Fiches méthode Bac de français 2020

124»

Réponses

  • « Le proverbe dramatique est une espèce de comédie que l’on fait en inventant un sujet, ou en se servant de quelque trait, de quelque historiette, etc. Le mot de Proverbe doit être enveloppé dans l’action, de manière que si les spectateurs ne le devinent pas, il faut lorsqu’on le leur dit qu’ils s’écrient « Ah, c’est vrai ! » comme lorsqu’on dit le mot d’une énigme que l’on n’a pas trouvée » (Carmontelle)

    En complément de la première réponse ...

    Scène à trois. Un décor bucolique. Des symboles : la fontaine, la chaîne, la bague ...
    Qui parle à qui ? Perdican à Rosette mais pour que Camille entende.
    Quelle issue devine spectateur ? et le proverbe prend tout son sens.
    Qui organise la scène ? Perdican maître du jeu ou dépassé par l'enjeu ? Quel rôle fait-il jouer à Rosette ?
    Quel est l'idéal de Perdican ? Quel rôle joue l'enfance ?
    Qu'est-ce qui est "pathétique" ? Quels passages sont "lyriques "?
  • Sa sera trés sympathique à personne de m'aider donc on peut se parler par Skype ou autre chose envoyer moi un message :)
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Ce n'est pas comme cela que fonctionne le site...
    Si tu as besoin d'aide, pose ta question précise sur le forum.
    Et tu recevras de l'aide sur le forum.
  • lloullou Membre
    Bonjour,
    j'ai également un commentaire à faire sur cet extrait et je voulais savoir si vous pouviez vérifier mon plan ?
    I.Une déclaration d'amour
    A.declaration de sa flamme
    b.célébration
    c.malgré les différences sociales

    II. Une déclaration rancunière
    a.de la souffrance
    b. un orgueil
    c.le rejet de camille

    III. du théâtre dans le theatre
    a. perdican qui s'improvise metteur en scène
    b. et comédien
    c. une double énonciation

    Merci d'avance
  • DeliaDelia Membre
    Cela sent furieusement la paraphrase.
  • MaticoMatico Membre
    Bonjour,

    Le texte : extrait de la scene 3 de l'acte III de On ne badine pas avec l'amour, d'Alfred de Musset
    CAMILLE, cachée, à part.
    Que veut dire cela ? Il la fait asseoir près de lui ? Me demande-t-il un rendez-vous pour y venir causer avec une autre ? Je suis curieuse de savoir ce qu'il lui dit.
    PERDICAN, à haute voix, de manière que Camille l'entende.
    Je t'aime, Rosette ! toi seule au monde tu n'as rien oublié de nos beaux jours passés ; toi seule tu te souviens de la vie qui n'est plus ; prends ta part de ma vie nouvelle ; donné-moi ton coeur, chère enfant ; voilà le gage de notre amour.
    Il lui pose sa chaîne sur le cou.
    ROSETTE
    Vous me donnez votre chaîne d'or ?
    PERDICAN
    Regarde à présent cette bague. Lève-toi, et approchons-nous de cette fontaine. Nous vois-tu tous les deux, dans la source, appuyés l'un sur l'autre ? Vois-tu tes beaux yeux près des miens, ta main dans la mienne ? Regarde tout cela s'effacer. (Il jette sa bague dans l'eau. ) Regarde comme notre image a disparu ; la voilà qui revient peu à peu ; l'eau qui s'était troublée reprend son équilibre ; elle tremble encore ; de grands cercles noirs courent à sa surface ; patience, nous reparaissons ; déjà je distingue de nouveau tes bras enlacés dans les miens ; encore une minute, et il n'y aura plus une ride sur ton joli visage ; regarde ! c'était une bague que m'avait donnée Camille.
    CAMILLE, à part.
    Il a jeté ma bague dans l'eau.
    PERDICAN
    Sais-tu ce que c'est que l'amour, Rosette ? Écoute ! le vent se tait ; la pluie du matin roule en perles sur les feuilles séchées que le soleil ranime. Par la lumière du ciel, par le soleil que voilà, je t'aime ! Tu veux bien de moi, n'est-ce pas ? On n'a pas flétri ta jeunesse ? on n'a pas infiltré dans ton sang vermeil les restes d'un sang affadi ? Tu ne veux pas te faire religieuse ; te voilà jeune et belle dans les bras d'un jeune homme.
    Ô Rosette, Rosette ! sais-tu ce que c'est que l'amour ?
    ROSETTE
    Hélas ! monsieur le docteur, je vous aimerai comme je pourrai.
    PERDICAN
    Oui, comme tu pourras; et tu m'aimeras mieux, tout docteur que je suis et toute paysanne que tu es, que ces pâles statues fabriquées par les nonnes, qui ont la tête à la place du coeur, et qui sortent des cloîtres pour venir répandre dans la vie l'atmosphère humide de leurs cellules; tu ne sais rien; tu ne lirais pas dans un livre la prière que ta mère t'apprend, comme elle l'a apprise de sa mère; tu ne comprends même pas le sens des paroles que tu répètes, quand tu t'agenouilles au pied de ton lit; mais tu comprends bien que tu pries, et c'est tout ce qu'il faut à Dieu.
    ROSETTE
    Comme vous me parlez, monseigneur!
    PERDICAN
    Tu ne sais pas lire; mais tu sais ce que disent ces bois et ces prairies, ces tièdes rivières, ces beaux champs couverts de moissons, toute cette nature splendide de jeunesse. Tu reconnais tous ces milliers de frères, et moi pour l'un d'entre eux; lève-toi, tu seras ma femme, et nous prendrons racine ensemble dans la sève du monde tout-puissant.
    Il sort avec Rosette

    J'ai réussi à faire un axe sur Une critique indirecte de Camille
    Mon deuxieme axe est : Une déclaration d'amour très poétique

    Pb: je n'arrive pas à remplir ce deuxième axe... :/

    Merci d'avance...
  • Voici ce que tu peux trouver sur le site autour de cette œuvre de Musset et qui te fera t'interroger je pense

    https://www.etudes-litteraires.com/musset-on-ne-badine-pas-avec-amour.php
  • Bonjour à tous !
    J'ai eu ce matin un devoir surveillé - devoir type bac - et, ayant peu fait de commentaires, j'ai décidé de choisir celui-ci, qui portait également sur l'acte III scène 3 d'On ne badine pas avec l'amour de Musset. J'aimerai avoir votre avis sur le commentaire - et vos suggestions d'amélioration - que j'ai composé, que je trouve très mauvais et que j'ai bâclé étant pressé par le temps.

    Voici donc une version détaillée du plan...


    Introduction
    - la naissance du romantisme ; le "mal du siècle"
    - le drame romantique ; théorisé dans les préfaces de Cromwell et de Ruy Blas par Victor Hugo
    - Alfred de Musset ; le théâtre dans un fauteuil
    - oeuvre : On ne badine pas avec l'amour
    - texte : acte III, scène 3
    - problématique : quel est l'intérêt de ce texte ?
    - annonce du plan

    1. Deux portraits opposés
    a) Le portrait de Camille
    - ce que nous apprennent ses répliques sur elle
    - le portrait qu'en dresse Perdican
    b) Le portrait de Rosette
    - ce que nous apprennent ses répliques sur elle
    - le portrait qu'en dresse Perdican, tout en négation : les éléments qui font qu'elle n'est pas Camille

    2. Des particularités dramatiques
    a) Une scène écrite très "visuelle"
    - les nombreuses didascalies
    - les descriptions faites par Perdican - à mettre en relation avec le théâtre dans un fauteuil
    b) Une mise en abyme, le "théâtre dans le théâtre"
    - Perdican est acteur de la pièce qu'il joue à Camille et Rosette
    - Camille est spectatrice
    - Rosette est à la fois actrice - et se fait manipuler - et spectatrice - elle assiste sans le savoir à la "pièce" que joue Perdican

    Conclusion
    - résumé des grandes parties et des sous-parties
    - ouverture sur L'Illusion comique de Corneille qui présente aussi une mise en abyme


    Je remercie d'avance ceux qui prendront le temps de me lire et de me donner leur avis ! :)
  • Pour compléter ton approche, tu pourrais consulter les réponses de ce fil.
  • @floreale oui tu as totalement raison ! Et c'est ce que j'ai commencé à faire et que je vais continuer de faire ;) mais je cherchais également des avis sur ce que j'avais déjà fait :) étant donné que c'est l'un des premiers commentaires que j'ai fait (le dernier était en seconde et le plan était donné).

    EDIT : J'ai fini ma lecture du topic et je me rends compte que la plupart des plans proposés sont assez différents... et qu'il y a plein d'éléments que je n'ai pas mentionnés... Faut-il impérativement que le commentaire soit exhaustif ? Est-ce que mon travail suffit ? Ou aurai-je dû être plus précis ?
    Si d'autres ont des avis à donner, n'hésitez pas :) .
  • Un commentaire correspond à la lecture qu'on fait de l'extrait et à la capacité à dégager ce qui le caractérise.
    Il convient de soigner la problématique d'où découle le plan.
    Cette scène 3 de l'acte III est une scène importante où chaque personnage souffre. Est-ce une scène de mensonge ou de vérité ?
    Peut-être aurais-tu pu avantageusement parler d'abord de Perdican qui se veut maître du jeu, puis des personnages féminins
    pour arriver à la signification du titre de cette pièce proverbe.
  • D'accord, merci floreale ! :D

    ÉDIT.
    Limerick a écrit:
    Bonjour à tous !
    J'ai eu ce matin un devoir surveillé - devoir type bac - et, ayant peu fait de commentaires, j'ai décidé de choisir celui-ci, qui portait également sur l'acte III scène 3 d'On ne badine pas avec l'amour de Musset. J'aimerai avoir votre avis sur le commentaire - et vos suggestions d'amélioration - que j'ai composé, que je trouve très mauvais et que j'ai bâclé étant pressé par le temps.

    Voici donc une version détaillée du plan...


    Introduction
    - la naissance du romantisme ; le "mal du siècle"
    - le drame romantique ; théorisé dans les préfaces de Cromwell et de Ruy Blas par Victor Hugo
    - Alfred de Musset ; le théâtre dans un fauteuil
    - oeuvre : On ne badine pas avec l'amour
    - texte : acte III, scène 3
    - problématique : quel est l'intérêt de ce texte ?
    - annonce du plan

    1. Deux portraits opposés
    a) Le portrait de Camille
    - ce que nous apprennent ses répliques sur elle
    - le portrait qu'en dresse Perdican
    b) Le portrait de Rosette
    - ce que nous apprennent ses répliques sur elle
    - le portrait qu'en dresse Perdican, tout en négation : les éléments qui font qu'elle n'est pas Camille

    2. Des particularités dramatiques
    a) Une scène écrite très "visuelle"
    - les nombreuses didascalies
    - les descriptions faites par Perdican - à mettre en relation avec le théâtre dans un fauteuil
    b) Une mise en abyme, le "théâtre dans le théâtre"
    - Perdican est acteur de la pièce qu'il joue à Camille et Rosette
    - Camille est spectatrice
    - Rosette est à la fois actrice - et se fait manipuler - et spectatrice - elle assiste sans le savoir à la "pièce" que joue Perdican

    Conclusion
    - résumé des grandes parties et des sous-parties
    - ouverture sur L'Illusion comique de Corneille qui présente aussi une mise en abyme


    Je remercie d'avance ceux qui prendront le temps de me lire et de me donner leur avis ! :)

    Pour ceux que ça intéresse : j'ai eu 15/20 à ce commentaire.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.