Doute de conjugaison

Bonsoir, si vous pouvez m'aidez d'ecrir cette phrase: "si l'on entendait les branches s'allongées, l'herbe poussé"
Merci beaucoup!
«1

Réponses

  • Si l'on entendait les branches s'allonger , l'herbe pousser . "

    Enfin , je crois , faut demander aux spécialistes .
  • Je confirme :)
    Petite astuce : si on a un doute avec les verbes en ER, les remplacer par FINIR ou FAIRE; comme ça on entend la finale
  • EdyEdy Membre
    Je confirme aussi.

    → On entendait les branches se dévêtir et l'herbe s'en émouvoir...

    La grammaire aussi un jeu !
  • salut;
    " c'est pour cela les femmes ne devraient jamais jouer ce genre de sport(football)" c'est juste (le temps du verbe)?merci d'avance
  • "C'est pour cela que les femmes ne devraient jamais pratiquer ce genre de sport"
    (Si je puis me permettre, je ne suis pas trop d'accord avec l'idée...)
  • merci beaucoup;
    est ce qu'on peut aussi dire "c'est pour cela que les femmes ne doivent jamais pratiquer le football" :) quelle est la différence entre la première et celle là?
    a propos de l'idée,le football rend les femmes moins féminines(a mon avis) malgré que j'aime pratique ce sport :)
  • samo12 a écrit:
    c'est pour cela les femmes ne devraient jamais jouer ce genre de sport(football)

    C'est le conditionnel d'attenuation, pareil au conditionnel de politesse. Le sens est d'un conseil : pour éviter ce genre de problème, il vaut mieux qu'elles n'y jouent pas. Si on utilisait le présent, le sens en serait beaucoup plus fort. Les femmes ne doivent jamais y jouer, cela voudrait dire qu'il y a une obligation légale, parentale, morale ou religieuse.
  • c'est juste donc ou pas?je devrais dire pratiquer ou jouer?
  • Il y a une petite différence de construction : on pratique un sport, on joue à un sport.
  • o.k,donc la phrase devient "c'est pour cela que les femmes ne devraient jamais jouer au football"c'est ça?
  • samo12 a écrit:
    a propos de l'idée,le football rend les femmes moins féminines(a mon avis) malgré que j'aime pratique ce sport :)

    :D
  • Justement, c'est ça.
  • merci beaucouuupppppp :)
  • Bonjour,

    j'écris un récit au passé simple/imparfait et j'ai quelques doutes sur certains temps que j'ai ajouté (autres que passé simple et imparfait).

    Ma première question serait la suivante: dans une prolepse faut-t-ul utiliser le futur simple (en accord avec les temps du récit). Exemple:
    Cette histoire s'achèvera ainsi.

    Autres temps sur lequels j'ai des doutes (sachant que passé simple et imparfait sont toujours utilisés dans la narration):
    Ce jour débutera peu après le cri du coq.
    Il songea qu'il avait laissé ses affaires chez son père.
    Il se promena jusqu'à ce que l'horloge de son appartement affichât 3 heures
    Il songea à ce qu'il avait ouï.
    Il savait qu'une chose terrible se déroulera ici même.
    Il se vanta de ce cheval qu'il fît venir d'Italie
    Son ami avait menti alors il mentira.
    De la même manière qu'il s'était assis, il se leva endormi.
    Toutes ses phrases étaient allées aux oreilles de la dame.
    Il ne pouvait cesser d'en rire.

    Autre chose: un nom propre devenu nom commun dans le langage courant (un tartuffe) ne prend donc pas de majuscule mais faut-t-il le mettre en italique ?
    De plus, un nom commun allemand dans un texte en français nécessite-t-il une majuscule ?

    Merci
  • Bonjour,

    J'oserai te faire quelques suggestions.
    Cette histoire s'achèvera ainsi.

    Le conditionnel est le temps usuel pour décrire le futur dans le passé. Tu peux en lire plus dans les fils Futur simple / conditionnel et Différence entre le conditionnel et le futur. Je me serais attendu à voir Cette histoire s'achèverait ainsi, mais je ne comprends pas bien ce contexte d'une prolepse que tu as mentionné.
    Ce jour débutera peu après le cri du coq.
    Même critique, Ce jour débuterait...
    Tu peux aussi utilisé l'imparfait pour décrire un futur proche dans le passé : Ce jour allait débuter...
    Il se promena jusqu'à ce que l'horloge de son appartement affichât 3 heures
    Grâce à l'imparfait du subjonctif, je vois le déroulement de cette promenade-là, la période pendant laquelle trois heures n'ont pas encore sonné. Il me semble que il se promenait conviendrait ici.
    Il songea à ce qu'il avait ouï.
    Comme étranger, j'aime bien les verbes moins usuels, mais as-tu une raison pour préférer ouï à entendu ?
    Il savait qu'une chose terrible se déroulera ici même.
    Au lieu du futur, tu peux utiliser :
    Le conditionnel : Il savait qu'une chose terrible se déroulerait ici même.
    L'auxiliaire aller + inf : Il savait qu'une chose terrible allait se dérouler ici même.
    L'auxiliaire devoir + inf : Il savait qu'une chose terrible devait se dérouler ici même.
    Moi, j'y préfère le sens d'inévitabilité exprimé par devoir.
    Il se vanta de ce cheval qu'il fît venir d'Italie.
    L'imparfait du subjonctif, fît, ne marche pas, et même le passé simple, fit, me sonne faux.
    Était-ce une intention dans le futur du passé ? ... ce cheval qu'il ferait venir ...
    A-t-il initié l'action mais le cheval n'est pas encore arrivé ? ... ce cheval qu'il faisait venir ...
    Si le cheval était déjà arrivé, le plus-que-parfait suffirait : ... ce cheval qu'il avait fait venir ...
    Si le cheval venait d'arriver, le passé antérieur serait concevable : ... ce cheval qu'il eut fait venir ...
    Son ami avait menti alors il mentira.
    Encore le futur dans le passé.
    Avec le conditionnel : ... alors il mentirait.
    Ou aller + inf : ... alors il allait mentir.
    Ou un autre verbe d'intention : ... alors il se décida à mentir.
    Toutes ses phrases étaient allées aux oreilles de la dame.
    As-tu considéré d'autres verbes, qui mettraient l'accent sur le point de vue de la dame ? Venir, parvenir, arriver, ...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.