle je m'interrogeais...
  • Je n'ai pas répondu à propos de gens à cause du renvoi signalé!
    Bien sûr, il faut dire : Il faudrait que nous coupions du pain; c'est une faute fréquente chez ceux qui se piquent d'employer l'imparfait du subjonctif. En revanche, en français soutenu, il faut dire : Il aurait fallu (ou il eût fallu) que nous coupassions du vin.
  • La seconde question doit être posée dans une discussion dédiée, par exemple celle-ci :
    » Concordance des temps - Subjonctif présent / subjonctif imparfait

    Merci d'avance.
  • KodanKodan Membre
    Merci, Jacques, pour ta clairvoyance, et pardon pour ma faute sur il eût fallu. Désolé Muriel, je ne suis pas encore un habitué de ce forum : j'essaierai de faire plus attention à l'avenir !!
  • On peut malgré tout trouver, dans une langue très soutenue, l'imparfait du subjonctif derrière un verbe au présent si le fait exprimé est hypothétique. Ex : "Il n' y a rien que je ne fisse pour vous obliger" (Musset, cité dans Le bon usage). Mais dans l'exemple que tu citais, c'est le présent qui est le plus indiqué vu la faible valeur hypothétique du conditionnel Il faudrait, simple atténuation de Il faut...
  • KodanKodan Membre
    C'est également comme cela que je l'entendais. Je savais pouvoir compter sur ton expertise pour me le confirmer Monsieur le professeur.
  • Kodan a écrit:
    [...] Merci beaucoup Muriel !!! Cela me paraît clair désormais. Et pour l'autre ? Enfin, à peu près, sachant que tu as écrit qu'on laisse au masculin les participes placés après gens. Quoique le dernier exemple de Proust me semblerait pouvoir s'adapter à la phrase pour laquelle je m'interrogeais...
    Voici une règle, tirée de Jean Girodet, Pièges et difficultés de la langue française :
    [...]
    4. L'adjectif ou le participe précède gens, mais n'est pas épithète. Il se met au masculin:" Compris par un homme de cœur, ces pauvres gens auraient eu une attitude moins agressive." "Heureux les gens qui savent se contenter de peu!"
    [...]
    https://web.archive.org/web/*/http://www86.homepage.villanova.edu/seth.whidden/gens.html

    Et une autre, extraite du Français correct, Grevisse, 5e édition, article 516 :
    [...]
    La règle ne s'applique pas aux adjectifs qui ne précèdent gens que par inversion ; ceux-ci restent au masculin : INSTRUITS par l'expérience, les VIEILLES gens sont SOUPÇONNEUX (Ac.).
    [...]

    Muriel
  • KodanKodan Membre
    La voilà la réponse précise !! Merci Muriel et merci Grevisse (RIP) !!
  • Je comprends mieux maintenant pourquoi les résultats du quiz m'ont paru insensés ! Parce que les accords étaient tout bonnement bizarres, pour reprendre le mot d'Edy. La réforme de l'orthographe aurait dû s'attaquer à ça au lieu de la plupart des exceptions qui conservaient un sens et une dynamique.
  • "Ce sont les meilleures gens que j'aie connus" est un exemple utilisé dans le Petit Grevisse (Partie 3, Chap.1, Le nom ; p.93 dans l'édition 2009) pour illustrer l'une des règles concernant le nom "gens".

    Le subjonctif est-il justifié ?
    Comment expliquer la terminaison de "connus" relativement à "meilleures" ?

    Merci à vous.
  • JehanJehan Modérateur
    Un adjectif ou un participe qui suit le nom "gens" s'accorde au masculin.

    Le subjonctif est le mode le plus fréquent dans ce type de subordonnée.
    L'antécédent est sélectionné par un superlatif (ou par un équivalent) au sein d'un ensemble.
    Comme l'écrit Riegel, le subjonctif met l'accent sur le jeu des possibles et la sélection ou la restriction qui s'opère.

    C'est le meilleur (le plus grand, le seul, le dernier, le premier...) que j'aie connu.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.