Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

Bonjour ! J'ai un commentaire organisé a rédiger pour dans 10 jours sur L'Enfant de Victor Hugo. Je m'y mets maintenant car je n'en ai encore jamais fait jusqu'à présent.
J'ai déjà mené mes recherches et relevé des figures de style (répétitions, allégories,...), ainsi que les vers dont la césure est très spéciale (si je ne me suis pas trompée, il s'agit de 7/5 lorsqu'il s'agit d'alexandrins) parlé du mouvement littéraire, du contexte politique, et ait associé le poème à un tableau de Delacroix, ces 2 oeuvres appartenant au courant romantique. Je pense avoir trouvé mes parties du commentaires, relatives au 2 thèmes, selon moi très flagrants, du poème (beauté et destruction).
Je n'ai pas encore rédigé l'introduction mais je connais déjà la méthode. Il en va de même pour la conclusion. Mais je ne suis absolument pas sure en ce qui concerne mon plan et j'aimerais savoir si quelqu'un a une proposition différente a me faire...
Le voici :

1. La beauté de l'île et de l'enfant
2. L'horreur du massacre
3. Contraste créé

Et voici le poème (le dernier vers est fantastique je trouve !! Enfin c'est mon avis )
L'enfant
Ô horror ! horror ! horror !",
W. Shakespeare, Macbeth

Les Turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.
Chio, l'île des vins, n'est plus qu'un sombre écueil,
Chio, qu'ombrageaient les charmilles,
Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois,
Ses coteaux, ses palais, et le soir quelquefois
Un choeur dansant de jeunes filles.

Tout est désert. Mais non ; seul près des murs noircis,
Un enfant aux yeux bleus, un enfant grec, assis,
Courbait sa tête humiliée ;
Il avait pour asile, il avait pour appui
Une blanche aubépine, une fleur, comme lui
Dans le grand ravage oubliée.

Ah ! pauvre enfant, pieds nus sur les rocs anguleux !
Hélas ! pour essuyer les pleurs de tes yeux bleus
Comme le ciel et comme l'onde,
Pour que dans leur azur, de larmes orageux,
Passe le vif éclair de la joie et des jeux,
Pour relever ta tète blonde,

Que veux-tu ? Bel enfant, que te faut-il donner
Pour rattacher gaîment et gaîment ramener
En boucles sur ta blanche épaule
Ces cheveux, qui du fer n'ont pas subi l'affront,
Et qui pleurent épars autour de ton beau front,
Comme les feuilles sur le saule ?

Qui pourrait dissiper tes chagrins nébuleux ?
Est-ce d'avoir ce lys, bleu comme tes yeux bleus,
Qui d'Iran borde le puits sombre ?
Ou le fruit du tuba, de cet arbre si grand,
Qu'un cheval au galop met, toujours en courant,
Cent ans à sortir de son ombre ?

Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
Plus éclatant que les cymbales ?
Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ?
- Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus,
Je veux de la poudre et des balles.
Vos avis sont les très bienvenus !!!
«13

Réponses

  • Bonjour à tous,

    J'ai fais le commentaire de ce poème et j'en suis à ma conclusion, mais je n'arrive pas à trouver une ouverture... Connaissez-vous d'autres poèmes, romans où Hugo s'engage pour dénoncer la guerre ?

    Merci d'avance pour vos réponses.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Peut-être ce poème-ci, dans les Chansons des Rues et des Bois ?
  • Oui, effectivement ce poeme conviendrait :) Je peux donc dire qu'Hugo s'engage également dans cet autre poeme DEPUIS SIX MILLE ANS LA GUERRE ?

    Merci !
  • L'enfant

    "Ô horror ! horror ! horror !",
    W. Shakespeare, Macbeth
    Les Turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.
    Chio, l'île des vins, n'est plus qu'un sombre écueil,
    Chio, qu'ombrageaient les charmilles,
    Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois,
    Ses coteaux, ses palais, et le soir quelquefois
    Un choeur dansant de jeunes filles.

    Tout est désert. Mais non ; seul près des murs noircis,
    Un enfant aux yeux bleus, un enfant grec, assis,
    Courbait sa tête humiliée ;
    Il avait pour asile, il avait pour appui
    Une blanche aubépine, une fleur, comme lui
    Dans le grand ravage oubliée.

    Ah ! pauvre enfant, pieds nus sur les rocs anguleux !
    Hélas ! pour essuyer les pleurs de tes yeux bleus
    Comme le ciel et comme l'onde,
    Pour que dans leur azur, de larmes orageux,
    Passe le vif éclair de la joie et des jeux,
    Pour relever ta tète blonde,
    [....]

    Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
    Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
    Plus éclatant que les cymbales ?
    Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ?
    - Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus,
    Je veux de la poudre et des balles.
    Victor Hugo, Les Orientales, 1829

    les axes sont les suivants:ravages de la guerre
    et enfance massacree

    je suis totalement perdu :(
  • commence par relever au brouillon ce qui relève de l'expression de la guerre, de l'enfance, et du rapport en ces 2 thèmes : de quoi parle le poème ? quel est le personnage comment est-il représenté? Quelle st l'émotion du lecteur en lisant ce poème ? Quel est le ton employé par le poète ? ça devrait te mettre sur la voie. Bon courage
  • Mais pourquoi l'enfant a demandé de la poudre et des balles?
  • Que fait-on généralement avec de la poudre et des balles ? réponse : la guerre. l'enfant veut donc se venger. La Grèce et la Turquie sont alors en conflit. L'enfant est grec et a souffert une attaque des Turcs dans son village, ville.. dans son pays en tout cas.
  • mais quels sont les indices indiquant l'enfance massacree?svp j'ai un devoir pouvez vous m'aider?
  • tres simple!!!
    un enfant ayant une solitude et ayant peur !!
    personne pour etre un asile pour lui, lui qui est un enfant...
    des choses comme ca!!
  • Bonjour.
    Moi aussi j'ai un paragraphe argumenté a faire cela ne pose pas trop de problème, mais j'ai beaucoup de mal a faire une introduction j'ai vu que tu en avait fait un .
    Pourrait tu m'aider ou me montrer ce que tu a fait?Ou est ce que quelqu'un pourrait m'aider?
    Merci de votre compréhension.
  • Bonjour à tous !
    Je n'ai pas de devoir, nous avons étudié le texte en cours, mais j'aurai quand même voulu avoir un avis sur mon plan, s'il vous plait (je ne remets pas le texte, il a déjà été posté plusieurs fois sur la première page du topic). L'intitulé des parties est peut-être écrit un peu maladroitement.
    Je mets un peu ce que je mettrai aussi dans chaque partie :

    I- Un enfant pur et/mais démuni
    - Un enfant démuni
    - Un enfant pur, beau => ressemble à un ange
    - Lien entre l'enfant et la Grèce

    II- Une opposition paysage dévasté (guerre) / nature, musique
    - Guerre, ruine
    - Nature, musique (tous les côtés positifs)

    III- Une argumentation qui montre l'engagement de l'auteur
    - Une argumentation basée sur la persuasion
    - Un auteur engagé

    Voilà, merci d'avance pour votre aide ;)
  • Attention, le risque que tu te répètes entre la partie 1 et 2 me paraît important car le fait qu'il soit démuni et grec sont liées à ta partie sur la guerre.

    Tu peux développer sur la persuasion?
    Et sur l'auteur engagé que dirais-tu là dessus?

    Je me demande si tu as bien compris la dernière strophe qui est la clé du poème. Tout particulièrement ces 3 vers.

    Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ?
    - Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus,
    Je veux de la poudre et des balles.
  • Déjà, merci pour ta réponse ;)

    Nous avons étudié le poème en classe, et dans la dernière partie je mettrais : pour l'engagement de l'auteur, la réponse de l'enfant montre quelles conséquences la guerre a eu sur lui, et cela montre que Victor Hugo n'est pas pour la guerre. C'est de la persuasion puisqu'il fait appel à nos sentiments, il essaie de nous faire ressentir de la tristesse (ou autre sentiment) en nous montrant ce paysage dévasté.
    Mais c'est vrai que je n'aurais pas grand chose à dire, en faire. Le problème, c'est que je ne suis pas vraiment entrainée et que donc de manière générale je n'ai pas énormément de choses à dire dans chaque partie.

    Disons que dans le II, j'insiste surtout sur l'opposition, et le paysage, tandis que dans le I, je me concentre sur l'enfant lui-même et non sur l'environnement.

    Mais bon, c'est pas évident
  • Comment? "Je veux de la poudre et des balles" est une déclaration de pacifisme? Mais tu n'as rien compris au poème, si je puis me permettre!!!
    Plan suggéré :
    I - Le décor
    +Chio avant : beauté, opulence.
    +Chio à présent : ruine, désolation.

    II - L'enfant
    + Beauté, pureté, seul être resté vivant (cf rapprochement avec la fleur)
    + Tristesse, humiliation apparente.

    III - La rencontre avec le poète (dont on se demande ce qu'il fait là, mais ça, c'est une parenthèse)
    + Pitié
    + Propositions pour sortir du cauchemar : jeux, rêves (On remarquera que les "propositions" du poète se rapprortent à l'imaginaire oriental, et qu'ils sont donc peu en mesure de consoler l'enfant grec (volonté d'Hugo, négligence?))

    IV - La réponse de l'enfant
    + Effet de surprise préparé soigneusement, comme Hugo sait si bien le faire...
    + Toute la résistance de l'âme grecque est dans le dernier vers...

    Conclusion : un poème qui glorifie l'indépendance grecque, et par delà la libération des peuples. A rapprocher du célèbre tableau de Delacroix.
  • Bonjour à tous et à toutes,

    Je prépare un oral blanc de français et je me demandais si ce poème de Hugo pouvait être considérer comme un apologue ?
    L'Enfant

    Les turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.
    Chio, l'île des vins, n'est plus qu'un sombre écueil,
    Chio, qu'ombrageaient les charmilles,
    Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois,
    Ses coteaux, ses palais, et le soir quelquefois
    Un chœur dansant de jeunes filles.

    Tout est désert. Mais non ; seul près des murs noircis,
    Un enfant aux yeux bleus, un enfant grec, assis,
    Courbait sa tête humiliée ;
    Il avait pour asile, il avait pour appui
    Une blanche aubépine, une fleur, comme lui
    Dans le grand ravage oubliée.

    Ah ! pauvre enfant, pieds nus sur les rocs anguleux !
    Hélas ! pour essuyer les pleurs de tes yeux bleus
    Comme le ciel et comme l'onde,
    Pour que dans leur azur, de larmes orageux,
    Passe le vif éclair de la joie et des jeux,
    Pour relever ta tête blonde,

    Que veux-tu ? Bel enfant, que te faut-il donner
    Pour rattacher gaîment et gaîment ramener
    En boucles sur ta blanche épaule
    Ces cheveux, qui du fer n'ont pas subi l'affront,
    Et qui pleurent épars autour de ton beau front,
    Comme les feuilles sur le saule ?

    Qui pourrait dissiper tes chagrins nébuleux ?
    Est-ce d'avoir ce lys, bleu comme tes yeux bleus,
    Qui d'Iran borde le puits sombre ?
    Ou le fruit du tuba, de cet arbre si grand,
    Qu'un cheval au galop met, toujours en courant,
    Cent ans à sortir de son ombre ?

    Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
    Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
    Plus éclatant que les cymbales ?
    Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ?
    - Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus,
    Je veux de la poudre et des balles.

    8-10 juillet 1828

    Victor Hugo - Les Orientales


    J'explique donc le fond de ma pensée. D'abord, ce poème à la forme d'un récit (poète-narrateur-personnage/la "chute" finale...), ensuite il présente une morale implicite (VH dénonce la guerre, et montre qu'elle détruit l'humanité et plus particulièrement la naïveté des enfants).
    Je soumets l'idée qu'il s'agisse d'un apologue malgré le fait que nous n'ayons pas évoqué ce point en cours lors de la lecture analytique...
    Vous en pensez quoi vous ? Merci à l'avance de toutes vos réponses...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.