Qu’est-ce que la philosophie au lycée ?

Bonjour à tous je voudrais juste poser une petite question :

qu'est ce que la philosophie (je parle pour les bac L au lycée) normalement l'année prochaine j'en ai au programme je voulais savoir ce que c'étais de part les expliquation des adhérants merci beaucoup !!!
«1

Réponses

  • Il faudrait des pages et des pages pour définir la philosophie...
    Rapidement, c'est une réflexion qui cherche à comprendre le monde dans lequel nous vivons de manière à accéder le plus possible à la Réalité.
    Pour tout te dire, cette question a été mon premier cours de philo... et il a duré plus d'un mois! J'ai une bonne trentaine de pages là-dessus...
  • L'année dernière, j'ai recommandé à pas mal de membres ici, intéressés par la philosophie, d'acheter "Philosophie pour les Nuls". Non seulement ce livre balaye-t-il l'histoire de la philosophie en donnant une idée des préoccupations des principaux philosophes, mais aussi, en fin de livre, il donne des indication de lectures les plus abordables de chaque philosophe.
  • La plupart de ce que font les nul est bien , je trouve ...
    Ce qu'est la philo ? vaste domaine ...tu verras bien .
  • Mon prof nous a déconseillé de lire La philosophie pour les Nuls.. Selon lui, il faut plutôt commencer par les manuels de philo et des ouvrages simples de Platon, Sartre..
  • Chacun son truc :)

    Mais lire Platon ou Sartre sans avoir jamais fait de philo , c'est rude quand meme .

    Moi les nuls m'ont aidé à avoir une note plus que correct au bac , car la philo au bac , comme les autres matières , est très scolaire .
  • Bonjour, Pléo.
    Ton professeur, a-t-il des actions dans les maisons d'édition qui produisent des manuels? En est-il auteur, lui-même?

    Chaque fois que j'avais commencé à lire un philosophe (même Platon), j'en étais vite dégoûté, surtout par des termes "techniques" et le manque de connaissance du contexte historique, politique et philosophique dans lesquels l'auteur se trouva. Les Nuls donnent ce contexte et nous encouragent à lire les textes.

    Mais à chacun son opinion. :)
  • Sartre a écrit un théâtre tout-à-fait abordable
    Plé a bien écrit “des textes simples“
    Quant à avoir des actions chez un éditeur, aucun intêret ; vu que Platon est du domaine public depuis belle lurette et Sartre en Poche !
    Se renseigner sur le contexte historique, pas besoin d'un livre pour ça (cependant, une bonne édition donnera des précisions sur l'auteur et son époque) : une recherche sur Platon et la Grèce antique en dira bien plus que les Nuls (ce qui n'ôte aucun mérite à ce qu'ils font)
  • Bonjour, Léah.
    Je n'ai jamais vu une pièce montée sur scène de Sartre. S'agit-il des pièces philosophiques?
    Le Festival d'Avignon, les proposent-elles régulièrement? Les Scènes Nationales que je fréquente depûis 15 ans ne les a pas proposées. :(
  • Ahhh Huis clos ! Mamma mia, a masterpiece !
    J' ai adoré :)
    Pour la philo, il faudrait que tu regardes rapidement les notions que tu vas aborder au cours de l' année, c' est un peu l' armature du programme, après le professeur peut vous faire étudier des oeuvres en parallèle ...
  • JSC bonsoir :) :)
    Désolée, je ne sais pas du tout ce qu'il en est pour les représentations de Sartre
  • Je parlais évidemment de textes simples, littéraires, ou à teneur philosophiques. A ceux qui sont plus faibles en philo dans la classe, mon prof conseille des petits livres comme Huis-Clos justement, les Mouches, les pièces de l'absurde, des bouquins de Thomas Mann... Il nous conseille les Que sais-je plutôt que les livres tels que la Philosophie pour les Nuls. Je pense qu'il y a du bon à prendre dans les deux, mais que lire des vrais textes reste tout de même plus formateur que des commentateurs de texte. Approfondir correctement un seul auteur est aussi plus intéressant que de savoir une brochette d'approximations sur 15.
  • Pleonasme a écrit:
    Approfondir correctement un seul auteur est aussi plus intéressant que de savoir une brochette d'approximations sur 15.
    L'un n'exclut pas l'autre.
    Souvent il me semble qu'il y a des membres contents de mes approximations!
    Désolé pour l'approximation sur Antiphon par exemple.
  • Mais j'étais contente de cette "approximation" :D
    Je veux par là que, quand on est novice avec tout ce qui touche à la philosophie, il ne faut pas chercher à maîtriser approximativement tout l'ensemble de l'histoire de la philosophie et les doctrines. Il vaut mieux commencer à approfondir un auteur, et d'élargir ensuite ses connaissances, ça permet de mieux comprendre les suivants!
  • Cloisonner les connaissances, catégoriser les détails est bien l'approche française à l'apprentissage.....
    Une vue générale de la culture m'aide bcp à tisser des liens entre les différentes informations.
  • La philosophie est tout d'abord une science des méthodes de la connaissance.
    Philosopher, c'est produire des définitions et des dénominations selon différentes approches. Il y a toujours un postulat duquel nous partons et à partir de quoi nous dirons qu'une chose est plutôt ceci ou plutôt cela.
    Le philosophe n'est rien d'autre qu'un spécialiste des relations entre les ressemblances et les dissemblances. Le grand philosophe se distingue souvent par une haute perspicacité qui lui permet de voir les relations entre les ressemblances les moins évidents et les dissemblances les plus évidentes. L'aspect technique consiste alors à rendre compte le plus clairement possible, le plus précisément possible de ces relations.
    La logique est enseignée en philosophie car elle est la discipline qui apprend aux philosophes comment rendre compte avec précision et clarté des relations qu'il établit. La logique permet par exemple de montrer que deux phrases ont la même valeur alors qu'au demeurant, elles semblaient si différentes, si éloignés que l'un était entendue comme vrai et l'autre comme fausse.
    Les sciences sont proches de la philosophie pour des raisons historiques. Au XVIe siècle par exemple, science et philosophie, c'est tout un. L'aspect philosophique du travail scientifique était de rendre compte de ses méthodes de recherche. Ce travail avait néanmoins des implications qui débordaient le champ proprement scientifique. Ainsi, la philosophie s'occupait de traiter les questions de l'âme, de la morale, de la politique, pensant que sa rigueur issues des sciences valait mieux que d'autres rigueurs.
    L'idée que le philosophie est un instrument abstrait pour se poser des questions sur le destin, les raisons de notre présence sur terre n'est pas fausse. Cependant, il faut garder à l'esprit que la philosophie est avant tout l'instrument des sciences. C'est pourquoi on dit que la philosophie est la recherche de la vérité. On ne parle pas de vérité d'une manière mystique, c'est la vérité produite par l'esprit de rigueur proche ou issu des sciences.
    La philosophe reste malgré tout très différente des sciences car elle est tournoyante. Elle part d'une méthode (par exemple celle de Newton), la décrit, en montre la valeur et les problèmes, établit des relations d'ordre général et d'ordre particulier, par ce chemin, elle est déjà un retour sur les sciences. C'est là le travail de l'épistémologie et des théories de la connaissance. Mais elle revient toujours sur elle pour assouvir son désir pratique et répondre aux problèmes nombreux qui se posent en politique, en éthique ou en esthétique. Par là, elle est capable d'apporter aux sciences un peu de couleur, et aux arts et à la vie un peu de rigueur et surtout quelques réponses suffisantes (j'entends par réponse suffisante une réponse qui permet à un homme d'avoir suffisamment de connaissance pour se sentir libre et bien dans le monde).
    Bref, la philosophie est formidable. Elle est, je crois, l'expression culturelle du désir de savoir et surtout cette "pulsion" du bébé et de tout animal qui, aux premiers jours de sa vie, ne connaît que l'étonnement, force par laquelle il se constitue et qui vient de la nécessité vitale d'apprendre vite et bien comment se comporter dans le monde pour assurer sa survivance. Ainsi visualisée, la philosophie est ce au titre de quoi un humain vit, ce pour quoi il le peut, savoir ce qui a pu l'étonner incessamment durant les premiers jours. L'étonnement est bien la forme du "POURQUOI?", celui-ci, le principe de la vie.
    On comprend d'où vient la fascination pour la philosophie. En tant que rappel à soi comme pure ouverture au monde et non comme repliement dans l'errance. L'errance n'est pas "vers la vie", elle est immobile, sans attache, c'est pour sa part, ce que j'appelle la forme plein. L'exemple empirique de cette pensée est celle de la religion. La religion est errance. Elle donne aux sujets de quoi être pleins. Il ne reste aucune place pour l'élan vital. Tout est alors normé et préconçu. Cela n'empêche pas d'avoir d'heureux moments mais ceux-là sont dangereux car ils rappellent toujours au sujet qu'il s'est perdu, trop plein. C'est aussi ce qu'il se passe avec la marketing. Le prêcheur d'aujourd'hui n'est évidemment plus un prêtre, tout autrement, il a l'apparence de tout le monde. Pourquoi? Le marketing est chez nous, dans nos journaux, dans nos livres ; nous le portons, nous l'achetons, nous le détruisons, nous le renouvelons, nous l'adoptons, nous le critiquons mais au contraire du pape, il n'a pas de figure humaine. La marketing a la figure de Dieu, une sorte d'être tout-puissant, qui nous observe, nous contrôle, nous met à l'épreuve et nous promet la félicité. Je l'affirme, haut et fort, la philosophie seule peut encore lutter contre ça. Il faut qu'un surhomme renverse les valeurs actuelles de manière radicales, qu'il philosophe à coup de marteau et annonce la mort de la figure de Dieu qu'a pris le marketing.
    Vous voyez, ce que je viens d'écrire est à cheval entre critique, philosophie et littérature (pensées d'un personnage comme dans Le Rouge et Le noir). C'est une caractéristique de la philosophie contemporaine. Elle n'est pas tout à fait démonstrative, tout à fait poétique, tout à fait scientifique... En revanche, elle ne tape pas assez fort ou alors est-ce les gens qui ne sentent même plus les coups à force d'avoir été lobotomisé sur plusieurs générations?

    PS : Je n'ai pas pris le temps de relire, vous me pardonnerez les fautes d'orthographe.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.